Conférence de J.Epstein. Fin

IMG_20160618_090239[1]

Le temps est passé entre le jour de la conférence et les jours pendant lesquels je tente, tant bien que mal, de relire et retranscrire mes notes. Trop de temps. Plus de 4 mois. Mes notes sont devenues illisibles. Jean Epstein, comme il le précise lui-même, s’en tient difficilement à un plan et en ce qui me concerne, j’écris très mal. En conclusion, je suis allée chercher sur la toile, quelqu’un qui aurait assisté à une de ses conférences et bingo ! j’ai trouvé.

ça date d’il y a deux ans, pourtant de nombreuses anecdotes s’avèrent être exactement les mêmes, donc je partage :

« L’enfant, sa famille et les professionnels qui l’entourent »/compte-rendu du blog Toutes en une.

Quelques ajouts EN VRAC :

Comment cadrer, sanctionner ?

Rappel : sanctionner c’est autre chose que punir.

Il existe 3 principes :

– principe de séduction

– principe de plaisir/sécurité affective-« tout, tout de suite »

– principe de réalité

L’enfant, précocement, « manipule » (pour survivre) son environnement, dans le sens où il apprend à interagir selon les réponses qu’il reçoit. Pleurer devient donc une façon d’obtenir assistance.

La faculté d’adaptabilité = comprendre que l’on ne se comporte pas de la même façon avec n’importe qui, en faisant n’importe quoi. Les parents n’ont pas à dire aux professionnels ce qu’il faut interdire. Les professionnels n’ont pas, non plus, à dire aux parents ce qu’ils ont à faire.

Qu’interdire à l’enfant ? ce qui nous dérange ? C’est forcément différent à la maison et ailleurs. Malgré la variété, un minimum de cohérence permet un certain équilibre.

Principe de réalité : apprentissage de la frustration. « je n’ai pas tout »/ »je ne suis pas le centre du monde »/ »j’attends ». L’objectif du bébé est de rester le centre du monde, c’est pour cela qu’il dort au milieu dans le lit de ses parents.  Il est important de savoir mettre l’enfant A SA PLACE. Il n’y a pas QUE lui. L’enfant est en dehors de l’amour conjugal. Pour lui permettre de développer l’idée de VIE PRIVÉE, il est nécessaire de DEFUSIONNER.

Apprendre à attendre/anecdote de la tarte aux pommes : faire une tarte avec un enfant lui permet de comprendre que pour la manger, l’attente est un passage obligé. L’enfant n’est pas programmé pour attendre, il apprend.

La SANCTION est en fonction de l’enfant lui-même. C’est contre-productif de sanctionner tous les enfants de la même manière. Ce qui fonctionne chez les uns n’a aucun effet chez d’autres. Le but c’est que l’enfant comprenne que ce qu’il a fait est inopportun. Pour qu’une sanction soit efficace, elle est :

  • immédiate ==> sinon l’enfant oublie et ne comprend rien.
  • donnée par la personne concernée (celle qui est dérangée par la « bêtise »)
  • expliquée de manière claire et concise et non négociée
  • jamais humiliante, contrairement à la punition (l’humiliation rend rebelle)
  • partagée par les parents/en équipe (au moins en apparence et en discuter après en dehors de la présence de l’enfant)
  • proportionnée à l’acte de l’enfant.
  • irréversible/tenir la sanction (sauf s’il y a erreur !)
  • juste (trouver le vrai coupable/s’excuser si on s’est trompé)
  • réaliste = réalisable/éviter l’humour. Pour un enfant, le 2nd degré peut être difficile à comprendre voire très source d’angoisse.

Exemple de sanctions irréalisables : « je vais te fiche par la fenêtre »/je te laisse à la station-service/je vais te tuer »… Précision : ce qui est réalisable est TERRIFIANT. Une sanction devient une réparation à l’école primaire (scolaire), au niveau cérébral de l’enfant.

Les enfants sont en  permanence dans la vérification d’amour.

Se rappeler que nous sommes des adultes, assumons-le ! Avec humour, Jean Epstein dit que pour savoir placer le parent à sa juste place, il suffirait de suivre deux années d’études, une en diplomatie et l’autre en art dramatique. Exemple de diplomatie : si l’enfant marche pour la première fois en crèche ou chez l’ass mat, laissez le parent le découvrir lui-même au lieu de le lui annoncer.

Les professionnels de la petite enfance sont les mieux placés pour écouter/entendre mais les plus mal placés pour agir, dans la limite de leurs compétences. C’est pour cela que des partenariats permettent de savoir où adresser le parent qui a besoin d’un accompagnement extérieur.

Rappel sur l’autorité : « La philosophe et psychologue Ariane Bilheran, dans son ouvrage L’autorité5, explicite encore davantage l’étymologie du mot : « « augere » consiste avant tout à poser un acte créateur, fondateur, voire mythique, qui fait apparaître une chose pour la première fois. Bien évidemment, dans la même racine étymologique, l’auteur (auctor) est celui qui fonde une parole et s’en donne le garant »… (Wikipedia)

Eviter d’intervenir en cas de conflits entre enfants, afin de lui permettre de gérer la situation, ainsi il se construit. Cela rend l’enfant fragile d’intervenir systématiquement et d’agir à la place des enfants quand ils sont en conflit. Exception : quand un enfant devient bouc émissaire, il est OBLIGATOIRE d’intervenir.

Handicap : le regard de la France a besoin de changer. En France, un enfant sourd a un sens en moins. Alors qu’un enfant sourd a 4 sens hyper développés. L’enfant différent pose problème, or il est vital de sortir de cette culture du « moins » dans nos pensées et nos pratiques.

BBC = des parents, des professionnels…

Bien-être

Besoins

Compétences

Note : le record d’arrêt de travail a été détenu deux années de suite par le secteur de la petite enfance, avec en tête, les problèmes de dos. Suivi par les ouvriers du bâtiment et les éboueurs.

Anecdote sur la TV  : Jean Epstein raconte que leur fils aînée n’a pas regardé la TV pendant 6 ans, parce qu’elle était absente de leur foyer. Un jour, ils ont été convoqués par l’école. L’enseignante leur a dit que, de toute évidence, leur enfant avait besoin de dormir car il regardait trop la TV…Sans dire à l’enseignante que c’était impossible, ils ont mené leur enquête. il s’est avéré que leur fils était tellement en manque de télévision (dans le sens où ses camarades parlaient essentiellement de ce qu’ils y regardaient et lui ne pouvait participer vraiment à ces conversations), qu’il demandait tous les matins à ses pairs de lui raconter ce qu’ils avaient vu la veille ! En conclusion, ils ont décidé de s’équiper d’un téléviseur, pour en profiter avec parcimonie.

Prestation du Service Unique/PSU : « la plus grande connerie du siècle » (j’ai bien ri).

Je me permets de faire l’impasse sur les notes prises lors du travail de groupe de l’après-midi. J’y suis restée, j’ai même participé, étonnée moi-même par tant de courage. Le sujet brûlant, si je puis dire, fut le « parler bambin ». Je prendrai le temps d’en faire un article.

Note aux collègues : peut-être que le fait d’allaiter a rendu mon oreille plus attentive à ce genre de propos, car j’ai souvent entendu « encore allaité » ; « il/elle mord beaucoup, oui mais il/elle est allaité(e) » ; le sommeil est très difficile/en plus l’enfant est allaité »…vraiment, chers collègues, merci d’être plus attentifs à ce que vous dites, ça peut paraître stigmatisant.

Pour finir sur une note plus positive, Jean Epstein a évoqué une question qui m’a souvent parue importante, celle d’insister, de faire le nécessaire, d’y aller au culot pour être associés en tant que pro de la petite enfance au projet de construction d’EAJE, ça éviterait les mauvaises constructions, les projets non-pensés qui au final, compliquent notre quotidien. La problématique architecturale ne devrait plus exister !

D’autres sujets et anecdotes dans cette vidéo-conférence : Même pas mal

Conférence de J.Epstein.

 

IMG_20160618_090239[1]

Comme prévu, la suite de la remise en ordre du cafoutche !

"Même pas mal". Cela aurait pu s’intituler : 
"aimer notre enfant, savoir lui dire oui et non".

L’enfant provoque pour avoir une réponse claire. Pour imager, son cerveau ressemble à un code pénal. A droite il y a la page « bêtise à éviter » et sur la page de gauche c’est « bêtise à refaire » selon la réponse des adultes. Pour remplir son code pénal, l’enfant vérifie régulièrement les limites.

Petit historique : depuis 1987, l’autorité parentale est conjointe. Auparavant, seul le père avait ce droit. La figure paternelle était toute puissante. Selon Jean Epstein, c’est une période qui a fabriqué des enfants inhibés et/ou rebelle (je ne peux que cautionner)…mais dans le code pénal des enfants il y avait, tout de même, moins de « bêtises à refaire » car l’interdit était clair.

Aujourd’hui, les parents se posent trop de questions : « Faut-il sanctionner ? Quand ? Comment ? Qui ? ».

Il faut savoir que c’est son boulot, à l’enfant, de faire des essais en attendant de savoir si c’est possible ou non. Tout simplement, c’est sa façon d’apprendre le monde dans lequel il vit.

Jean Epstein, prend pour exemple une section de « moyens » en structure collective petite enfance type multiaccueil et il en profite pour nous souffler que les inter-sections (ou au mieux les décloisonnements, c’est mieux). Donc vers 12-18 mois, l’enfant en section de « moyens » est dans une phase capitaliste, tout est à lui. Le fameux « c’est à moi ». Tous traversent cette période plus ou moins intensément et démonstrativement.

1508506_859285057425817_6377471707168725515_n

source : twitpic

Je tiens à préciser que c’est laborieux de trouver un sens à mes notes, c’est vraiment parti dans toutes les directions.

La transition à ce niveau de ma compréhension se fera avec le rôle des adultes dans cette période sensible. C’est à dire d’aider l’enfant à supporter la frustration qui est inévitable. L’enfant se construit sur l’amour de ses parents en premier lieu, mais surtout sur le fait qu‘il a besoin d’être aimé tel qu’il est et non pas tel que l’adulte souhaite qu’il soit. C’est primordial. Jean Epstein parle d’IVF = interruption volontaire des fantasmes ; un enfant a besoin que l’adulte le sorte de son EGOcentrisme. Quand un enfant roi, auquel aucune limite, aucun interdit n’a été signifié, est maintenu dans sa phase de toute-puissance qui ne faiblit pas, cela peut conduire à des déviances tragiques telle que la construction d’un individu pervers narcissique.

Comment cela ?  Didier PLEUX a écrit des ouvrages à ce sujet. Des études sont, actuellement, en cours pour montrer la corrélation entre l’enfant-roi et l’adulte pervers narcissique. Il s’agit d’une « maladie psychiatrique » (après plusieurs lectures, Il semblerait que les spécialistes soient en désaccord sur le terme maladie) qui   touche 8 à 10% de la population française (autant de femmes que d’hommes, dans toutes les catégories sociales). Le « malade » se caractérise dans la jouissance à humilier l’autre. C’est une structure de personnalité de prédateur qui chasse ses proies. Une fois la proie ferrée, elle est isolée de son entourage familial, amical, professionnel…puis vient le harcèlement, les humiliations. L’autre n’est rien et le pervers se place toujours en victime. En résumé, le pervers narcissique dupe tout son entourage, même ses enfants. Précision : tous les pédophiles sont des pervers narcissique, l’enfant constituant un objet.

D’où l’importance, dans la petite enfance, de jouer et de perdre, d’apprendre que l’échec fait partie de la vie. Or si un enfant n’entend jamais d’interdit, n’expérimente pas le refus, l’essai-échec, il peut rester dans une toute-puissance destructrice.

Jean Epstein parle de 9 apprentissages de la petite enfance avec une session de rattrapage à l’adolescence. Il les développe dans son écrit à destination des assistants maternels (c’est un grand fan des asst mat):

l’assistante maternelle et les violences (dommage qu’il ait oublié le métier au masculin).

Selon lui : « tout se joue avant la mort, ou presque…pour les croyants » (clin d’œil à Dodson). Contrairement à la légende selon laquelle l’adolescent est en crise, Jean Epstein pense que ce qui caractérise l’adolescent c’est d’être double : enfant et adulte. Il peut se lever adulte, se coucher enfant et inversement. L’adolescent traverse une période de paradoxe et de fragilité. Dommage que la société focalise son regard sur la délinquance car 3/4 des adolescents vont bien. Jean Epstein ne sait pas trop ce qu’est un adolescent, car il rencontre souvent des parents ado et des enfants adultes. L’adolescent fait des recherches, comme le bébé « capitaliste ». Il vérifie à nouveau les limites, il les repousse et attend la résistance des adultes sur ce qui est possible de repousser ou non. Et au passage, il vérifie qu’il a bien les parents « les plus nuls ».

C’est pareil pour la famille, elle n’est pas en crise, elle est en mutation, en progrès, en évolution. Jean Epstein évoque « radio nostalgie » avec humour s’agissant des « grands-parents d’avant ». Or, des statistiques montrent qu’en 1960, 5% des enfants avaient leurs 4 grands-parents vivants, en 1980/47% et en 1990/61%. Ceux qui regrettent la « disponibilité des grands-parents d’avant » oublient qu’ils étaient la plupart décédés. Aucune comparaison n’est possible avec aujourd’hui : les grands-parents sont actifs. Le rôle des grands-parents a évolué, souvent il s’agit d’une session de rattrapage des figures paternelles toute-puissante/casse-pieds qui deviennent des grands-père ultra-cool. Le rôle essentiel des grands-parents c’est de ne pas être les parents.

Le souci de la famille d’aujourd’hui, c’est qu’elle est isolée. D’où la nécessité pour les professionnels de la petite enfance de faire passer de l’information pour que les parents se sentent compétents. Notre mission est de valoriser leur rôle et leur place. Les parents d’aujourd’hui sont des pionniers. Le père, par exemple, a plus d’autorité dans le jeu que dans l’autoritarisme. Le père gagne plus lentement mais sûrement son autorité en jouant.  La place de l’enfant n’est pas centrale. Le rôle de l’enfant est d’être l’enfant de ses parents et en aucun cas un copain, un conjoint, ni un parent. J.Epstein aime à rappeler que l’enfant est chez nous, il n’est pas chez lui. Il a certes, sa chambre, mais dans notre espace. Si l’enfant est au centre, il devient difficile de sanctionner.

Jean Epstein illustre son propos avec cette anecdote : il a été interviewé par une journaliste enceinte, fière de lui apprendre que c’était son fils aîné qui avait choisi le prénom de sa sœur à venir. Il avait aussi assisté aux échographies (depuis c’est interdit). En discutant avec lui, Jean Epstein avait appris que ce n’était pas une petite sœur mais une fée que sa mère attendait : la fée « Tus ». Il avait entendu l’échographe parler de fœtus.

Je m’arrête là pour cette première partie.  Je pense que si ça devient trop long, je modifierai les écrits déjà parus en faisant des ajouts. Je travaille sans trop de méthode. Merci de me pardonner ces hésitations. A bientôt pour la suite.

Conférence de Jean Epstein. Intro

IMG_20160618_090239[1]

Une conférence de Jean Epstein, depuis le temps que je souhaitais l’écouter.

Merci la FNEJE 06 qui devient PACA d’avoir permis cela ! Quelques mots sur la FNEJE qui mérite bien cet aparté. La fédération du 06 étant très active avec un nombre d’adhérents remarquable au niveau national et ayant la particularité d’accueillir aussi des puéricultrices, des auxiliaires de puériculture et des assistants maternels, s’est donc élargie au plan régional afin de récupérer le Var qui sommeillait quelque peu. C’est suffisamment rare pour être souligné. Jean Epstein a, par ailleurs, insisté sur le fait que les relations interprofessionnelles représentent l’AVENIR. Selon lui, il est indispensable de se mobiliser pour cet idéal car nos professions sont complémentaires. C’est terminé la lutte et les guéguerres corporatistes.

Une journée entière, ça promettait d’être intense, ce fut le cas. Bon, j’ai eu une frayeur quand dans l’explication du déroulé de la journée, la présidente de la FNEJE nous a informé d’un travail de groupe l’après-midi…je déteste ce genre de détail inattendu. Ni une ni deux, j’ai informé ma famille que je rentrerai plus tôt que prévu car j’étais bien décidée à ne surtout pas rester. Sauf que mon conjoint m’a répondue : « tttt, tu y restes et tu sors de ta zone de confort, non-mé-ho !! ». Arf, il avait raison, comme très souvent.

Le sujet était la transgression des interdits chez les enfants. Or, il y a eu pléthore de digressions. Mes notes ressemblent à un cafoutche. J’ai eu parfois du mal à suivre. Rester assise, dans une salle à l’insonorisation improbable et à la climatisation inexistante, ce fut complexe. Ecouter si longtemps sans bouger, pour moi c’est un calvaire. Jean Epstein nous a laissé prendre des pauses « anti-escarre » régulièrement. Il est humain cet homme. J’ai tout de même été souvent bousculée par ses propos. Il a évoqué au cours de la journée qu’il oubliait parfois de préciser si c’était de l’humour ou non. Il s’est rendu compte qu’il pouvait heurter. Vue mon incapacité à décoder tous les degrés d’humour- je suis très souvent terre à terre- j’ai du m’accrocher à ma chaise.

Je précise, et j’insiste là-dessus, qu’il s’agit de MA compréhension, toute personnelle, de ce que j’ai entendu, écouté quand j’étais attentive. Je restitue donc, ce que j’ai retenu de cette journée. Je tente de rester objective mais inévitablement, il s’agit de mon point de vue, dans le sens, de là où j’étais installée, avec ma personnalité et mon état, psychique, physique etc, du moment. Bref, inutile d’en faire une affaire personnelle. Merci.

C’est le discours du maire de la ville accueillante et de son adjointe à la petite enfance qui a fait suite à celui de la FNEJE. Même si je le pense régulièrement, je n’aurais jamais osé énoncer une telle généralité…car ils ont unanimement déclaré que selon eux l’école a, ni plus ni moins, démissionné. C’est un constat qui leur appartient, et dans leur commune c’est peut-être le cas, mais ça me semble rude pour les enseignants qui se démènent encore pour que l’école ait du sens. (Oui, ils existent.)

Jean Epstein a réagi à ces paroles et n’a pu que regretter de constater le même phénomène. Lui qui était fier de l’école maternelle française il y a 20 ans, en a plutôt honte aujourd’hui. Aucun pays, dans lesquels il voyage régulièrement, n’envie le système éducatif français, au contraire. Selon ses observations, notre école maternelle devient trop pré-élémentaire. L’enfant y est devenu un objet de dépassement, en plus de la pression des familles qui souhaitent que leur enfant soit le meilleur. C’est un vrai sabotage dû à une peur du retard. L’enfant DOIT être performant. Et dans un contexte de maladie contagieuse que Jean Epstein appelle « la peur de perdre l’amour de son enfant », le parent n’ose plus dire non et cela mène à un autre constat assez effrayant, le nombre grandissant d’enfants, dits « rois », sans limites, sans interdits…et nous voilà au cœur du sujet. Jean Epstein insiste avant de continuer :

L’enfant DOIT être performant parce qu’il DOIT :

  • être propre pour aller à l’école maternelle. (physiologiquement, après avoir porté des couches depuis la naissance, l’enfant est intéressé par cette question entre 2 et 6 ans, or il lui est parfois demandé de « performer » dès 18 mois).
  • éviter de faire la sieste, c’est une perte de temps surtout en grande section. Eviter de déranger ceux qui dorment, alors qu’un espace pour les moins dormeurs devrait être envisagé.
  • produire : « qu’a t-il fait aujourd’hui ? comprenez « qu’a t-il produit ? montrez moi le résultat ». piège = faire pour faire.
  • entrer dans la case « normalité », sinon il ira à côté dans la poubelle  » en retard » ou même « en avance ».

@jout : notes retrouvées en désordre : Jean Epstein nous informe que seuls deux pays au monde (à vérifier) utilisent des carnets d’évaluation dès la petite enfance. Il s’agit de la France et du Japon.

L’enfant s’évalue envers lui-même. C’est contre-productif que ce soit fait les uns envers les autres. Le système d’évaluation en Acquis- Non Acquis- En cours d’Acquisition est un non-sens. Car l’acquis n’est même pas forcément acquis durablement dans le temps. Ce qui a été acquis, peut ne plus l’être, en fonction des intérêts de chacun. De plus, les êtres humains sont par définition inégaux car différents. Dans l’absolu, nous sommes incomparables. Il y a des calmes, des moins calmes, des énergiques etc.

tous-differents

Jean Epstein précise qu’il ne s’agit pas de critiques mais le constat d’un manque de moyens énorme pour accompagner l’enfant à se construire et à développer sa vie personnelle en dehors de sa famille. A la maternelle, l’enfant a surtout besoin de temps sociaux, par exemple prendre le temps de manger ensemble, de discuter, de se poser, d’attendre. De passer d’une attitude tonique à une attitude clonique avec des transitions cohérentes. Cela s’apprend de descendre le tonus musculaire et cela facilite la concentration.

Le constat actuel est inverse : les enfants sont en mode « zapping » et ne tiennent pas en place. Les parents sont désemparés, ne savent plus quand dire « oui » et quand dire « non ». Au Québec, dès 1995, un phénomène d’enfants hyperactifs est né, enfants pour la plupart drogués à la ritaline. Des études ont montré un rapport direct avec le mode alimentaire. Pas seulement avec le contenu de l’assiette mais avec la façon de manger : ensemble, assis, posé, calme et en conscience.

Pour éviter une indigestion de lecture, je m’efforce de faire court. C’était l’introduction. A bientôt pour la suite.