Le mythe de la mère parfaite…

…et par opposition celui de la « mère normale ».

Sans entrer dans le débat sur la normalité, je pose simplement la question : « qu’est-ce que la normalité ? » D’un point de vue psychologique, c’est loin d’être une évidence.

D’après une définition concise :

Normalité, État, caractère de ce qui 
est conforme à la norme,
à ce qui est considéré comme l'état
normal.
Norme, Règle, principe, critère 
auquel se réfère
tout jugement : Se fonder sur la 
norme admise dans une société.
Normal,qui est conforme à une moyenne
considérée comme une norme,
qui n'a rien d'exceptionnel.

La mère normale aurait donc le don de passer totalement inaperçue, fondue dans la masse…ou bien si ça se trouve, elle n’existe pas. Elle semble conformiste, fidèle aux principes, aux règles et elle n’a rien d’exceptionnel, la pauvre… Autant chercher une aiguille dans une botte de foin.

Au tour de la perfection :

Perfection, État de quelqu'un, 
de quelque chose qui est 
parfait en son genre.

A priori, elle existe au pays de la Théorie. Dans la réalité, ça dépend bien de ce que chacun, chacune considère être parfait. LA nuance c’est la subjectivité. Ce qui est parfait pour moi, semble ne pas l’être chez ma voisine, ni chez ma sœur, par exemple.

C’est l’été, j’avais besoin de tongs pas chères, alors j’ai feuilleté le magazine qui allait avec :

Biba de juillet 2018

Il y a encore du chemin à parcourir pour sortir des clichés. Cela dit, c’est la manne de la presse féminine : le cliché, le préjugé, l’idée-reçue, le potin mondain etc. Sinon ça n’aurait rien de croustillant. Comme je lis ça à la plage, je trouve qu’il y a suffisamment de sable pour que ça grince croustille. C’est peut-être sur le ton de l’humour, même s’il n’y en a aucune mention.

Déjà que la femme parfaite est une connasse,  (je ne l’ai pas lu) j’imagine ce que peut représenter la mère parfaite dans l’imaginaire fantasmatique des gens. Il parait d’ailleurs qu’elle est une mytho. Logiquement, elle est irréelle. C’est une créature fantasmagorique.

Elle est affublée des pires qualités (mignon oxymoron), la pauvre. Si j’ai bien compris, un de ses attributs le plus épouvantable c’est l’organisation avec un exécrable soupçon de remise en question. Mince de mince, elle les aligne, c’est monstrueux. Elle a l’outrecuidance d’avoir une personnalité, des principes éducatifs, une libido de championne, une maitrise d’elle-même en société et des goûts personnels…et en plus elle est sobre…franchement quelle indécence. (Mode ironie activé)

Par curiosité, pour me situer dans la norme/perfection, j’ai entouré les phrases qui me correspondent à peu près, les autres sont hors de contexte me concernant. Résultat : soit je souffre d’une double personnalité, soit je suis parfaitement normale. Ironie truculente.

Cette page semble s’adresser aux lectrices normales, de fait je suppose que le « des autres », « nous » par opposition à « celles qui se la racontent », les englobe toutes. Quid des mères parfaites alors ? Ah, suis-je bête, elles ne lisent sûrement pas ce genre de magazines ! En plus, on parle d’elles dans leur dos. Cool. La lectrice normale donne dans la médisance. C’est vrai que c’est une norme chez Des femmes (vous noterez que j’ai évité d’écrire Les femmes).

Ce qui me surprend le plus sur cette page, c’est le manque cruel de contexte. ça balance comme ça, gratuitement. C’est aussi une norme chez des êtres humains. C’est même un sport national sur les réseaux sociaux. J’ignore qui se situe en tête du palmarès.

S’il fallait imager avec une figure existante la mère normale (ou indigne ?), je pencherai pour Florence Foresti (dans son spectacle Mother fucker, sûrement très inspiré de son quotidien) + sa parodie de Bref :

J’illustrerai la mère parfaite par Kate Middleton alias la duchesse de Cambridge, parfaite épouse du prince William et parfaite mère de George, Charlotte et Louis….Famille que je ne connais ni d’Eve ni d’Adam, sauf ce que veulent en dire les médias.

Soyons honnête, nous sommes toutes un peu des deux. Aucune des mères que je connais ou que j’ai rencontré ne se situe dans une seule colonne. Quel est l’intérêt de se cracher dessus ? C’est usant ces sempiternelles géguerres entre sein et biberon, perfection et normalité, poussette et portage, gnagnagna… si nous pouvions éviter la guerre civile, ce serait chouette. Nous sommes des mères, point barre. (oui et des pères, évidemment. Cela dit le seul cliché que je connaisse est celui de « papa poule ». Je n’en ai jamais rencontré non plus.)

@jout : le pompon dans ce magazine ressemble assez à l’expression « c’est l’hôpital qui se fout de la charité » dans le sens où, une mère normale (comme nous, les autres) parvient difficilement à perdre le poids des grossesses, alors que dans ce magazine, soit il n’y a que des nullipares (non ce n’est pas une insulte) aux corps sublimes, soit les mères ont un corps parfait…cherchez l’erreur. Dans ce numéro, je n’ai vu aucune primipare enrobée de 4kg en trop, par grossesse. CF : la magnifique Natalie Portman en 4ème de couverture (on dit comme ça pour un magazine ?) avec 2 enfants à son actif. Aucun gramme en trop sur ses cuisses n’est visible. C’est sans aucun doute une mère parfaite ou retouchée, qui sait ?

Pour finir, une vidéo qui résume bien l’idée, si vous l’avez ratée : (je vais faire ma chieuse, mais porter « face au monde« , c’est mal.)