Les VoEUX

Keskiya encore ?!

Certains vont trouver mon anticonformisme redondant…Chaque année, j’ai la même réticence à dire « bonne année » et même à y répondre. Je balbutie (avec les années, j’ai appris à le dire dans ma tête) « ah oui, euh, ça ? c’est vrai…euh à toi zaussi » avec une voix de plus en plus inaudible. C’est comme dire « bonjour » ou « ça va ? » ou faire la bise. Si la politesse c’est machinal, quel intérêt ?!!

C’est compliqué pour moi. Ouf, j’ai découvert que j’étais loin d’être la seule à souffrir de ce manque d’authenticité.

Je cite :

« Des vœux parfois vides de sens

Il y a les vœux en manque d’inspiration, un peu « machinaux », le « bonne année » ou « meilleurs vœux » ou « bonne année, bonne santé »… Ces vœux-là sont assez impersonnels, et révèlent surtout un manque de créativité, d’intérêt ou tout simplement de proximité avec la personne qui le reçoit.

C’est un peu l’équivalent du « ça va » machinal, de politesse, et vide de sens, que l’on adresse à son entourage sans s’inquiéter le moins du monde de la réponse. Je le dis sans aucun jugement, car nous le faisons tous, et moi la première. Un ami me racontait justement hier qu’à cette question son boss répondait « qu’est-ce que ça peut te f… » pour remettre les choses en perspective et dénoncer cette pratique qui l’insupportait ! C’est aussi ainsi que l’on fait souvent la bise, sans y mettre d’intention, sans y penser. L’autre jour, quelqu’un m’a dit au revoir en y mettant vraiment du sens et cela m’a interloquée ! Non pas parce que c’était déplacé, mais parce que je me suis rendue compte que c’était rare.

C’est aussi l’équivalent du fameux « Santé » quand on trinque machinalement et impersonnellement. » Source : « Et vous, que souhaitez-vous ? »

Mes VoEUX

Cette année, ils sont simples. Je veux, je ne souhaite rien. Je ferai le nécessaire pour que ça se réalise. Rien ne tombera tout cuit dans mon assiette. C’est pareil pour les intentions.

Je vous partage mon inspiration aimantée sur le réfrigérateur !

2019, ma foi, se déroulera selon ce que nous ferons en sorte qu’il se passe. Rien n’arrive ni par erreur, ni par hasard, ni par malchance. Au pire, c’est de l’inattention. Reconnectons-nous à nous-mêmes et aux autres, ça fonctionnera sûrement de manière plus fluide.

Anecdote :

Nombreux sont ceux qui m’ont souhaitée « surtout la santé » dès les premières secondes de 2019. Résultat, ma petite famille et moi-même sommes toujours malades (petite liste : angine blanche, allergie, varicelle, grippe…)  depuis Noël. Youpi.

Trouvé sur internet, pour ceux qui aiment trop les vœux :

Mes meilleurs vœux, pas comme les autres

2018

Cela fait plusieurs années, voire depuis toujours…-mais de manière plus prononcée, depuis que je suis sur le chemin d’être « moi-même »- que je parviens difficilement à formuler des vœux, des souhaits chaque année au premier janvier…déjà pour moi, alors pour les autres…sans parler des résolutions.

Anne-Estelle a trouvé des mots, alors je les partage. Comme pour la vidéo de Solange, concernant les cadeaux à Noël, ça s’approche de ce que je ressens. Sans parler d’originalité, je trouve que ça évoque une authenticité qui se perd, même si je sens bien la sincérité de ceux qui me souhaitent encore le meilleur possible. Merci et désolée, si en retour, je bafouille des « à toi aussi » maladroits.

 

Mon premier défi sera de lire un livre par mois, sur la thématique de la petite enfance, et plus si possible.

Je commencerai par « le manuel de survie des AP et des EJE » que j’attends. Je me suis décidée à l’acheter. Je pense le garder à vie, vu son titre 😉 Oui, je reste EJE dans l’âme, même si j’ai quitté le terrain. Je partagerai mon avis, si ça intéresse.