Billet d’humeur (du jour)

chat

Utiliser le sens exact des mots est autant un défaut qu’une qualité chez moi.

C’est plus fort que moi, je bondis intérieurement quand je lis ou j’entends des termes qui me semblent inappropriés (le second degré a bon dos…).

Oui, dans mon cerveau, le mot garderie est presque un gros mot. En tous cas, il me semble appartenir à une autre époque. Pour illustration, relisons la définition du verbe :

garder , verbe transitif

  • Sens 1

    Veiller sur.

    Exemple : Garder les moutons.
  • Sens 2

    Surveiller pour empêcher de sortir.

    Exemple : Garder un condamné.
  • Sens 3

    Conserver sur ou avec soi.

    Exemple : Garder ses papiers sur soi.
  • Sens 4

    Mettre de côté pour soi ou pour quelqu’un.

    Exemple : Il garde sa place.

C’est bien loin de correspondre au travail des professionnels de la petite enfance (en général) qui s’évertuent, parfois dans de mauvaises conditions, à accueillir, prendre soin et accompagner le quotidien des enfants quand leurs parents travaillent.

On accepte d’évoluer dans toutes sortes de domaines, pourquoi pas celui de la petite enfance ? Je prends ça trop à cœur, je m’en rends bien compte.

 C’est avec du temps  que le terme « accueil » entrera dans les mœurs, tout comme le nom patronymique qui est remplacé par le nom de famille depuis la Loi n° 2002-304 du 4 mars 2002.

Aujourd’hui, les lieux d’accueil ont toutes sortes de dénominations. Oui je sais bien, un nom générique comme « garderie » c’est bien commode. Sauf que pour nous, professionnels, surtout pour moi, je vais éviter de parler au nom des autres… c’est un peu comme déconsidérer le travail fait depuis des années pour que les enfants, vos enfants, soient accueillis et non plus « gardés ».

Voici quelques définitions :

Une crèche est une structure adaptée aux besoins des jeunes enfants accueillis dès l’âge de deux mois et demi jusqu’à trois ans. Elle accueille à la journée et de façon régulière les enfants dont les parents travaillent.

Une halte garderie de jeux est un lieu d’accueil ponctuel pour les jeunes enfants. Cette solution est réservée aux enfants dont l’un des parents ne travaille pas, à raison de trois demi-journées maximum par semaine.

Un multiaccueil propose un accueil collectif, en accueil régulier, accueil occasionnel et accueil d’urgence pour des enfants de 3 mois à 3 ans.

Accueil périscolaire :  En dehors des temps d’enseignement, les enfants des écoles maternelles et élémentaires sont accueillis tous les jours dans les établissements scolaires, avant et après la classe, ainsi que sur le temps méridien.

Voilà pour les principaux lieux d’accueil collectifs. D’autres accueils sur ce lien à Paris.

Le mot garde n’est pas à bannir, ni garderie d’ailleurs. Mais c’est un peu comme le terme DDASS, encore utilisé pour parler des enfants confiés et pris en charge en dehors de leur famille, … aujourd’hui et depuis 1983, on parle de l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE).

Ces mots ont fait leur temps. Ils appartiennent au passé de la Petite Enfance. Se tourner vers l’avenir permet de visualiser et d’intégrer les changements.

« Le terme « garde d’enfants » a été remplacé depuis de nombreuses années dans tous les propos par le terme « accueil d’enfants » parce que le terme précédent signifiait service et omettait les notions de qualité, la place et le rôle de chacun, au premier rang desquelles celle des parents dans l’éducation des enfants. »

Bien sûr, quand on n’est pas professionnel, il est difficile de tout savoir et puis les médias et parfois même des auteurs Jeunesse continuent à véhiculer les termes du siècle dernier et du précédent le dernier. Et malheureusement le grand site de la petite enfance n’a pas actualisé son vocabulaire non plus. Même la CAF est en retard dans sa mise à jour ! Bref, on n’est pas aidés.

Pourtant « le changement c’est (censé être) maintenant », enfin il parait,  depuis l’année 2012.