« Sainte-Doula »

Aujourd’hui j’ai eu une « conversation » avec une inconnue sur un réseau social. Finalement fb alimente mon inspiration. Merci Mark.

Je commentais la publication de quelqu’une d’autre et v’la ti pas (;-)) qu’une Machine à lancer des balles de tennis (anonymat oblige, j’ai pas demandé sa permission) a commencé à commenter, à tirer même, presque à balles réelles.

Comme elle m’a gentiment conseillée (sans que je lui demande quoique ce soit) d’écrire… Aussitôt dit aussitôt fait.

Sans vous restituer la totalité de cet échange ennuyeux au possible, voici le contexte rapide, intéressant lui : quelqu’une partage un épisode de sa vie passée et dit qu’elle y a joué le rôle de sa vie. Je commente en disant que nous jouons tous un rôle plus ou moins bon dans cette « grande pièce de théâtre terrestre ».

De toute évidence, ça a déclenché un truc parce que Machine est venue se déchaîner. Comme j’aime jouer, j’ai fait plouf dedans ! A plusieurs c’est rigolo.

J’ai déjà parlé de faux-self ici. Parce que j’ai déjà utilisé plusieurs personnages quand j’étais plus jeune, pour m’adapter notamment, suite à des traumatismes. Aujourd’hui je les connais bien mes petits personnages. Je les vois arriver avec leurs sabots.

Explications en vidéo :

Faux-self

Machine à lancer des balles de tennis a commencé à dérailler mais je sais jouer au tennis, ça tombe bien. Oui parce que d’abord j’étais dangereuse à cause du faux-self de mon passé et ensuite j’étais une doula inutile parce que c’est du charlatanisme d’écouter les femmes enceintes et les co-parents.

J’expliquais ce que la doula ne fait pas.

En partageant ces dessins de Lucile et Mephistofélix, je souhaitais illustrer que la doula ne répète pas ce que disent déjà les praticiens qui suivent les gestations humaines.

Lucile GOMEZ

Suite à quelques commentaires en réponse aux siens, Machine a dressé un portrait de moi, comment dire… lisez par vous-mêmes.
En réponse à mes partages, voici des extraits de ses tirs. J’en ai évité quelques-uns mais j’avoue que la méchanceté de ce type, ça me flanque le bourdon.


Heureusement ce genre d’échanges reste anecdotique, sinon le monde mettrait tellement de temps à évoluer en plus bienveillant.

Sainte-doula ? De mon vivant ? J’crois pas non.

Gros câlins

Maintenant, vous saurez qu’en faisant éventuellement appel à moi, vous encourez éventuellement un danger. Je préfère être transparente avec vous. Sachez que la doula en moi est alignée avec son cœur et le cœur ne ment jamais.




Rituel du Bain Sensoriel ® De Tania MASSOUF

J’ai rencontré Tania lors de la formation doula d’Envol et Matrescence. Une chance inouïe !

Elle nous a présenté le Rituel du Bain Sensoriel® lors d’un module. Une révélation. Je suis tombée en amour. J’ai attendu patiemment que la Vie œuvre grâce à mes actions et mes choix, pour suivre sa formation l’année suivant notre certification. Vœu exaucé !

Durant cette formation, mon cœur a encore grandi ! Tel celui du Grinch, le mien a repris son volume (définitif sous peine d’explosion) à fortes doses d’ocytocine.

Tania en est la créatrice, c’est elle qui en parle au plus juste : Être femme naître maman.

Cet outil est, d’après mon ressenti d’ambassadrice certifiée, idéal lors de ce passage de femme à mère, de couple à parents et de famille agrandie par l’arrivée d’un frère ou d’une sœur. Dans le post-partum, il peut faire une très belle différence. Il offre un espace d’écoute, de douceur et d’attention dont de nombreux parents ont besoin.

Fière d’être ambassadrice du Rituel du Bain Sensoriel ® 

Me voilà dotée d’une nouvelle corde à mon arc, d’une belle pépite dans mon sac de Mary Poppins et d’Hermione !
Amis, famille, un bébé arrive dans votre entourage ? C’est une idée de cadeau de naissance qui sera grandement appréciée !



La bienveillance en dessins

Quand j’ai découvert Bougribouillons et Fanny Vella, j’étais aux anges ! Enfin des dessins sur des situations concrètes ! Souvent les images parlent d’elles-mêmes. On dit bien « le poids des mots, le choc des photos ». Pour moi c’est pareil. Je visualisais enfin ce qu’il y avait dans ma tête, mes souvenirs, mon inconscient et aussi mes dénis. Grand MERCI à ces autrices de talent !

le talent de Fanny Vella

J’ai naïvement pensé que la cause des enfants ainsi représentée, serait mieux comprise. Oui ça touche des gens mais une majorité nous déballe la même marchandise d’un autre siècle, les mêmes arguments complètement dépassés et à côté de la plaque : « ça fait des enfants rois », « on a été éduqué comme ça et on n’en est pas mort« , « c’est ça l’éducation » et autres sempiternelles idées conçues par un patriarcat qui a la dent dure (et le tartre presque indélogeable).

Pour ces réfractaires au changement, c’est toujours la même rengaine, en boucle. Comme si de l’avoir vécu eux-mêmes et bien il n’y a aucune raison pour que les nouvelles générations ne le vivent pas. « Non mého ! j’ai été élevé à la dure et je remercie mes parents, sinon je serai un délinquant et on voit bien la recrudescence depuis Dolto« … Ah Mme Dolto, de l’autre côté, j’espère que ça vous fait rire… A ce propos, un fbkien m’a dit qu’elle était controversée. En fait, elle s’est surtout adressée à d’autres générations, dans un contexte précis. Voilà les raccourcis qui sont rabâchés à longueur de commentaires sur fb.

Si j’ai bien compris, des illustrations précises font réagir.

Par exemple :

  • Finir son assiette c’est essentiel = merci le forçage qui engendre tellement de malbouffe et de troubles alimentaires éventuels.
  • Prêter tous ses jouets, c’est vital pour ne pas devenir égoïste =c‘est vrai que notre société est un bel exemple de solidarité = chacun pour soi et dieu pour les bons et vrais religieux/selon fb. Ouf dans la IRL, c’est différent !!!
  • Surtout OBÉIR c’est indispensable sinon où va-t-on ? = On se le demande. L’obéissance c’est à l’armée et dans les forces de l’ordre. Les gardiens de la paix sont en voie d’extinction. Maintenant, on obéit sans rechigner à des ordres plus que contestables. Comme si la bienveillance et l’écoute respectueuse pouvaient amener l’anarchie.

Quant à la question du bisou, j’en ai aussi parlé un peu partout sur ce site notamment dans la sacro-sainte Politesse. Je vous partage un avis intéressant sur une fonction essentielle du bisou selon une fbkienne :

Je n’avais jamais vu le bisou sous cet angle. Ça m’aurait été difficile, n’aimant qu’à peine les contacts physiques. Je précise tout de même que le bisou, même si je ne l’aime pas, je ne l’ai jamais considéré comme mauvais. Quelque chose me dit que Fanny Vella non plus. On parle quand même d’être forcé à faire le bisou quand on n’en a pas envie et parfois à de parfaits inconnus. Y’a une nuance considérable. Dans mon expérience d’EJE et de mère, rares sont les enfants qui disent non aux bisous. Mes deux fils m’ont bisouillée dès leur plus jeune âge (surtout pour se soulager les gencives, pour être honnête) et aujourd’hui, les deux n’ont plus envie, avec personne. Rien à voir avec le fait que ce soit nouveau. Au contraire, ça ressemble plus à une forme de lassitude. Et puis depuis 2020, c’est « pas covid » et ça nous arrange.

Ma curiosité m’a fait chercher d’où vient ledit bisou, dit baiser à son origine : origines du baiser.

Chez les chrétiens, je cite : « Au premier siècle, Saint Paul de Tarse recommande : « Saluez-vous les uns les autres, par un saint baiser ». Paul n’est clairement pas mon préféré. Je trouve « ses écrits » misogynes et patriarcaux, et ça n’engage que moi.

Je ne vais pas reprendre tout ce que j’ai déjà patiemment répondu aux commentaires de la publication de Kombini qui donne la parole à Fanny Vella. J’ai déjà quasiment évoqué la plupart de ces sujets sur ce site et ce depuis des années.

Je me demande de quoi ont peur celles et ceux qui se cachent derrière cette violence à peine voilée. Définition du mot violence :

Selon l’OMS2, la violence est l’utilisation intentionnelle de la force physique, de menaces à l’encontre des autres ou de soi-même, contre un groupe ou une communauté, qui entraîne ou risque fortement d’entraîner un traumatisme, des dommages psychologiques, des problèmes de développement ou un décès.

Wikipedia

À votre avis, les VEO sont-elles de pures inventions exagérées ? N’y a t-il aucun changement possible dans les mentalités éducatives ? Est-ce une dérive de se questionner sur des pratiques éducatives du 20ème siècle ? Créons-nous une génération encore perdue ?

le talent de Bougribouillons

Au-delà de ma mémoire traumatique

Précision d’une extrême importance : tout ce qui est écrit ne concerne que MON expérience. Si ça vous choque, alors évitez de vous infliger cette lecture et pensez à fermer la page.

J’ai parfois évoqué le déni d’événements traumatisants dans ma vie d’enfant. La mémoire traumatique a longtemps eu l’avantage sur ma capacité à raisonner. Depuis que j’observe mes personnages et mon ego, la donne change. Le statut de victime est derrière moi. Si je donne l’impression d’analyser avec froideur, c’est parce que les émotions ont été complètement traversées. En bref, c’est fini, c’est le passé.

Divers sujets traités sur fb ont fait cheminer mon regard sur ce qui est arrivé durant mon enfance. Notamment le procès posthume de Françoise Dolto. J’ai été, comme tout un chacun, secouée par ses propos sur l’inceste et les abus sexuel. L’inceste ne me concerne pas car mes parents n’étant pas déviants, ils n’ont pas profité de ladite période nommée « polymorphe pervers » (vocabulaire freudien douteux) que je transformerai en « curiosité sexuelle infantile ».

Ma curiosité sexuelle durant l’enfance a été sévèrement réprimée et réprimandée par mon entourage familial (pas forcément par mes parents d’ailleurs). C’était  » dégoutant et interdit de s’explorer !! » Curieusement je m’en souviens ! Sans autres explications, sans pédagogie ni aucun contenu préventif, l’enfant que j’étais à continuer à trouver ça « intéressant ». Peut-être bien que si j’avais été prévenue du danger des adultes absuseurs et de l’existence de mon consentement, je me serai « défendue ». Or peut-être que l’enfant que j’étais a pensé qu’un adulte avait le droit de faire ça : explorer mon vagin. Puisque moi je n’en avais pas le droit. Avec une notion d’interdit appliquée à moi-même, ça avait du sens, peut-être. Pour le coup je ne me souviens plus du tout des détails. Aujourd’hui, je me dis que ça se tient. Les pensées enfantines sont parfois loin de celles des adultes.

Avec les années, j’ai appris que l’abuseur en question avait été abusé durant son enfance, par son propre père… ça n’excuse pas sa déviance mais ça l’explique ! ça change le regard, ça le contextualise.

Je n’ai pas vraiment de conclusion à ce cheminement de pensées. Depuis des années, je ressens de la compassion pour ces adultes et enfants abusés, parfois devenus aussi déviants, emprisonnés dans un cercle vicieux. Je n’ai pas de solution à apporter, si ce n’est la prévention, l’attention à des comportements « questionnants » et la vigilance.

Je reconnais le travail de Françoise Dolto. Ses dires sont basés sur des réflexions que je respecte. Aujourd’hui, à la lumière de ma mémoire qui n’est plus traumatique, je suis capable d’écrire que dans mon cas, c’est fondé. Je pense que j’aurai pu éviter les actes de l’abuseur. Le contexte le permettait mais peut-être pas ma maturité. Quand je vois la force de vie de certains enfants, je me dis que rien de tout cela ne peut leur arriver. Ils refusent le bisou « forcé » avec une telle vigueur. Ils sont insoumis et peut-être que ça les protège.

De la responsabilité (parentale)

Mea culpa

J’ai encore cédé à la tentation de polémiquer. En même temps, j’avais 5h de tgv à occuper.

Et puis mon ego a besoin de se dégourdir les neurones.

Oui je suis incorrigible. Parfois je me dis que je ferai mieux de fermer ce foutu compte fb, mais il parait que je suis douée pour réseauter. Et comme j’ai détesté LinkedIn et vomi Instagram, il me reste peu d’alternatives.

Donc, j’ai récidivé. Comme je répondais à une fbkienne, j’en ai marre des parents qui se déresponsabilisent pour un oui, pour un non. Oui il y a fautif et oui il y a erreur mais le schéma victime/coupable est biaisé. Avant d’accuser quelqu’un.e à l’extérieur, regarde où TOI en tant que parent responsable tu as failli. Moi aussi je faillis chaque jour. Le but c’est de faire moins d’expériences traumatisantes dans sa vie et celle de nos enfants, oui ou non ?

C’est tout ce que j’avais à dire et ça n’a pas fait l’unanimité. Ça a déclenché un paquet de rageurs et rageuses. Avec toujours les mêmes attaques personnelles, à côté du sujet.

Bref, fb n’a pas beaucoup changé. A moi de regarder plus souvent les pépites que j’y ai retrouvé et que je découvre avec émerveillement.

Homo Paradoxalis dans toute sa splendeur.

Quand mes enfants sont en ma présence, je suis responsable de tout ce qui leur arrive. Si mon enfant avait bu ce verre de vodka, j’aurai été la première responsable. Et ça ne signifie rien d’autre que ce qui est écrit.

Et ouais j’ai un coeur !

Mon GRAND pourquoi

7ème défi du grand défi visibilité offert par Delphine Debeauve.

J’ai déjà réfléchi à cette question lors du formidable tremplin/bilan de compétences d’oser le job de ses rêves.

Mon WHY, en 2020

«Accompagner l’humain vers l’Être pour qu’il contribue à son tour à un monde meilleur ».

Ma maxime de doula, en 2021

«J’incarne la force silencieuse pour offrir au monde ma présence JE SUIS ».

Le pourquoi de l’EJE écrit hier dans mes valeurs

«La liberté sans horloge. Accueillir et vivre la vie telle qu’elle se présente ».

Mon Grand Pourquoi, en 2022, regroupe le tout

Vivre VIVANTE telle que je suis !

Merci le ChouBrave ! de m’avoir soufflée l’évidence.

Telle que je suis c’est mon potentiel au service de ma vie et d’une société harmonieuse, à laquelle nous aspirons toutes et tous.

Vivante parce que le mode zombie, je connais. Il y a trop de morts-vivants sur Terre aujourd’hui.

C’est une évidence qu’en vivant telle que je suis, je serai un témoignage que c’est possible, accessible et même le sens de la vie. Alors autour de moi, les un.e.s et les autres s’autoriseront à leur tour et à leur rythme, à être qui ils sont.

Merci au groupe du défi visibilité qui m’inspire chaque jour. Merci infini à Delphine pour le temps et l’énergie qu’elle nous partage.

Aimons-nous vivants. (Oui c’est aussi une chanson).

Harmonie

Mes valeurs ?

C’est le 6ème défi dans le grand défi de visibilité « j’ose être visible » offert par Delphine Debeauve.

Sans être difficile en soi, c’est une question qui m’a toujours posée problème, en entretien. Je ne comprenais pas que l’on me demande d’énoncer ce qui m’anime intrinsèquement. Je le vis et c’est visible. Ça ne s’argumente pas. Et puis si c’est important pour moi, je n’exige rien en retour.

Comme à chaque hésitation, j’ai zieuté le dico. Selon le Larousse internet :

Faire une liste de ce qui est posé comme vrai, beau et bien de mon point de vue, c’est possible mais pas définitif. Déjà, au bout de +40 années, je commence à trouver les qualificatifs « beau, bien et vrai » dénués de sens, trop vagues.

Je préfère donc « ce qui a du sens à mes yeux aujourd’hui, c’est d’explorer :

l’Être,

la conscience

et la présence.

Je sens que c’est le fondement et la base de tout, pour changer mon regard sur les expériences de la vie, telle qu’elle se présente à moi. Et si chacun.e commence à s’intéresser à cette aventure, mon petit doigt me dit que ça peut tout changer. D’abord Soi et le monde changera. Car Soi+Soi+Soi etc = un collectif harmonieux.

Il m’aura fallu plusieurs décennies pour l’envisager. Parce que c’est pas faute de l’avoir lu, entendu, répété de la part de plusieurs êtres humains ! Lao Tseu, Yeshua, Gandhi, Martin Luther King, Bernard Weber, Eckart Tollé etc.

Mes expériences professionnelles m’ont montrée que défendre une cause est un processus de longue haleine. Il n’y a rien à attendre, sinon c’est la déception assurée. Vivre ses causes c’est bien plus constructif mais sans y prendre garde, l’égo prend trop de place et c’est le burn-out assuré.

L’idéal reste pour moi de donner l’exemple et en même temps c’est lent, très lent. Mais qui est pressé ? La société que nous avons créée.
Exemple en crèche : c’est l’heure de la chanson du matin pour se dire bonjour, c’est l’heure de jouer, c’est l’heure du change, c’est l’heure de l’histoire le plus souvent TOUS ENSEMBLE même si les enfants n’ont pas envie. C’est l’heure du pipi. C’est l’heure du jardin, c’est l’heure de la sieste et c’est comme ça toute la journée. Et après on s’étonne que les enfants et les adultes soient épuisés, malades, ronchons…

Ma valeur aujourd’hui si j’avais l’occasion de travailler à nouveau en collectivité serait : La liberté sans horloge . Il se passe ce qu’il se passe quand il y a envie et besoin.

Accueillir la vie comme elle se présente.

Ça fait beaucoup à repenser, n’est-ce pas ? Qu’en pensez-vous ? Des idées à partager ? Comme chanter dans le jardin. Lire une histoire sans le groupe entier. Aller se promener sans destination particulière. Etc.

Sortir de sa zone de confort ?

L’injonction préférée du développement personnel

J’ai déjà évoqué dans quelques écrits ma difficulté à la cerner : « sortez de votre zone de confort /pour changer de vie/ pour voir la vie autrement/pour vivre sa vie », etc.

Après avoir rencontré, suivi la pratique qu’elle propose puis écouté Charlotte Hoefman et Joachim, mon ego est en mesure de clamer haut et fort : « j’ai compris !!! » Quel mytho. Va falloir plus de temps que le soir même pour intégrer l’information.

J’ai participé à un week-end découverte «reconnecter à soi »

Comme pour David Laroche, j’ai connu Charlotte Hoefman via sa chaîne YouTube, « par hasard ». J’ai fait l’effort de la rencontrer. Dans un grand groupe. Ce qu’à priori je déteste le plus, donc une des plus risquées sorties de zone de confort jusqu’à aujourd’hui. De ma propre volonté. Grâce à une amie. Je suis toujours vivante.

Il y a des vérités difficiles à contester. Telle que « c’est en forgeant que l’on devient forgeron ». A moins de naître avec un marteau à la main comme Thor. C’est un dieu.
Ce week-end est inracontable, inqualifiable. C’est tentant de raconter mon histoire. En même temps, ça sera insuffisant pour partager la palette de ce qui s’y est passé. C’est mon week-end et celui du groupe. Il ne se passera jamais pareil dans un autre groupe, un autre week-end. C’est une expérience unique. D’ailleurs ces deux mots côte à côte sont redondants. C’est un pléonasme. Donc aucun intérêt de la raconter.

Ce qu’il faut retenir :

La groupie, que je suis, a rencontré Charlotte Hoefman et Joachim. Mon ego avait envie de le partager.
C’est d’une intensité que j’irai vérifier si j’étais vous. Je suis sortie de ma zone de faux confort pour le faire.


12 et 13/03/2022
J’ai voulu vivre cette expérience

« Aide-moi à faire seul.e » ou l’autonomie Selon l’adulte

De retour sur fb

Depuis à peine… je ne sais plus, mais déjà trop longtemps !!! Me voilà à polémiquer…Pfff je suis irrécupérable. A croire que l’algorithme sait ce qui va faire réagir mon ego… C’est facedespion que tu devrais te nommer !
Suite à une publication proposée je ne sais par quel hasard facebookien, je vois un jeune enfant enfiler son manteau selon la technique « ancestrale » de l’école maternelle : au sol et par dessus la tête. La dénommée « technique du papillon ».

Je lis les commentaires…

Parce que j’aurai bien aimé être anthropologue, et puis c’est là que c’est intéressant, soyons honnêtes. Je commente (c’est plus fort que moi) en écrivant grosso modo que je n’ai jamais aimé faire ça, ni apprendre aux enfants à le faire parce que PAR TERRE C’EST SALE !!!!! Qui le serine aux enfants 100 fois par jour ? Les adultes !

Au nom de la sacro-sainte autonomie, la règle de base de l’hygiène part en fumée, juste le temps de permettre à l’adulte de gérer le groupe. Pas trop le temps de montrer comment faire, inlassablement pendant des semaines, voire plus. {C’est une vocation de montrer, de transmettre et d’enseigner}.

Les gens font ce qu’ils veulent.

Par contre dire que c’est la meilleure méthode et la seule, non.
Le sol n’a pas le monopole de l’autonomie, une fois que l’on est en position verticale. Le sol des crèches et des écoles est rarement nickel longtemps, qu’on l’accepte ou non. Enlever et enfiler son manteau se fait souvent dans l’entrée et/ou le couloir. Lieu de passage de centaines de semelles de chaussures qui piétinent des trottoirs très souillés, notamment en ville.

Et là, sous mon commentaire apparaît grosso modo que de toutes façons, c’est sale partout : les mains des enfants qui touchent à tout…Hum, merci pour le scoop. Prise au piège, je renchéris « et c’est une raison pour mettre les manteaux par terre ? ». Réponse « et chez vous c’est propre ?» Etc. À ce moment-là, je me rappelle pourquoi j’ai viré fb de ma vie il y a quelques années : les commentaires déplacés qui visent la vie privée.

Tout ça pour dire que fb c’est aussi chiant qu’inspirant. Dommage que tellement de gens confondent l’avis des uns avec la vie des autres.

Pour en revenir à ce que m’évoque cette technique, déjà utilisée dans les années 80 (et sûrement avant), qui n’a rien de révolutionnaire : elle mériterait de disparaître. Elle a fait son temps.

Mon partage sur fb.

Petites vidéos exemples, sur Crowdbunker.

Et l’entraide dans tout ça ?

Adulte, quand je galère à enfiler ma veste ou autre, il y a toujours quelqu’un.e pour m’aider. Alors oui, les enseignants ont « 30 manteaux à aider ». En crèche, c’est possible d’en faire un temps d’apprentissage ludique, sans pour autant utiliser le sol.

En connaissez-vous d’autres des méthodes pour enfiler seul.e son vêtement ? Je les lirai avec plaisir en commentaire.


Guider c'est montrer les pistes. "Chacun sa route, chacun son chemin". La solution est en chacun de nous.