Festival « les ptits Cannes à you » avec un enfant de 43 mois/2nde semaine

Comme prévu, cette semaine fut plus légère et la pause du mercredi très appréciée !

Le cinéma était à l’honneur. La salle obscure et le grand écran sont une découverte pour le cadet depuis les courts métrages chinois, dont « l’écureuil coiffeur« , de la semaine dernière. Après quelques essais, plus ou moins concluants, à la maison, il s’avère que tenir plus d’une heure devant un scénario, c’est long. Sauf pour « Mon voisin Totoro » et « Ponyo sur la falaise« , qu’il adore. Aucun Disney n’a réussi à le tenir en haleine…même « Cars », pourtant il trouve Flash Mc Queen super chouette !

Pour une première, il a donc visionné 8 courts métrages : 4 lundi et 4 mardi, dans la même salle. Il a déclaré que certains n’avaient vraiment « rien d’intéressant » et d’autres lui ont beaucoup plu.

Sa préférence est allée au court métrage le plus long des 4 : les petits explorateurs. L’espace, les fusées et les robots le passionnent. Il a posé des questions sur la langue des signes qui l’a intrigué.

les ptits explorateurs

Le lendemain, le voyage en ballon a eu sa faveur, surtout quand une fourmi a fait caca… et oui période toujours en cours, à grand renfort de « caca pourri » et d’éclats de rires tonitruants…Bref.

le voyage en ballon

 

Pour finir la semaine, j’avais choisi un spectacle musical dont le descriptif me semblait prometteur dans le contenu et la durée : le jardin zoologique.

Souvent, ce que j’imagine est très éloigné de la réalité. J’ai été surprise. Mon fils moins. Il a montré de nombreux signes d’impatience, dès le départ. Les ateliers proposés étaient soit trop compliqués pour lui (papillon en origami) soit trop spécialisés (présentation d’instruments moins connus). La participation demandée aux spectateurs était vraiment drôle ; j’ai gardé l’air toute la  fin d’après-midi en tête ! Le spectacle m’a plu, bien que j’ai du gérer l’impatience du 43 mois. J’ai observé de nombreux plus jeunes qui étaient dans le même « état », soit à cause de la fatigue, soit parce que c’était trop long pour eux. Pour faire court, j’ai plus apprécié que celui que j’ai accompagné.

Pour conclure, cette édition 2017 du festival surprenant et agréable. Les vacances sont, en effet, passées à toute allure avec une découverte presque chaque jour. Les programmations sont bien choisies, variées et ciblées. A mon sens, c’est important de suivre les tranches d’âge proposées, à moins de bien connaître son enfant ou de lui avoir fait découvrir des spectacles avant.

Festival « les ptits Cannes à you » avec un enfant de 43 mois/1ère semaine

 

Edition 2017

Cette année, je suis disponible et les vacances durent 15 jours ! La ville de Cannes nous a concoctés un joli programme pour les enfants. J’ai choisi d’emmener le cadet en milieu culturel, histoire de l’occuper. Il apprécie énormément. La programmation est variée et permet de choisir en fonction de l’âge. Pour cette fois, je fais confiance à ceux qui ont décidé les tranches. En matière de spectacles pour enfant, c’est délicat, notamment selon les tempéraments des uns et des autres. J’ai donc opté pour les spectacles dès 2 ans et moins de 4 ans, pour éviter d’éventuelles longueurs ou frayeurs inutiles. Des enfants qui pleurent dès que les lumières s’éteignent, c’est assez courant. J’ai coaché le cadet en lui expliquant tout en détail : la pénombre, les sons plus ou moins forts, les lumières etc. Son premier spectacle c’était Petit Ours Brun, dans un théâtre parisien, avant ses 3 ans et ça s’était très bien déroulé. J’étais assez confiante sur sa capacité à patienter et à rester « silencieux ».

Avant chaque spectacle, les enfants sont prévenus des « consignes » faciles à mettre en pratique…enfin pour certains, c’est plus simple que pour d’autres.

Evidemment, c’est payant, mais ce genre de travail a bel et bien besoin d’être rémunéré et les prix sont tout de même abordables. Il existe des tarifs réduits. Je me présente avant que ça ne commence et il reste toujours des places. J’ai préféré faire de cette manière pour rester libre des horaires choisis en fonction des réveils et siestes qui diffèrent parfois chaque jour. Prévoir à l’avance de manière rigide, j’évite.

Nous avons commencé par Couac, une très jolie adaptation du vilain petit canard. Moment magique pour nous 2, malgré de nombreux bavardages intempestifs.

Couac, le vilain petit canard en poésie

Un extrait pour vous :

Le lendemain, nous avons découverts 3 courts métrages chinois, des années 70, mis en musique en direct-live ! Très chouette. Du bon son comme on l’aime.

L’écureuil coiffeur et autres peintures chinoises

Que serait un festival sans  marionnettes ? Voilà un spectacle drôle et coloré qui nous a bien fait rire et réfléchir. De prime abord, le thème du zoo animalier, ça me chiffonne mais la « morale » est sauve.

Pour finir la semaine, j’ai choisi de monter sur scène avec mon petit curieux et ce fut amusant et fascinant. Enfin, une représentation interactive dans laquelle nous participons du début à la fin. Expérience inoubliable !

Le rythme d’un spectacle par jour est quand même fatigant pour lui. C’était relâche vendredi. Trop de fatigue, trop de sollicitations. Besoin de récupérer de sa rentrée en maternelle, mine de rien. Il lui restait assez d’énergie pour raconter chaque représentation à son père tous les soirs. Ravi de revivre les émotions du jour.

La semaine prochaine sera sûrement plus légère.