Archives de catégorie : société

La bienveillance en dessins

Quand j’ai découvert Bougribouillons et Fanny Vella, j’étais aux anges ! Enfin des dessins sur des situations concrètes ! Souvent les images parlent d’elles-mêmes. On dit bien « le poids des mots, le choc des photos ». Pour moi c’est pareil. Je visualisais enfin ce qu’il y avait dans ma tête, mes souvenirs, mon inconscient et aussi mes dénis. Grand MERCI à ces autrices de talent !

le talent de Fanny Vella

J’ai naïvement pensé que la cause des enfants ainsi représentée, serait mieux comprise. Oui ça touche des gens mais une majorité nous déballe la même marchandise d’un autre siècle, les mêmes arguments complètement dépassés et à côté de la plaque : « ça fait des enfants rois », « on a été éduqué comme ça et on n’en est pas mort« , « c’est ça l’éducation » et autres sempiternelles idées conçues par un patriarcat qui a la dent dure (et le tartre presque indélogeable).

Pour ces réfractaires au changement, c’est toujours la même rengaine, en boucle. Comme si de l’avoir vécu eux-mêmes et bien il n’y a aucune raison pour que les nouvelles générations ne le vivent pas. « Non mého ! j’ai été élevé à la dure et je remercie mes parents, sinon je serai un délinquant et on voit bien la recrudescence depuis Dolto« … Ah Mme Dolto, de l’autre côté, j’espère que ça vous fait rire… A ce propos, un fbkien m’a dit qu’elle était controversée. En fait, elle s’est surtout adressée à d’autres générations, dans un contexte précis. Voilà les raccourcis qui sont rabâchés à longueur de commentaires sur fb.

Si j’ai bien compris, des illustrations précises font réagir.

Par exemple :

  • Finir son assiette c’est essentiel = merci le forçage qui engendre tellement de malbouffe et de troubles alimentaires éventuels.
  • Prêter tous ses jouets, c’est vital pour ne pas devenir égoïste =c‘est vrai que notre société est un bel exemple de solidarité = chacun pour soi et dieu pour les bons et vrais religieux/selon fb. Ouf dans la IRL, c’est différent !!!
  • Surtout OBÉIR c’est indispensable sinon où va-t-on ? = On se le demande. L’obéissance c’est à l’armée et dans les forces de l’ordre. Les gardiens de la paix sont en voie d’extinction. Maintenant, on obéit sans rechigner à des ordres plus que contestables. Comme si la bienveillance et l’écoute respectueuse pouvaient amener l’anarchie.

Quant à la question du bisou, j’en ai aussi parlé un peu partout sur ce site notamment dans la sacro-sainte Politesse. Je vous partage un avis intéressant sur une fonction essentielle du bisou selon une fbkienne :

Je n’avais jamais vu le bisou sous cet angle. Ça m’aurait été difficile, n’aimant qu’à peine les contacts physiques. Je précise tout de même que le bisou, même si je ne l’aime pas, je ne l’ai jamais considéré comme mauvais. Quelque chose me dit que Fanny Vella non plus. On parle quand même d’être forcé à faire le bisou quand on n’en a pas envie et parfois à de parfaits inconnus. Y’a une nuance considérable. Dans mon expérience d’EJE et de mère, rares sont les enfants qui disent non aux bisous. Mes deux fils m’ont bisouillée dès leur plus jeune âge (surtout pour se soulager les gencives, pour être honnête) et aujourd’hui, les deux n’ont plus envie, avec personne. Rien à voir avec le fait que ce soit nouveau. Au contraire, ça ressemble plus à une forme de lassitude. Et puis depuis 2020, c’est « pas covid » et ça nous arrange.

Ma curiosité m’a fait chercher d’où vient ledit bisou, dit baiser à son origine : origines du baiser.

Chez les chrétiens, je cite : « Au premier siècle, Saint Paul de Tarse recommande : « Saluez-vous les uns les autres, par un saint baiser ». Paul n’est clairement pas mon préféré. Je trouve « ses écrits » misogynes et patriarcaux, et ça n’engage que moi.

Je ne vais pas reprendre tout ce que j’ai déjà patiemment répondu aux commentaires de la publication de Kombini qui donne la parole à Fanny Vella. J’ai déjà quasiment évoqué la plupart de ces sujets sur ce site et ce depuis des années.

Je me demande de quoi ont peur celles et ceux qui se cachent derrière cette violence à peine voilée. Définition du mot violence :

Selon l’OMS2, la violence est l’utilisation intentionnelle de la force physique, de menaces à l’encontre des autres ou de soi-même, contre un groupe ou une communauté, qui entraîne ou risque fortement d’entraîner un traumatisme, des dommages psychologiques, des problèmes de développement ou un décès.

Wikipedia

À votre avis, les VEO sont-elles de pures inventions exagérées ? N’y a t-il aucun changement possible dans les mentalités éducatives ? Est-ce une dérive de se questionner sur des pratiques éducatives du 20ème siècle ? Créons-nous une génération encore perdue ?

le talent de Bougribouillons

Au-delà de ma mémoire traumatique

Précision d’une extrême importance : tout ce qui est écrit ne concerne que MON expérience. Si ça vous choque, alors évitez de vous infliger cette lecture et pensez à fermer la page.

J’ai parfois évoqué le déni d’événements traumatisants dans ma vie d’enfant. La mémoire traumatique a longtemps eu l’avantage sur ma capacité à raisonner. Depuis que j’observe mes personnages et mon ego, la donne change. Le statut de victime est derrière moi. Si je donne l’impression d’analyser avec froideur, c’est parce que les émotions ont été complètement traversées. En bref, c’est fini, c’est le passé.

Divers sujets traités sur fb ont fait cheminer mon regard sur ce qui est arrivé durant mon enfance. Notamment le procès posthume de Françoise Dolto. J’ai été, comme tout un chacun, secouée par ses propos sur l’inceste et les abus sexuel. L’inceste ne me concerne pas car mes parents n’étant pas déviants, ils n’ont pas profité de ladite période nommée « polymorphe pervers » (vocabulaire freudien douteux) que je transformerai en « curiosité sexuelle infantile ».

Ma curiosité sexuelle durant l’enfance a été sévèrement réprimée et réprimandée par mon entourage familial (pas forcément par mes parents d’ailleurs). C’était  » dégoutant et interdit de s’explorer !! » Curieusement je m’en souviens ! Sans autres explications, sans pédagogie ni aucun contenu préventif, l’enfant que j’étais à continuer à trouver ça « intéressant ». Peut-être bien que si j’avais été prévenue du danger des adultes absuseurs et de l’existence de mon consentement, je me serai « défendue ». Or peut-être que l’enfant que j’étais a pensé qu’un adulte avait le droit de faire ça : explorer mon vagin. Puisque moi je n’en avais pas le droit. Avec une notion d’interdit appliquée à moi-même, ça avait du sens, peut-être. Pour le coup je ne me souviens plus du tout des détails. Aujourd’hui, je me dis que ça se tient. Les pensées enfantines sont parfois loin de celles des adultes.

Avec les années, j’ai appris que l’abuseur en question avait été abusé durant son enfance, par son propre père… ça n’excuse pas sa déviance mais ça l’explique ! ça change le regard, ça le contextualise.

Je n’ai pas vraiment de conclusion à ce cheminement de pensées. Depuis des années, je ressens de la compassion pour ces adultes et enfants abusés, parfois devenus aussi déviants, emprisonnés dans un cercle vicieux. Je n’ai pas de solution à apporter, si ce n’est la prévention, l’attention à des comportements « questionnants » et la vigilance.

Je reconnais le travail de Françoise Dolto. Ses dires sont basés sur des réflexions que je respecte. Aujourd’hui, à la lumière de ma mémoire qui n’est plus traumatique, je suis capable d’écrire que dans mon cas, c’est fondé. Je pense que j’aurai pu éviter les actes de l’abuseur. Le contexte le permettait mais peut-être pas ma maturité. Quand je vois la force de vie de certains enfants, je me dis que rien de tout cela ne peut leur arriver. Ils refusent le bisou « forcé » avec une telle vigueur. Ils sont insoumis et peut-être que ça les protège.

De la responsabilité (parentale)

Mea culpa

J’ai encore cédé à la tentation de polémiquer. En même temps, j’avais 5h de tgv à occuper.

Et puis mon ego a besoin de se dégourdir les neurones.

Oui je suis incorrigible. Parfois je me dis que je ferai mieux de fermer ce foutu compte fb, mais il parait que je suis douée pour réseauter. Et comme j’ai détesté LinkedIn et vomi Instagram, il me reste peu d’alternatives.

Donc, j’ai récidivé. Comme je répondais à une fbkienne, j’en ai marre des parents qui se déresponsabilisent pour un oui, pour un non. Oui il y a fautif et oui il y a erreur mais le schéma victime/coupable est biaisé. Avant d’accuser quelqu’un.e à l’extérieur, regarde où TOI en tant que parent responsable tu as failli. Moi aussi je faillis chaque jour. Le but c’est de faire moins d’expériences traumatisantes dans sa vie et celle de nos enfants, oui ou non ?

C’est tout ce que j’avais à dire et ça n’a pas fait l’unanimité. Ça a déclenché un paquet de rageurs et rageuses. Avec toujours les mêmes attaques personnelles, à côté du sujet.

Bref, fb n’a pas beaucoup changé. A moi de regarder plus souvent les pépites que j’y ai retrouvé et que je découvre avec émerveillement.

Homo Paradoxalis dans toute sa splendeur.

Quand mes enfants sont en ma présence, je suis responsable de tout ce qui leur arrive. Si mon enfant avait bu ce verre de vodka, j’aurai été la première responsable. Et ça ne signifie rien d’autre que ce qui est écrit.

Et ouais j’ai un coeur !

Mes valeurs ?

C’est le 6ème défi dans le grand défi de visibilité « j’ose être visible » offert par Delphine Debeauve.

Sans être difficile en soi, c’est une question qui m’a toujours posée problème, en entretien. Je ne comprenais pas que l’on me demande d’énoncer ce qui m’anime intrinsèquement. Je le vis et c’est visible. Ça ne s’argumente pas. Et puis si c’est important pour moi, je n’exige rien en retour.

Comme à chaque hésitation, j’ai zieuté le dico. Selon le Larousse internet :

Faire une liste de ce qui est posé comme vrai, beau et bien de mon point de vue, c’est possible mais pas définitif. Déjà, au bout de +40 années, je commence à trouver les qualificatifs « beau, bien et vrai » dénués de sens, trop vagues.

Je préfère donc « ce qui a du sens à mes yeux aujourd’hui, c’est d’explorer :

l’Être,

la conscience

et la présence.

Je sens que c’est le fondement et la base de tout, pour changer mon regard sur les expériences de la vie, telle qu’elle se présente à moi. Et si chacun.e commence à s’intéresser à cette aventure, mon petit doigt me dit que ça peut tout changer. D’abord Soi et le monde changera. Car Soi+Soi+Soi etc = un collectif harmonieux.

Il m’aura fallu plusieurs décennies pour l’envisager. Parce que c’est pas faute de l’avoir lu, entendu, répété de la part de plusieurs êtres humains ! Lao Tseu, Yeshua, Gandhi, Martin Luther King, Bernard Weber, Eckart Tollé etc.

Mes expériences professionnelles m’ont montrée que défendre une cause est un processus de longue haleine. Il n’y a rien à attendre, sinon c’est la déception assurée. Vivre ses causes c’est bien plus constructif mais sans y prendre garde, l’égo prend trop de place et c’est le burn-out assuré.

L’idéal reste pour moi de donner l’exemple et en même temps c’est lent, très lent. Mais qui est pressé ? La société que nous avons créée.
Exemple en crèche : c’est l’heure de la chanson du matin pour se dire bonjour, c’est l’heure de jouer, c’est l’heure du change, c’est l’heure de l’histoire le plus souvent TOUS ENSEMBLE même si les enfants n’ont pas envie. C’est l’heure du pipi. C’est l’heure du jardin, c’est l’heure de la sieste et c’est comme ça toute la journée. Et après on s’étonne que les enfants et les adultes soient épuisés, malades, ronchons…

Ma valeur aujourd’hui si j’avais l’occasion de travailler à nouveau en collectivité serait : La liberté sans horloge . Il se passe ce qu’il se passe quand il y a envie et besoin.

Accueillir la vie comme elle se présente.

Ça fait beaucoup à repenser, n’est-ce pas ? Qu’en pensez-vous ? Des idées à partager ? Comme chanter dans le jardin. Lire une histoire sans le groupe entier. Aller se promener sans destination particulière. Etc.

« Aide-moi à faire seul.e » ou l’autonomie Selon l’adulte

De retour sur fb

Depuis à peine… je ne sais plus, mais déjà trop longtemps !!! Me voilà à polémiquer…Pfff je suis irrécupérable. A croire que l’algorithme sait ce qui va faire réagir mon ego… C’est facedespion que tu devrais te nommer !
Suite à une publication proposée je ne sais par quel hasard facebookien, je vois un jeune enfant enfiler son manteau selon la technique « ancestrale » de l’école maternelle : au sol et par dessus la tête. La dénommée « technique du papillon ».

Je lis les commentaires…

Parce que j’aurai bien aimé être anthropologue, et puis c’est là que c’est intéressant, soyons honnêtes. Je commente (c’est plus fort que moi) en écrivant grosso modo que je n’ai jamais aimé faire ça, ni apprendre aux enfants à le faire parce que PAR TERRE C’EST SALE !!!!! Qui le serine aux enfants 100 fois par jour ? Les adultes !

Au nom de la sacro-sainte autonomie, la règle de base de l’hygiène part en fumée, juste le temps de permettre à l’adulte de gérer le groupe. Pas trop le temps de montrer comment faire, inlassablement pendant des semaines, voire plus. {C’est une vocation de montrer, de transmettre et d’enseigner}.

Les gens font ce qu’ils veulent.

Par contre dire que c’est la meilleure méthode et la seule, non.
Le sol n’a pas le monopole de l’autonomie, une fois que l’on est en position verticale. Le sol des crèches et des écoles est rarement nickel longtemps, qu’on l’accepte ou non. Enlever et enfiler son manteau se fait souvent dans l’entrée et/ou le couloir. Lieu de passage de centaines de semelles de chaussures qui piétinent des trottoirs très souillés, notamment en ville.

Et là, sous mon commentaire apparaît grosso modo que de toutes façons, c’est sale partout : les mains des enfants qui touchent à tout…Hum, merci pour le scoop. Prise au piège, je renchéris « et c’est une raison pour mettre les manteaux par terre ? ». Réponse « et chez vous c’est propre ?» Etc. À ce moment-là, je me rappelle pourquoi j’ai viré fb de ma vie il y a quelques années : les commentaires déplacés qui visent la vie privée.

Tout ça pour dire que fb c’est aussi chiant qu’inspirant. Dommage que tellement de gens confondent l’avis des uns avec la vie des autres.

Pour en revenir à ce que m’évoque cette technique, déjà utilisée dans les années 80 (et sûrement avant), qui n’a rien de révolutionnaire : elle mériterait de disparaître. Elle a fait son temps.

Mon partage sur fb.

Petites vidéos exemples, sur Crowdbunker.

Et l’entraide dans tout ça ?

Adulte, quand je galère à enfiler ma veste ou autre, il y a toujours quelqu’un.e pour m’aider. Alors oui, les enseignants ont « 30 manteaux à aider ». En crèche, c’est possible d’en faire un temps d’apprentissage ludique, sans pour autant utiliser le sol.

En connaissez-vous d’autres des méthodes pour enfiler seul.e son vêtement ? Je les lirai avec plaisir en commentaire.


la procrastination n’existe pas

David Laroche serait-il en désaccord avec ce titre ?

En 5mn qui dure plus de 20…

Longtemps j’ai pensé que j’étais parfaitement douée en procrastination. Tout remettre à plus tard. Faire au dernier moment. Ma spécialité c’est faire dans l’urgence. Non que j’adore ça, mais c’est seulement ainsi que ça semble fonctionner.

Contrairement à GI dans la vidéo de David, chez moi, c’est l’angoisse (notamment de la page blanche) et aucune récompense en retour. Quand je reporte, je n’ai pas l’impression que c’est pour de l’agréable. Compulsivement, je mise sur les tâches du quotidien ou je perds mon temps sur YouTube. Sans plaisir puisque la culpabilité ne me lâche pas.

Ça ne concerne que ma vie privée, mon épanouissement personnel. Quand je travaille, je n’attends jamais. Je fais même immédiatement et c’est très frustrant quand les circonstances m’en empêchent.

Depuis un long moment déjà, je sens que le procrastination est une énième étiquette pour parler d’un phénomène exclusivement humain. Alors que je le ressens plus comme « ce n’est pas le moment », tout simplement. J’ai déjà tenté de m’y mettre avant d’atteindre la date échéance écarlate, ça ne donne pas un résultat meilleur. L’urgence est ma solution. C’est devenu une croyance que c’est mieux comme ça. Parce que la plupart de mes expériences l’ont démontré. Pourtant cela génère du stress. Nécessaire ? Évitable ?

J’ai accroché tout de suite avec David Laroche, il y a quelques années. Il est charismatique. Puis je me suis lassée de tout ce dynamisme et j’ai arrêté de l’écouter. Sûrement parce que je n’arrivais pas à le suivre.

Globalement, je me lasse rapidement d’écouter des gens en vidéos. Je préfèrerai parler avec eux, directement. C’est aussi pour cette raison, que je me détache peu à peu des réseaux sociaux. Paradoxalement, je ne fais pas plus d’effort pour les rencontrer.

J’ignore pourquoi ma vie est telle qu’elle est. Ce que je sais, c’est que la motivation n’a rien à voir avec ce qui est nommé « blocages ». Nous sommes d’accord, David et moi à ce sujet. C’est bien plus compliqué que ça. J’ai besoin d’être alignée. De sentir. De ressentir que c’est possible. Que c’est maintenant le bon moment.

C’est lent. Très lent. Et en même temps, suis-je pressée ?

Eloge de la lenteur

Si j’étais un mammifère sans obligations matérielles et financières, aurais-je besoin d’objectifs à atteindre, de rêves à réaliser, d’argent à gagner ? Et si je n’avais pas envie de vivre la vie proposée aux humains ? Et si j’avais juste envie d’ ÊTRE ici, pour vivre tout simplement avec ce que la nature m’offre ? J’imagine qu’on me répondrai que je me serai incarnée en marmotte, si tel était le but de mon existence. Or je suis Mickaëlla. Et en même temps, je suis là pour être qui je suis et pas ce que l’on me demande.

Je suis ici pour montrer qu’il est possible d’Être avant de faire.

La procrastination n’existe donc pas. Il y a toujours un moment opportun pour tout. Si ce n’est pas maintenant, c’est plus tard, ou pas.

Éloge de la procrastination :

« Procrastiner, c’est se donner le droit de faire ce que l’on veut. Procrastiner, c’est s’accorder d’écouter au lieu de dire, de regarder au lieu de pointer du doigt.
Prenez l’exemple de la lecture. Quand vous avez pour la première fois été capables de lire un livre, vos parents ne pouvaient vous en décrocher : vous vouliez toujours plus d’histoires, plus de contes, plus d’aventures. Et du moment que l’école a commence à vous dire qu’il était obligatoire de lire, alors chaque page est devenue corvée. Car en vérité, ce sont bien les délais et les obligations qui minent nos existences. Donnez une balle à un enfant et il jouera avec toute la joie qui lui est caractéristique. Forcez-le à faire du sport parce que c’est pour son bien , et soudainement le ballon rond perd toute sa magie
. »


Beomai et BeOhMy

Il a fallut que je me ré-ouvre un compte fb (honte sur moi) le temps d’une courte formation pour que je découvre ce projet innovant et plein d’avenir ! Qu’est-ce que ça m’aurait rendu service il y a 22 ans. Je suis née trop tôt ou au mauvais siècle ! J’en parlerai aux familles qui me feront confiance pour les accompagner un bout de chemin avant, vers et après la naissance.

Beomai

J’en parle ici parce qu’après tout, il y a peut-être encore des gens qui prennent le temps de lire des suites de mots qui forment des phrases et partagent des idées. Qui sait ? Pas moi, je ne sais même pas où sont les statistiques de ce site. Depuis que j’ai fermé la page fb et quitté Instagram, la visibilité a sombré, ça s’est vérifié par le peu de commentaires. J’ai bien compris que le monde était très pressé d’aller vite. Et lire, c’est long.

Pour faire simple, concis et efficace, je n’invente rien. Je cite :

« Beomai, c’est quoi ?

Une application mais pas seulement !

  • 1. Rejoignez votre espace de grossesse privé
  • 2. Créez votre journal de bord quotidien
  • 3. Partagez vos émotions avec votre conjoint(e)
  • 4. Faites vivre votre liste commune de prénoms
  • 5. Accédez à des articles de professionnels de la périnatalité, bien vus et sans tabous
  • 6. Faites imprimer votre livre de grossesse personnel : vos souvenirs précieux dans un bel écrin »

C’est génial !! C’est normal, ma coeur cœur paillettes préférée fait partie du projet. Bravo à elle et à l’équipe pour cette lumineuse idée !!

Encore un peu de patience, c’est en cours de gestation. Ça finalise sa beauté !

Déracinée ?

Dans quel état j’erre ?

Parfois je me demande ce qui me retient ici. Pas sur Terre… Quoique ça me traverse l’esprit aussi. Ici, là, où j’habite. La réponse est simple : rien. Rien, sauf des circonstances, les restrictions sécuritaires, la stabilité du fils cadet, le travail de Chéri. Si j’écoutais ma caractéristique de la bougeotte, je serai déjà ailleurs.

Parfois, je me demande si être déracinée a pu engendrer ce genre de conséquences sur ma capacité à rester sereine, là où je suis. A ressentir difficilement un sentiment de plénitude = à peine plus de quelques minutes par jour.

Déracinée, c’est-à-dire ?

Mes parents, tous deux réunionnais depuis plusieurs générations, se sont rencontrés en Métropole. Ils y ont vécu. J’y suis née, ainsi que ma première petite soeur. J’y ai grandie. Puis, notre père est retourné à ses racines. Mais les miennes sont où ? Je les ai longtemps cherché : là où je suis née : en Alsace ? Là où j’ai grandie : à Paris ? Là où j’ai vécu plusieurs années et j’ai été diplômée EJE : à Nantes ? Là où est né le Cadet : sur la Côte d’Azur ? A chacun de ces endroits, semble-t-il. Parce que mes racines sont juste sous mes pieds ! Elles n’ont tout simplement pas encore trouvé où se planter. En tous cas, elles n’en ont pas encore envie.

Le propos de ce blabla

C’est une colère plus ou moins tenace qui me titille depuis le mois de décembre parce qu’elle me concerne directement : le besoin, la nécessité de retourner sur la terre de mes ancêtres et VOYAGER !!!! Me ressourcer auprès de ma famille ! ça devient un besoin IMPÉRIEUX après 10 années.

Je suis empêchée de voyager à cause d’incohérences farfelues (pour rester polie-tic-ment correcte). Ça fait des mois qu’un MOTIF IMPÉRIEUX est exigé des voyageurs au schéma vaccinal incomplet, qu’ils soient ou non originaires de l’île. Entre temps, les réunionnais ont été touché de moitié par le dernier variant en date : omicron.

Ma question est simple

D’où vient le virus si et seulement si, les bidosés et les tridosés testés ont eu le droit de s’y rendre ? QUI a contaminé l’île ????? Pas moi, puisque j’ai été obligée de décaler mon séjour de décembre. Encore heureux que les compagnies aériennes prennent ces impératifs en compte (pas comme Ouigo qui vole légalement sa clientèle !! Je prends le train pour prendre l’avion, puisque Paris est le centre de la France)

J’avais prévenu que c’était de la colère.

Juste par curiosité, ce serait intéressant de jeter un oeil sur les statistiques des irréductibles voyageurs qui ont réussi à utiliser des motifs impérieux. Histoire de vérifier qui peut bien passer pour le bouc émissaire dans ce scandale de crise sanitaire, sans précédent. Encore que, le motif impérieux est (était ? Ça change tout le temps) assorti d’un test avant, à l’arrivée et après une septaine (payés de notre poche. Finis les droits de la sécurité sociale à laquelle nous cotisons pourtant presque toutes et tous). Ce serait vraiment malvenu d’accuser cette catégorie de la population.

Cette forme de séparation de gens par catégorie en limitant les droits des uns par rapport à ceux d’autres porte un nom, mais chuuuuuut, faudrait pas choquer les oreilles sensibles et les autres pour lesquels ça n’a rien à voir. Quand on le vit, je vous assure que ça a TOUT à voir.

Ils ont inventé la ségrégation sanitaire

 ségrégation, nom fem, (bas latin segregatio, du latin classique segregare, isoler)

  • 1. Action de mettre à part quelqu’un, un groupe : L’argent opère souvent une ségrégation sociale.
  • 2. Processus par lequel une distance sociale est imposée à un groupe du fait de sa race, de son sexe, de sa position sociale ou de sa religion, par rapport aux autres groupes d’une collectivité.
oups sa langue a fourché

La vie en France et dans trop d’endroits du monde c’est : les libres de propager un virus même plus dangereux et les punis-cagibis cloués chez eux. C’est juste ?

C’est à se demander qui représente réellement un danger !

<3 Norbert l’Épouvantail<3

💛 Coup de cœur de la soirée : 3 livres. 3 aventures de Norbert, un épouvantail extraordinaire et ses touchants amis.💛

Choisi sur le site internet de la médiathèque (plus le droit d’entrée sans passe. OUI, je l’écrirai jusqu’à ce que cette hérésie s’arrête). Limitée à une nouveauté en ligne. Sur place (click&collect devant l’entrée), la médiathécaire a accepté volontiers de nous prêter les 3 en une seule fois. A notre grande joie !!!

J’étais tellement enthousiaste à leur lecture. Tellement émue ! Les pépites à mon cœur sont rares.

En ces temps étranges, quand je regarde le monde, il m’arrive, trop souvent à mon goût, de me demander ce qu’il reste d’espoir. Quand je lis des livres différents, comme ces trois-là, et j’espère beaucoup d’autres, je me dis que tout n’est peut-être pas perdu.

Norbert l’épouvantail

Les enfants, pour la plupart, parviennent à garder leur joie innocente. J’ignore comment ils font au milieu de ce raffut « mondial » et avec tout ce qu’ils subissent.

Romain a apprécié ces trois lectures et a beaucoup ri en répondant aux questions à la fin des histoires. Nous avons passé un doux moment, serein et joyeux à remplir nos seaux respectifs.

@jout : le lendemain pour s’entraîner à la lecture, il a voulu lire « la belle histoire ». Lui et moi avons découvert qu’il lisait avec plus d’aisance cette police d’écriture et qu’il faisait les liaisons sans même y penser. Alors que c’est encore haché et hésitant avec les « Sami et Julie » du CE1 (pour comparer). Il s’est senti en confiance et tout content de pouvoir lire de façon fluide. Il m’a dit qu’il trouvait que c’était plus facile parce que c’était moins petit. Mais quand je regarde, la taille est la même…

Ces histoires ne servent pas de fuite devant un monde qui déraille. Elles permettent que le monde change. Les contes emplis d’altruisme véhiculent un message que l’humanité semble oublier : la bonté sauvera le cœur des humains afin qu’ils re-deviennent des êtres humains.

Est-ce naïf d’y croire ou de s’y accrocher ? Celles et ceux qui pensent que oui ont peut-être trop de certitudes. Et d’après un grand philosophe :


https://youtu.be/5DBYiPla-iM

Merci Isabelle BRAMME-ABELLO et Emma DARCY et à tous ceux qui les ont inspirés ! J’ai raté la campagne Ulule et en même temps je les ai découverts et c’est bien l’essentiel !!