L’enfant que j’ai été

…est l’adulte que je suis.

J’ai été abusée et je n’en suis pas morte. La vie à côté de mon propre corps est une forme de vie. Corps sali, inexistant ou encombrant. Toujours en vie.

Lui, il est mort. Trop tôt, mais suffisamment longtemps après ses actes pour que je m’en souvienne de son vivant. J’ai toujours cru qu’il payait jour après jour pour ce qu’il m’avait fait. De mon point de vue, sa vie était pourrie, sans joie ni dignité. C’est aussi pour ça que je n’ai rien dit et parce que je voyais mon avenir tout tracé : gamine menteuse qui l’a sûrement cherché. A 9 ans… Je connaissais suffisamment ma famille pour savoir que ça l’aurait détruite. Elle s’est disloquée sans cette part obscure, alors je n’imagine même pas avec !

Je me suis tue et hélas tant d’année plus tard, je pense toujours que j’ai eu raison. Égoïstement. J’ai évité soigneusement de penser qu’il pouvait y avoir d’autres victimes.

Personne n’a rien dit. Soit les autres ont fait comme moi, soit j’ai été la seule. Personne ne le saura jamais. Il est mort avec son secret de pervers. Et nous sommes tous bâillonnés par la loi du silence. Si quelqu’un.e d’autre avait parlé, j’aurai parlé. Seule, c’était sa parole contre la mienne. La parole d’une femme vaut à peine, alors celle d’une enfant !

Quasiment personne ne le sait encore aujourd’hui. A quoi ça sert de salir ce qui est déjà dégueulasse ?

Pourquoi j’écris aujourd’hui ? Parce que le silence est assourdissant. C’est douloureux. Écrire est une thérapie. Et personne n’en souffrira. Il y a prescription.

Je me suis construite avec cette plaie. Ça ne m’a pas du tout rendue plus forte, ni courageuse, ni féministe. Cette plaie est devenue une cicatrice invisible. Le « si j’avais parlé » est une vie parallèle.

Quand j’écoute Charlotte Lewis, je n’ai aucun regret.

Est-ce l’emprise d’un pédophile décédé ? De la pitié pour sa famille ? Non. C’est la réalité d’un pays qui protège les pédocriminels. C’est la société dans laquelle nous vivons. Je me suis inconsciemment protégée d’encore pire que ce qu’il m’a fait subir. J’ai nommé : les Foudres de l’Injustice. Ça m’aurait brisée une seconde fois, plus bas que terre.

C’est belle et bien « la Honte ».

Je ne balance pas. J’ai trouvé ce mouvement anxiogène, à des années lumière de la haine que j’ai inévitablement ressentie après que le déni se soit fait la malle en ricanant. Je vomis juste la violence sous toutes ses formes.

La liste des praticiens et praticiennes qui m’ont accompagnée pour réintégrer mon corps est longue comme la muraille de Chine…et c’est loin d’être fini. Ce n’est jamais fini, même quand c’est enterré et pardonné. Jamais oublié.

Si un jour quelqu’un.e invente le moyen de distinguer À VIE la femme que je suis, de la victime que j’ai été, je lui décernerai le César de la meilleure thérapie de résilience du règne humain. A vos marques…

Je pense aussi…17 mars 2020

@jout : un blabla précédent sur le sujet concernant les enfants.

Aparté : je tire mon chapeau à Florence Foresti pour son animation fracassante d’une cérémonie de vieux croûtons endurcis avec une majeure partie de public qu’il faudrait pincer pour qu’il réagisse (rire était difficile). Oui, c’était courageux, oui c’était le lieu et oui c’était le moment. Heureusement qu’elle a été rémunérée pour ça. Enfin quoi, qui travaille gratuitement ? C’est une humoriste, hein. A la 46ème, que l’académie choisisse une intelligence artificielle pour faire le job. Source : j’ai vu des extraits sur YouTube : discours d’ouverture.