La mère suffisamment bonne

images

Par extension, le parent suffisamment bon

En première année de formation, les formateurs ont demandé de mettre par écrit notre représentation de la « bonne mère » afin de questionner et revoir les exigences que l’on associe à ce rôle. J’ai retrouvé mon écrit. Il date de 2005 :

« Une mère doit être :

– Douce, affectueuse, détendue et reposée

– Disponible

– Équilibrée

– Organisée

– A l’écoute

– Créative

– Complice mais pas copine

– Un appui, une (res)source

– Consciente de ses propres besoins.

Elle doit être garante de :

– la politesse

– La loi

– L’instruction

Dans la foulée j’avais écrit ma représentation du bon père.

Un bon père doit être :

– Garant des limites et de la loi

– Un exemple, un modèle

– L’autorité

– Joueur,

– Compréhensif

– Patient

– Juste

– Tiers séparateur

– Une référence

Il doit assurer le bien-être de ses enfants en travaillant, surtout si la mère reste au foyer. »

J’avais une vision très idéalisée de la parentalité et elle a beaucoup évolué.

Théorie : Selon Winnicott (pédiatre de formation, devenu psychanalyste pour enfants), le développement du concept de mère suffisamment bonne (good enough mother) se définit par trois actes nécessaires : le holding, le handling et l’object presenting.

Le holding ou portage désigne la façon de porter l’enfant, de façon plus ou moins serrée contre soi. Il a une valeur affective. Le bon holding est celui de la mère : il est connu, rassurant. Il s’agit aussi d’une introduction du corps dans l’espace, il influe sur la gestion du risque et de la sécurité de l’enfant plus tard.

Le handling est la manipulation de l’enfant, la façon d’agir sur lui dans le cadre du soin (nourrir, toilette, soins du cordon). Ces soins sont investis de différentes manières par les parents et comprend de nombreuses sensations tactiles et auditives pour le bébé. On encourage d’ailleurs les parents à masser leurs enfants dans un but d’apaisement. Le soin est aussi accompagné de parole. C’est par le handling que l’enfant peut dissocier son corps de l’environnement.

L’object presenting est la présentation de l’objet. Elle aide à découvrir le monde par petit bouts, de façon prémachée d’informations sur l’environnement. Il existait un courant aux USA prônant l’hyperstimulation des bébés en leur présentant des opéras, tableaux de grands maitres etc. Il faut savoir cependant que l’enfant préfère des présentations simples d’objets ayant une connotation affective plutôt qu’une culture froide et impersonnelle.

L’idée de mère suffisamment bonne vient du fait qu’elle ne doit pas l’être trop. Si les parents comblent tous les besoins avant qu’ils se présentent, cela ne laissera pas à l’enfant l’occasion d’éprouver du désir. Cela entraverait la capacité de l’enfant à élaborer face au manque par exemple, à sentir le besoin, à avoir envie de quelque chose, à agir. Il se fait alors l’objet du désir de l’autre. Il ne faut donc pas être trop bon non plus. L’enfant a déjà à s’occuper de l’angoisse d’abandon et une mère trop bonne y ajouterait une angoisse d’intrusion ainsi qu’un renforcement de l’angoisse d’abandon. Il est important à ce niveau de comprendre qu’on ne peut pas rattraper sa propre enfance à travers celle de l’enfant. L’enfant doit apprendre à être soi, tout seul, en présence de l’autre.

En conclusion, ma représentation de la « bonne mère » était trop intransigeante. La mère ne doit pas tout être. Elle fait ce qu’elle peut et ne sera pas tout au même moment. Elle sait doser les réponses qu’elle donne à son tout petit.

Une mère « pas assez bonne » laisse l’enfant dans la souffrance et dans l’angoisse, ce qui ne donne pas suffisamment de possibilités pour que l’enfant se sente exister, en le plongeant dans le néant. Au contraire, une mère « trop bonne » répond à l’enfant par anticipation en ne lui laissant pas ressentir le manque, qui est pourtant essentiel pour le développement de l’enfant, pour qu’il se sente exister comme différent de sa mère. L’enfant ayant une mère « trop bonne » selon cette théorie reste dans l’illusion de la toute puissance, de l’omnipotence. Les deux extrêmes, néant ou toute puissance sont des illusions qui laisseront des conséquences sérieuses sur le développement futur de l’enfant et sur son âge adulte.

La position équilibrée de la mère « suffisamment bonne » est entre les deux, selon Winnicott : ni trop absente, ni trop présente (voire étouffante). Attention à ne pas lire les termes de Winnicott selon des critères moraux : il ne s’agit pas de juger la mère, mais de décrire la relation mère-enfant dans un juste équilibre.

Liens pour approfondir :

Winnicott et la mère suffisamment bonne

Donald Winnicott : « La famille suffisamment bonne »

 

mom enough

photo trouvée ici

le choix des photos est volontairement excessif en parallèle à l’article précédent.

Pour finir : Mamans: soyez vous-même!