L’équithérapie

Grâce à mon futur ex-employeur, j’ai eu l’incroyable privilège de découvrir le monde équestre. Je connaissais les chevaux de loin en balade ou de plus près quand ils s’approchent, de l’autre côté de la clôture électrique. C’était donc une grande première de les côtoyer régulièrement pendant 7 mois.

Je n’avais aucun a priori ni aucune réticence, mais un peu d’appréhension. Ces animaux sont imposants et m’ont toujours impressionnée. Je n’étais jamais montée sur un poney !

Dans le cadre du suivi régulier des personnes accueillies dans des dispositifs particuliers, j’ai donc accompagné des mères mais aussi des femmes seules.

L’activité avait été présenté à l’équipe par des cavalières motivées dont l’enthousiasme était remarquable et j’ai vite compris pourquoi. Pour ce centre équestre, j’ai rencontré des salariées investies, passionnées et passionnantes.

J’ai appris plein de choses et j’en ressors enrichie. C’est aussi ce que m’ont exprimées les résidentes que j’ai accompagnées. Certaines ont du dépasser des peurs bien ancrées, d’autres ont apprécié l’apaisement au contact de la nature et des chevaux, d’autres ont eu besoin de temps pour s’affirmer et réussir à ce que le poney respecte les consignes. Les enfants ont profiter au maximum de ces moments en extérieur, en symbiose avec le poney et son environnement.

A l’issue d’une période d’adaptation, elles ont pu monter à poney, bien après les enfants. J’ai eu aussi cette chance, un peu compliquée à gérer pour moi. Être sur un poney c’est encore autre chose que de s’occuper de lui ou de le faire trotter et galoper seul dans le rond de longe. Monter sur cet animal dont on ressent tous les mouvements et la vie qui est en lui, c’est très intense !

Je suis convaincue par l’équithérapie. Les bienfaits sont visibles : découverte, apaisement, ressourcement, rigueur, affirmation, confiance en soi, apprentissages mais aussi tranches de rires dans la joie et la bonne humeur !

Merci infiniment au centre équestre d’avoir permis cela. Merci à Harpèges, les accords solidaires d’avoir accepté de faire vivre cette expérience à des enfants et à des femmes qui n’auraient peut-être pas eu cette possibilité autrement.