Harjès devient Harpèges

Suite au probable 100ème féminicide de l’année 2019, le sort de la femme victime de violences a été mis sous le feu des projecteurs et a vivement fait réagir l’opinion publique. Salomé, 21 ans est décédée sous les coups de son petit ami, en août dernier.

Tous les matins je passe devant l’atelier de sculptures de sa mère dans le centre historique de Grasse, pour me rendre au travail à Harjès. En résumé, c’est une association qui regroupe un centre social, un pôle juridique d’aide aux victimes, entre autres, et un pôle hébergement qui accueille des femmes isolées, avec ou sans enfants, souvent victimes de violences conjugales et/ou intrafamiliales.

Je suis EJE au sein du pôle hébergement depuis juin 2018. L’association a fusionné tout récemment avec une autre association grassoise, le Centre Maternel et Infantile, reconnue d’utilité publique et se nomme aujourd’hui Harpèges, les accords solidaires. Quand j’ai vu le nouveau nom à la réunion de présentation, j’ai tout de suite pensé aux accords Toltèques, les couleurs, le slogan, le style.

Je peux parler d’Harjès avec un recul de seulement 18 mois et j’y achève ma mission en même temps que se termine l’année 2019. Harpèges ne fera pas partie de mon aventure professionnelle. Pour les curieux, un site internet verra le jour, début 2020 : www.harpeges.fr

Le Kiosque de la ville de Grasse a publié une double page de cette fusion- événement, célébrée presque comme un mariage, qui mérite l’attention des citoyens de la ville, du département, de la région… Et par extension, pour servir de modèle, la France entière peut s’inspirer du travail effectué au sein d’Harpèges, les accords solidaires…Ne serait-ce que pour honorer le Grenelle des violences conjugales qui s’est achevé le 25 novembre dernier.

page 8
page 9

Je pense que c’est l’aventure humaine et professionnelle la plus intense, de part sa durée et ses particularités, que j’ai pu vivre jusqu’à présent. Les rencontres et les situations, qu’elles se situent du côté des collègues ou du côté des résidentes, sont d’une richesse qui dépasse ce que j’aurai pu imaginer du genre humain…Je suis souvent ébranlée. C’est difficile de rester professionnelle quand les émotions peuvent me gagner parfois quotidiennement.

Les raisons de mon départ sont variées, la plus simple est la fin du CDD…Mais honnêtement, je ne suis pas prête pour l’ampleur de la tâche demandée. Je manque trop de confiance en moi. Je ne me sens pas du tout à la hauteur. Je sais surtout répondre aux besoins des « usagers » mais rarement aux attentes de la direction.

Je remercie tous les salariés d’Harpèges, avec lesquels j’ai parcouru un bout de chemin, que je ne suis pas prête d’oublier !! Mention très spéciale aux collègues de l’étage logement !!! Clin d’œil à celle du centre social avec qui j’ai fait un combat de sumo au parc Phoenix !! Cette association est remplie de belles personnes et de beaux projets. Comme partout, il y a des hauts et des bas, mais vraiment le proverbe qui dit que « seul on va plus vite et ensemble on va plus loin », s’y vérifie la plupart du temps.