« Les saints n’ont pas besoin de sommeil »

Au dodo les petits, épisode 2.

La phrase choc du chapitre « L’enfant et la cure », p101. Je me suis revue en mode zombie, il y a quelques années. Le manque de sommeil (majoritairement issu de ma propre incapacité à bien dormir) additionné au bruit ambiant d’un domicile donnant sur la route Napoléon, en plein cœur d’une commune dynamique ; associé au stress permanent ; ajouté à cette spirale de l’épuisement professionnel qui entraine tout sur son passage. L’amie de toujours m’avait dit en rigolant : « dormir, c’est pour les faibles ». Elle a 5 enfants. Je me suis accrochée à ça. Je faisais partie de l’équipe des guerrières « je ne dors plus et j’en suis fière ! »

Alors quand j’ai lu cette phrase d’Anna Wahlgren, j’ai ri. Un rire de libération de mon si long déni ! « Les saint n’ont pas besoin de sommeil ».

« Je suis une Seinte », pas une sainte, sauf ici) ! (C’est quoi une seinte ?)

Pour quelles raisons est-ce devenu normal de ne pas dormir suffisamment, de mal dormir ou de ne pas dormir du tout ? Comment en sommes-nous arrivés là ?

Et surtout comment est-il possible d’entendre encore ces phrases de la bouche des professionnels de la santé, de la petite enfance, de l’éducation ? Comment peut-on répondre aux parents épuisés : « c’est normal de mal dormir durant les deux premières années de la vie d’un enfant ». La privation de sommeil est tout de même une « technique » de torture ! Et l’enfant dans tout ça ? Il n’y aurait aucune conséquence sur lui ? Un enfant dort-il vraiment ce dont il a besoin ? Y-a-t-il réellement des petits et des gros dormeurs ?

Quand j’y pense, c’est une hérésie de dire ça ! C’est de la pure maltraitance. Du déni de la souffrance de parents qui cherchent et implorent même de l’aide. Qu’est-ce qu’il y a de pire que de manquer de sommeil ?! Tout ça sous couvert d’ignorance ? Aucune idée.

Ne savons-nous vraiment rien du sommeil ?

Comment Anna Wahlgren, une parfaite inconnue a -t-elle réussi là où des experts ont échoué ? Qui plus est chez elle, donc dans un endroit parfaitement inconnu des enfants qui ont bénéficié de sa cure ? Serait-ce de la magie ? Des sciences occultes ? Des mensonges ?

Tout ce que je peux partager, à ce stade de ma lecture, c’est que le cadet bénéficiera de cette cure et moi aussi, par la même occasion. Je commencerai d’ailleurs par moi. Précision : je l’adapterai à nos âges respectifs car ça ne se pratique pas comme pour le bébé. D’ailleurs celle pour le bébé reste, à mon sens, encore questionnante.

Anna Wahlgren est croyante, elle évoque souvent Dieu. C’est donc sous forme de clin d’œil que je mets ici la liste des saints à invoquer pour le sommeil :

Pour le reste, suite au prochain épisode !

Dormir comme un bébé