Archives de catégorie : société

SOS des enfants en DÉTRESSE

Rétropédalage du gouvernement ce mercredi 12 janvier. La suite de ce blabla n’est plus valable sauf le fait de mettre un écouvillon dans le nez de l’enfant 3 fois en 7 jours et plus si affinités (Le PCR pouvait être salivaire). Enfin les enfants ayant déjà eu le Covid sont pris en compte ! Alléluia ! Voici le protocole soi-disant simplifié.

Le énième et dernier (?) protocole :

S’informer autrement :


https://www.doctothon.org/

Le protocole décidé la veille de la rentrée du 03/01/22 :

(j’apprends que M.Blanquer a rendu ses devoirs au dernier moment parce qu’il était en vacances à Ibiza)

À la lecture de mes courriels, lundi 10 janvier au matin : surprise !

2
3
4

En 2021, avant les vacances de fin d’année, c’était déjà passablement chiant, con-traignant. 1 cas positif dans la classe et c’était fermeture puis finalement c’était retour en classe avec un test négatif. {Un mardi soir, ouf. Mercredi on se dépêche de s’en occuper pour un retour à l’école jeudi…Pas de chance si c’est un lundi soir, encore des heures de travail dans la vue, si pas de famille dans le coin … Donc après l’école, vite à la pharmacie avant sa fermeture. Le centre de dépistage (le plus proche de l’école) ferme à 17h. Il n’y a que là-bas que sont proposés les tests salivaires, mais ça nécessite d’attendre 10h à 12h avant d’obtenir le résultat. C’est long si on travaille.} Le protocole, c’était un test à J0, en théorie, et s’il était négatif, il était conseillé d’en faire un autre à J7, sans obligation et sans attestation.

Le gouverne-ment a entendu le raz-le-bol des parents et a donc pondu le nouveau protocole 2022, ci-dessus en photos. Pour soulager les familles dont l’enfant est négatif, il a été ajouté 1 test supplémentaire à J4 et le J7 est devenu obligatoire (comme si les pharmacien.ne.s n’étaient déjà pas sous l’eau)…et cerise 🍒 sur le gâteau 🍰 : la présentation obligatoire du Q/R code pour le J0 !!! Ça ressemble beaucoup au pa$$e, mais en différé ???!!!! Hum 🤨 hum 😶.

Quid des enfants qui ont déjà eu le Covid ? Personne n’en parle ? Doivent-ils se plier au protocole ? Si oui, pour quelles raisons ? Pourquoi doivent-ils encore porter un masque ? Combien de fois par an, il se contracte ce virus ? Si quelqu’un.e pouvait éclairer ma lanterne ? Merci.

On en parle de la pénurie d’auto-test ? Ce fameux auto-test supprimé un temps pour valider le fumeux pa$$e-partout. Jugé peu fiable, voire pas du tout. D’un coup hop ! Il en faut 2 en 4 jours ! Il a vite remonté sa côte de popularité !

Bref, si ce nouveau protocole avait pour but de soulager les parents, c’est raté. Sans parler du stress pour les enfants . Le jour même, je lisais une publication d’Instagram relayée sur France Bleu :

2
3


Point positif : Youhou c’est « gratuit » {Pardon mais, y’a encore des gens pour croire à la gratuité ???!!! Et nos cotisations, c’est pour faire joli ?}

C’est moi ou ce gouverne-ment emmerde tous les français.e.s sans distinction ?

Pour revenir aux enfants lesquels, nous l’espérons, rencontreront la résilience après cet épisode, beaucoup trop long et kafkaïen, de la folie de certains adultes… C’est pas comme si, la pédopsychiatrie alertait depuis des mois sur leur état de santé mentale !!Bordel de merte ! Oups. Sacré nom, euh saperlipopette 🤬 .

L’enfance c’est l’avenir du pays ou bien on s’en fout ?

Vous allez sérieusement mettre un écouvillon dans le nez de votre enfant 3 fois en 7 jours ? Et s’il y a un cas positif tous les 8 jours ? Ah bah oui c’est le protocole…Je ne vous partage pas tous les noms d’oiseaux qui me passent par la tête, parce que je respecte trop les oiseaux.

😤 🤬 💩
Souvenons-nous de ce regard. Nous aurons des comptes à leur rendre. Nous l’aurons bien mérité s’ils sont intraitables. 20 minutes

ANTICONSTITUTIONNELLEMENT

le message du réfrigérateur

Quand j’étais petite, je me disais que jamais je n’aurai à utiliser le mot le plus long de la langue française. Qu’est-ce que j’étais naïve.

Ma seule résolution pour la nouvelle année était de ne plus parler de la situation politique française. Au bout de 6 jours, PLOUF, à l’eau !

Je vous partage quelques extraits (les touts premiers suffisent) de la Constitution française. Texte fondateur de la Vème République. L’actuel président est censé « veiller au respect de la Constitution ». A moins qu’il ait d’autres projets. Si c’est le cas, nous sommes censés ré-agir.

Le débat est public et ouvert alors saisissons-nous en !! Il dit qu’il y a plus de devoirs que de droits ? Le sien c’est d’écouter les français.

Ici par exemple : Mamans Louves

et là : www.noslois.fr

Texte intégral
« Le social ça coûte une blinde ». E.Macron

Maintenant, s’il n’y a rien qui vous choque, je reprends ma résolution de suite.

TOUT VA BIEN TRÈS BIEN, MADAME LA MARQUISE.
Oui je l’utilise de manière détournée. Je trouve que ça illustre bien le marasme du pays.

Petit aparté sur le bouc-émissaire :

Psychoressources
Scoop de 2022

En chanson, merci Ingrid Courrèges :

Ta liberté et ta santé sont en péril

Salut 2022 !

Je partage une publication de Charlotte Hoefman. Ses mots sont aussi ceux qu’il y a dans mon cœur. Je la remercie.


En direct du pays des Bisounours !

Quand j’évoque l’amour, cela n’a rien à voir avec le sentimentalisme. Personne n’a à se sentir obligé d’aimer qui que ce soit. Ne pas nuire (=juger = dévaloriser, jalouser, critiquer, étouffer, s’approprier…) peut suffire. Chacun joue son rôle dans cette grande pièce de théâtre, souvent de mauvais goût.

Je suis la première à supporter, de plus en plus difficilement, l’image et les voix des gens de la sphère politique. Je ne les vois que se quereller en public, sur les plateaux télévisés, dans l’hémicycle, partout. Je ne saurai même pas les aimer comme j’aime le chat chez qui je vis, le chocolat et le son des vagues sur le sable. Je suis donc mal placée pour encourager l’amour humain !

C’est surtout une forme de souhait pour l’humanité : parvenir à s’aimer ou au minimum s’accepter, jusqu’à l’Unité. Dans la variété et la différence ! Chercher et trouver ce qui nous relie et nous réunit. Au moins pour celles et ceux qui s’y sentent appelé.e.s.

Pour 2022, mon fil rouge est simple : incarner qui je suis et offrir cela à celleux qui en ont besoin. JE SUIS prête. JE SUIS là. JE SUIS DOULA. Encore EJE dans mon cœur.

C’est parti pour 2022 !

Aurevoir 2021

Pour finir l’année grégorienne, j’ai vu :

Don’t look up, déni cosmique

Vues les circonstances, j’ai trouvé cette fiction très, trop, si proche de notre réalité terrienne du moment.

Ce film m’a fait penser à Idiocracy, déjà assez stupéfiant en son temps…

Y’a pas grand chose à en dire. C’est classé dans le genre comédie. Je l’ai trouvé tragique.

Souvent je me demande pourquoi cette cohabitation forcée entre des gens qui se détestent les uns les autres et qui peuvent aller jusqu’à nuire à l’autre, juste pour voir…? ça me dépasse.

« En ce moment, nous avons tellement de mal à nous concentrer sur la vérité, et avec la crise du Covid, une nouvelle controverse scientifique s’est ouverte », a constaté Leonardo DiCaprio, lors d’une conférence de presse en ligne.

« C’est tellement triste et frustrant de voir ceux qui ont dédié leur vie à connaître la vérité être mis de côté parce que les gens n’aiment pas cette vérité », a complété Jennifer Lawrence.

7 sur 7
Luke Wilson, 2007

Adieu 2021, merci pour toutes ces épreuves ´, ces joies, ces doutes etc. C’est parti pour 2022. Par ici ==>

Merci L-A G pour la photo en direct de l’Amérique du Sud. <3

Unique voeu

A partir de 2022, je fais un vœu.

Puisque vous tenez tous tant aux vœux de la nouvelle année…Je me permets d’émettre le mien pour moi. Paraît que je fais partie des égoïstes (rapport à la crise que nous traversons).

J’ai un seul souhait et je vous demande de vraiment en tenir compte. Ça lui donnera une saveur et valeur particulière. A des lieues des automatismes du 31 décembre à minuit jusqu’au 30 janvier.

Parce qu’au final les vœux habituels n’ont jamais aucune incidence sur l’année qui s’écoulera. Qui à part moi peut influencer mon année : ma santé, ma joie, ma prospérité, mon bonheur et tutti quanti ? 

C’est un vœu d’une simplicité déconcertante.

Je souhaite que vous m’appeliez Mickaëlla. Mon prénom en entier.

Je fais l’effort depuis plusieurs années déjà d’éviter de déformer, raccourcir et surnommer les autres. Je souhaite donc la réciprocité.

Avec un K pour le mien.

La moitié de mon prénom saute à longueur de temps. ça me pèse. Peu importe l’intention qu’il y a derrière ce diminutif. Comme ce mot l’indique, je me sens diminuée. De mon côté spirituel. Vous supprimez tous ËLLA. En hébreu, c’est carrément ma dimension divine qui est occultée ! Je voeux que ça cesse.

Comme un défi. Après 21 jours de concentration, chacun.e devrait réussir à changer cette habitude. Même moi. Déjà que je suis passablement étourdie, alors quand je réussirai à ne répondre qu’à mon prénom entier, tant pis pour vous.

Au nom de l’attachement que vous avez à cette tradition du Nouvel An, c’est le seul souhait que je formule. J’attends en retour votre attention, votre compréhension et surtout votre parole. 

Les vœux dans le vent et dans un seul sens, y’en a marre ! « Bonne année », c’est nul, c’est vide et « lé plate », comme dit ma grand-mère (=sans sel, en créole réunionnais).

La panoplie des voeux. Vous pouvez vous la garder. Que chacun s’occupe de lui/elle et le monde se portera sûrement mieux ! (Impossible de se sentir bien dans le collectif et avec l’autre, quand on ne s’aime pas soi).

Toute cette dualité, séparation et division, c’est devenu ennuyeux, « c’est plate », comme disent les québécois. 
« Bonne » vs « mauvaise » ? C’est tout ? Et si nous changions de paradigme ?

Pourquoi je le demande à l’aube de mes 46 ans ? Parce que pendant 9 mois j’ai été appelée/enveloppée par mon prénom entier. MERCI les doulami.e.s. Je me suis sentie revivre, revigorée, ENTIÈRE !!!

J’ai tellement aimé 2021. Merci d’avoir été aussi remplie d’amour, de lumière et surtout d’avoir été confrontante !!!


Mon prénom a sa chanson ! Merci Achinoam Nini !

Pourquoi je n’aime pas le PN

Parce que :

  • Il a les mêmes initiales que le Pervers Narcissique
  • il entre par effraction chez les gens
  • il demande aux enfants de s’asseoir sur ses genoux
  • il est utilisé pour représenter le consumérisme à outrance
  • il n’existe pas

Son utilisation la plus nauséabonde en 2021 :

Si c’est vrai ==> 🤢🤮 la photo n’apparaît plus sur le net. En tous cas je ne la retrouve plus.

Alors que le patron de l’OMS déclare :

😵‍💫😵

Et :

😳🤥🤭🤫


Qui ment ? A qui profite cette situation hors-norme et insensée ?

En septembre…
Pour les sceptiques

Restons festifs…Tous nos vœux pour fin 2021.

Un conseil des ministres exceptionnel aura lieu lundi 27 décembre pour adopter le projet de loi sur le pass vaccinal, « en situation » d’être examiné dès la même semaine au Parlement, a annoncé mardi le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal.

Courrier Picard
JOYEUX NOËL !!!!🎄🎁
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est BE49092A-9017-4C88-B273-F61EB02AF12E-1024x802.jpeg.
Le blog de PAF

Petit constat au passage :

Le monde semble se porter bien….

Yule, retour de la lumière

Les origines. Celles qui me font vibrer. Loin de l’agitation consumériste.

Cette année se termine, pour moi, en beauté. J’ai expérimenté des sorties de zones de connus, de moins en moins douloureuses, pour arriver à éprouver de la joie dans le collectif ! Ça tient du prodige…Je termine 2021 avec 18 doulami.e.s dans le coeur. C’est aussi un miracle. Autant de merveilleux en une année, je peux dire que j’aime enfin le sens de Noël. Mon coeur se sent réparé. MERCI !!!

Retour aux sources

En écoutant Charlotte Hoefman, j’ai réalisé que je savais avoir associé les fêtes de fin d’année, notamment Noël, à des événements peu joyeux. Avec les années, j’ai appris à détester cette fête, d’abord inconsciemment et de plus en plus en conscience devant la détérioration inexorable de la magie que contient cette période de l’année.

Depuis que des enfants partagent ma vie, Noël est plus ou moins ambivalent. Leur joie me contamine. Puis, j’ai découvert le Grinch et Klaus. Mon ressenti change et cherche du sens, plus en profondeur.

Je continue à trouver ce rassemblement touchant et en même temps, cette course aux cadeaux et aux orgies, à une date donnée, me dégoute autant qu’elle me fatigue.
Alors oui, Noël c’est ce que l’on en fait. Justement je n’ai rien envie d’en faire. Juste être. Juste être là. Avec. Partager nos présences, nos retrouvailles… La chaleur de la lumière.

Noël 2021 s’annonce différent, sous bien des aspects. Plus il diffère, plus je l’accepte. Si le virus qui nous envahit depuis 2020 décide de gâcher sa version moderne, je ne peux que plussoyer. Il est temps de revenir aux essentiels. Noël n’est pas au magasin.

« Emission consacrée à la thématique suivante : Les fêtes de fin d’année, un instant de communion ou de séparation ? En ce début de mois de décembre, il me semblait essentiel de vous parler des fêtes de fin d’année. Ce mois de l’année peut éveiller ou réveiller en nous bien des souvenirs dont certains peuvent être confortables ou inconfortables. Parfois, juste le fait de voir arriver les fameux « calendriers de l’avent », les sapins de noël, les décorations dans les centres villes, la course aux cadeaux et la préparation des menus pour les repas de famille peut nous rendre nerveux ou au contraire nous mettre dans un état de joie ! Consciemment ou inconsciemment, de nombreuses mémoires ou traumatismes ont pu être stockés par association avec certaines dates ou événement de l’année, c’est d’ailleurs bien la raison pour laquelle certains de nos maux peuvent revenir de façon cyclique tous les ans à la même période. Autant dire que les fêtes de fin d’année représentent un sacré challenge annuel au niveau intérieur puisque cela vient activer ou réactiver notre enfant intérieur ou comment l’enfant qui sommeille encore en nous aujourd’hui peut soudainement faire surface avec son lot de joie, de larmes ou de colères… En plus de réveiller certaines informations, les célébrations de Noël et les fêtes de fin d’année sont souvent également associées à des rassemblements ou des réunions de familles. Nous nous retrouvons « contraints » ou « dans la joie » de nous retrouver tous réunis pour partager un moment ensemble. Bonheur pour les uns, enfer pour les autres. Alors que faire ? Qu’en est-il pour vous ? Les fêtes de fin d’année représentent-elles pour vous un moment de partage, de magie et de communion ou s’agit-il davantage d’une corvée, d’un instant redouté qui génère en vous de la lutte et de la séparation ? Il est évident que nous avons tous en nous la réponse à cette question. Alors, qu’en est-il pour vous lorsque les fêtes de fin d’année ressemblent à un moment que vous vivez tous les ans en « mode survie » ? Et dire que cela se répète tous les ans… quel enfer ! Il est vrai que l’on peut toujours trouver des solutions de secours : on peut couper les ponts, se trouver ou s’inventer des excuses pour ne pas participer à ces rassemblements, tomber malade, ou encore se forcer et vivre un moment très douloureux qui se répète encore et toujours… Et oui, c’est de cela dont j’ai envie de vous parler car oui, les fêtes de fin d’année peuvent vraiment nous enfermer dans des boucles de séparation qui nous apparaissent sans issue et qui génèrent tout autour de nous de la lutte, du contrôle, de la tristesse, du désespoir, de la colère ou de l’incompréhension…. Et pourtant, il existe bien une porte pour sortir de cette boucle infernale. C’est cela que j’aimerai vous partager. A travers un partage à coeur ouvert, je souhaite de tout mon coeur vous montrer à quel point un enfant blessé peut trouver la voie de sa guérison intérieure afin de pouvoir goûter à ces instants de magie et de communion de fin d’année. » Charlotte Hoefman

Le Grinch n’aura pas volé Noël 2021. L’exécutif a renforcé le protocole sanitaire dans tous les marchés de Noël de France avec pass sanitaire et port du masque obligatoires. 

Nous vivrons le Noël que nous imaginerons.

Je ne peux que vous souhaiter de veiller à vos pensées !

Source de l’image mise en avant : Chloé Garas sur Etsy

Au-delà de la matrice

© Prisma Media / Plurimedia / Tous droits réservés

« Dans le ventre d’une mère, il y a deux bébés.

L’un demande à l’autre : 

  • «  Crois-tu à la vie après la vie d’ici ? » L’autre répond :

– Bien sûr, pourquoi ? Il y a forcément quelque chose après ? Peut-être que nous sommes ici pour nous préparer à ce qu’il y aura après.

_ Ça n’a pas de sens, il n’y a pas de vie après. A quoi ressemblerait-elle?

_ Je ne sais pas mais il y aura plus de lumière qu’ici. Peut-être que nous allons marcher avec nos jambes et manger avec nos bouches.

– C’est absurde ! Marcher est impossible ! Et manger avec nos bouches, c’est ridicule! C’est le cordon ombilical qui nous nourrit. Une vie après ici n’est pas envisageable, le cordon est trop court !

– Je pense qu’il y a quelque chose et peut-être que c’est différent de ce qu’il y a ici.

– Personne n’est jamais revenu de là-bas. Après c’est la fin de la vie. Il n’y a rien que l’obscurité et l’angoisse après, cela nous amène nulle part!

– Je ne sais pas mais nous allons sûrement voir maman et elle va prendre soin de nous.

– Maman ??! Tu crois à maman ? Où est-elle maintenant?

– Elle est tout autour de nous. Nous vivons en elle. Sans elle, il n ‘y aurait pas ce monde.

– Je ne la vois pas donc c’est logique qu’elle n’existe pas.

– Quelques fois, lorsque tu es dans le silence, tu peux l’entendre, tu peux la percevoir. Je crois qu’il y a une réalité après et nous sommes là pour nous préparer à cette réalité. »

L’auteur de cette histoire, largement plagiée, serait Pablo J.Luis Molinero. Issue de son livre Morfogenia » écrit en 1980.

Ne parlant pas espagnol, je n’ai pas pu vérifier.

documentaire de Nils Tavernier


Où est passé le coeur des gens ?

Pour ce blabla, j’ai eu envie d’aller plus loin dans l’injonction du passe-sanitaire pour rendre visite aux aînés en EHPAD. Oui, je suis un peu focalisée sur la situation, ça touche mon coeur.

Je vis à 900km de l’établissement où vit ma grand-mère. Autant dire que je la vois peu. Elle a été privé de visites durant la période pendant laquelle la peur était à son apogée, face à un virus microscopique. Elle qui a besoin de sa famille. Les mauvaises langues diront que si on aime ses aînés, on ne les place pas. Si vous me donnez les moyens de m’occuper d’une femme âgée de 98 ans, qui ne marche plus, qui entend à peine et ne voit que du brouillard et des ombres, alors dites-le moi vite en commentaire. Merci d’avance.

Peu à peu, la peur a fait place à la réflexion. Nous avons pu la voir une heure par semaine, dans une salle à manger. En même temps que d’autres visiteurs. Derrière un plexiglas. Avec un masque… Aucun membre du personnel n’est venu nous faire suer quand nous avons enlevé le masque et sommes allées derrière le plexiglas avec notre grand-mère. C’était des visites limitées à deux personnes. J’ai profité de ma formation à Paris pour lui rendre visite à chacun de mes passages. Puis le passe, précieux sésame, nous a permis de la voir sans limitation de durée et même de monter dans sa chambre. Un papier et un QR code ont mis à terre le mortel virus microscopique.

C’est loin d’être une partie de plaisir de voir sa grand-mère dépérir et appeler la mort à la rescousse depuis des mois. Elle est coriace. Elle est toujours en vie malgré un AVC, une chute avec fracture qui lui a valu une opération, une artère ouverte puis refermée et le fameux virus… En à peine 5 ans. Elle est protégée grâce à 3 doses de vaccin. Elle est presque centenaire et c’est pour elle une malédiction.

C’est surtout pour la voir que j’ai consenti, devant le fait accompli, à subir un premier test PCR anti génique (confusion avec le test antigénique à longue tige) en septembre (parce que Doctolib avait mal répertorié les pharmacies qui supervisaient les auto-tests). C’était mon premier et dernier test avec un écouvillon qui gratouille le cerveau. J’ai ensuite fait bien attention aux pharmacies qui pratiquaient les auto-tests). Mais ça c’était avant le 15 octobre.

Dans cet EHPAD, sans scanette, il faut montrer un papier que peu de pharmacies veulent bien imprimer quand on n’a pas reçu celui d’Ameli. Le secrétariat entre dans un tableau sur ordinateur, les données personnelles médicales = résultat du test forcément négatif, attestation de virus contracté et schéma vaccinal complet ou non. Pour arranger les visiteurs, ce tableau permet d’éviter de présenter son passe à chaque visite. C’est plus pratique pour celles et ceux qui viennent plusieurs fois par semaine. Un genre de passe-droit, de coupe-fil, d’accès VIP. En théorie, avec un passe valide entré dans l’ordinateur, il est possible de venir dans ce lieu, où tous les pensionnaires sont vaccinés triplement et le personnel soignant doublement (jusqu’à la prochaine obligation).

Sauf que récemment, ma mère a oublié son papier-passe (elle n’a pas de smarthphone). L’entrée lui a été refusé. Alors qu’elle était venue la veille, avec. Le secrétariat lui a dit de faire l’aller/retour jusque chez elle et de revenir avec. Elle est septuagénaire et atteinte d’une maladie auto-immune. Elle a été reçu par le directeur. Curieusement le temps qu’elle a passé dans son bureau sans son passe, elle n’a pas eu le droit de le passer avec sa mère. Ce jour-là, ma grand-mère s’est sûrement inquiétée de ne pas voir sa fille. Ma mère est repartie avec son coeur en mille morceaux.

Nous en sommes là ? Dans un établissement dirigé par une association à but CARITATIF, le directeur et le secrétariat ont perdu l’accès à leur coeur. Ils récoltent des données personnelles médicales. Ils abusent d’un pouvoir qu’ils pratiquent mal. Ma mère paie pour que sa mère soit soignée dans cet endroit, mais elle n’a pas eu le droit de la voir.

Dormez tranquilles, braves gens. Tout va bien dans le pire des mondes.