Apprendre à dormir ?

Au dodo les petits, Introduction.

Sujet déjà abordé : le sommeil des enfants

Quelles motivations ?

Une collègue m’a dit un jour : « si tu veux être tranquille, tu dois apprendre à ton bébé à dormir ». Evidemment, je ne l’ai pas écoutée. Je n’écoute que mon cœur qui m’avait hurlée un grand « NON ! ne fais pas ça ! » Il faut dire qu’avec l’aîné, c’était une galère sans nom. J’avais même tenté l’horrible méthode 5-10-15… Cuisant échec qui a laissé des traces. Pour le cadet, le cododo et l’allaitement au sein ont été adopté à l’unanimité, et bien m’en a pris, au moins j’ai dormi. Il y en a eu des nuits pourries, la majorité associée à des maladies infantiles.

Quelle méthode ?

Quand j’ai entendu parler de ce livre, dans une vidéo de Johanna Awakening il y a quelques jours, j’ai été scotchée d’être passée à côté ! Il a été publié en 2016. Même s’il ne m’inspire pas une confiance immédiate, il attise ma curiosité.

la méthode miracle ?

Chaine de développement personnel et spirituel de Johanna

Un miracle ?

Je me méfie souvent des méthodes et encore plus de celles dont on dit qu’elles sont miraculeuses. J’ai donc acheté ce livre d’occasion, pour m’en faire mon propre avis, en testant si possible. Surtout qu’en cherchant différents avis sur la toile, je suis tombée sur celui de l’observatoire des violences éducatives ordinaires : OVEO/Critique du conditionnement explicite des bébés proposé par Anna Wahlgren

A quel prix ?

Ce n’est pas parole d’évangile mais tout de même, ça mérite de se poser des questions. Je cite :  » le livre Au dodo les petits propose une méthode approfondissant celle décrite dans For the Love of Children. Il préconise de ne la commencer qu’à partir du 4ème mois. De préférence, le bébé dort dans une pièce séparée. À un moment décidé par le parent qui fait le coucher, ce dernier indique qu’il va partir au moyen d’un petit rituel sur un ton ferme et part. Si le bébé pleure, le parent signale sa présence derrière la porte, éventuellement ouverte, mais sans se faire voir. Si l’enfant est plus grand, la porte est fermée pour qu’il ne puisse pas venir retrouver son parent. Éventuellement, le parent va toucher son enfant, le bercer ou le « flapoter », mais en le laissant dans son lit… »

Quand je lis ça, j’avoue que je sens le doute s’immiscer. Le conditionnement, je l’ai testé sur un chat mais jamais sur un enfant (même l’épouvantable 5-10-15 n’est pas un conditionnement, c’est de la torture).

A suivre :

Mes enfants sont grands. Le cadet qui aura bientôt 7 ans a cessé de se réveiller entre deux cycles, il y a peu. Je tenterai la méthode découverte grâce à Johanna, seulement en cas de « régression », si besoin et parce qu’il est en capacité de raisonner. Il paraît que cette méthode peut s’appliquer jusqu’à 12 ans.
Je n’ai appris à aucun de mes deux fils à dormir. Ils ont fait leur propre expérience du sommeil. Ils l’ont apprivoisé. Je les ai simplement, plus ou moins, accompagné. Moi-même j’ai un sommeil particulier. Je me fous de faire mes nuits, je ne dérange personne. Le cadet sait que lorsque j’ai mal dormi, ce n’est jamais de sa faute et que ça peut me transformer en Grinch voire en dragon qui crache du feu… Tout mon entourage en pâtit, moi la première. Mais cette méthode ne pourra rien pour moi.

J’attends donc la livraison dudit livre et je publierai la suite de ce blabla.

En cherchant d’autres méthodes, je pense être tombée sur la plus « vendeuse de rêves » :

« Il fait ses nuits !!! »

Qu’est-ce que cela signifie ?

Y’a un truc qui me chiffonne dans cette expression qui n’a jamais le sens qu’on lui donne.
Sans parler de la sempiternelle question :

-« Est-ce qu’il fait ses nuits ? »

-« Mais de quoi je me mêle ?!!!? Je t’en pose des questions personnelles ?! Y’a t-il une compétition du bébé qui fera « ses nuits » le plus vite possible ? Est-ce que tu vas me proposer ton aide nocturne ? »

Attention scoop en approche…

Tous les bébés font LEUR nuit !! Siiiiiiiii !!

La réalité :

Ils dorment à LEUR façon, selon LEUR horloge biologique, LEURS besoins et LEUR environnement.

Par contre, ils font rarement les nuits de leurs parents. Un bébé est-il un adulte ? Non. En fait, « dormir comme un bébé », c’est une légende urbaine, un hoax, une des nombreuses fake news qui peuplent le monde des bébés.

Pour parler de ma petite vie, je n’ai aucune honte à avouer que je ne fais pas les nuits exigée par certains adultes. Le commun des mortels a décrété qu’un adulte doit dormir 8h max entre 23h et 7h, sans déranger personne. Or, j’ai besoin de 10h de sommeil. Je tiens mal avant 22h. Me lever avant 7h a été un échec cuisant à chaque fois que j’ai fait la tentative d’un genre de « miracle  morning ». En plus, je me réveille la nuit, soit parce que je/j’ai :

  •  soif
  • chaud ou froid
  • fait un rêve
  • une idée
  • rumine les événements de la journée
  • besoin de vider ma vessie
  • entendu un bruit
  • change de cycle
  • un moustique me fait suer etc.

Je ne parle même pas du temps où mes enfants me réveillaient et me réveillent encore la nuit, ça c’est une autre histoire !

Ça m’arrive même de réveiller mon chéri. Pour parler. Et oui, je cododote avec l’homme qui partage ma vie, contrairement aux mœurs d’un autre temps, quand les époux faisaient chambre à part.

je suis fan des dessins de Fanny Vella que je suis sur Instagram @mickaella974 #planeteEje

Les critiques :

J’en profite pour digresser sur ceux qui cododotent avec leur animal de compagnie mais trouvent cela presque immoral de dormir avec bébé et un enfant ! (j’en ai rencontré un tas !)

Dessins de la talentueuse Fanny Vella

Je viens d’une famille dans laquelle j’ai observé des dodos partagés entre parents et enfants. J’ai aussi adoré rejoindre ma mère dans le lit parental dès que mon père se levait. C’est ce qu’on appelle aujourd’hui du cododo ou co-sleeping et parfois du maternage quand il y a aussi du portage et un allaitement non écourté. Je préfère parler de parentage, car le plus souvent, les deux parents sont concernés.

Mes essais-erreurs :

A la naissance de mon premier enfant, j’ai essayé de me conformer aux mœurs du « bébé seul dans son lit dès la maternité ». Mon cœur de maman sentait bien que c’était cruel et inhumain. Mon bébé avait passé plusieurs mois dans un environnement sécurisant, chaud, plein de vibrations, de sons, de sensations… D’un coup, j’exigeais de lui qu’il se débrouille dans un lit, allongé et seul pendant plusieurs heures…Quand j’y repense, c’est une sacrée ineptie de cesser d’écouter son cœur de mère pour faire ce que préconise un ou une parfait(e) inconnu(e), sous prétexte qu’il est praticien de la santé et/ou du social. Qui sait mieux qu’un parent ce qui convient à son enfant, en général ??

La littérature jeunesse

Elle s’est saisie des difficultés engendrées par cette volonté de faire dormir son petit loin de sa mère. {Bah oui, le petit il rejoint naturellement le lit de ses parents pour se rassurer.} Comme si c’était anormal de dormir tous ensemble… L’important c’est bien de dormir ! Oui ?

   

Et voilà un titre qui fait la différence et que j’affectionne particulièrement   :

Mon voisin Totoro

En conclusion :

Il fait ses nuits ? A la sortie de la maternité ? Avant ses 3 mois ? Et bien désolée de casser le mythe mais ça peut vite changer ! Y’a bien un âge avant d’être adulte où votre chérubin vous rappellera qu’il existe aussi la nuit.