Comment je gagne 0 cacahuète sur internet

Olivier Roland, un gars inspirant (ou pas), lance un genre de défi (pour gagner des vues) sur le thème Comment j’ai gagné mes premiers euros sur Internet et comment vous pouvez le faire aussi ».

Je n’ai jamais gagné le moindre centime via ce site Planète EJE. J’envisage difficilement de gagner de l’argent dans le social, à part en étant salariée. Mon rapport à l’argent est un « problème » qui ne concerne que moi. Je ne remplis donc pas les critères pour participer, mais j’avais envie de blablater.

Je connais Olivier Roland depuis un moment déjà, je recevais la newsletter d’habitudes Zen. Je l’appréciais à ses débuts, comme d’autres youtubeurs, jusqu’à ce que ma capacité d’attention fasse un bond ailleurs. Aujourd’hui, ses « disciples », je les reconnais au premier coup d’œil. C’est un formatage facilement repérable. La méthode s’applique et se duplique à l’infini. Je pense que je suis incapable de faire ce qu’il enseigne, transmet, propose en formation. Je n’arrive pas à me conformer à ce qu’il partage. Le marketing de réseaux me rebute, tout simplement. Il parait que je ferai une excellente partenaire : « tu as toutes les qualités » (?). Sauf que je refuse catégoriquement. Je bloque. Quel gâchis ? « Oui et non » (aparté hors sujet : à chaque fois que je l’écris, je pense à GuiHome). Faire ce que je n’aime pas me rendra malade. Je le sais, je l’ai déjà fait. Parfois, je me sens prisonnière de ma propre matrice…

Tout ça pour dire qu’écrire est un plaisir qui ne me rapporte rien en euros ni en quelques autres monnaies de ce monde. Si un jour ça devait me rapporter, je préfèrerai que ce soit grâce à un livre, en papier écologique, auto-édité au compte-goutte (à la demande) et je le ferai sous un pseudonyme. Je suis bien en coulisse. L’anonymat me plaît.

Le rapport avec la petite enfance ? Aucun. Sauf si ce ne sont (ça se dit ça ?) ses côtés rentabilité et monétaire qui me donnent de l’urticaire. (Je ne suis pas seule à l’avoir mal vécu : témoignage).

Ralph la casse et Vanellope avec un spam pour gagner facilement de l’argent dans l’internet

Encore un sujet tabou : l’argent.

refus-misere

Je lis souvent qu’un Éducateur de Jeunes Enfants quand il choisit d’exercer ce métier, ne le fait pas pour le salaire. Certes.

Mon avis a eu le temps d’évoluer depuis que je suis diplômée.

Personnellement, j’ai un rapport avec l’argent qui m’a donc conduite à ne pas avoir de vocation carriériste.

J’ai toujours voulu être utile. J’aurai bien été capable d’être bénévole à vie, alors que je ne me suis pas encore engagée dans le bénévolat. Je n’ai pas choisi une profession sur un critère de rentabilité, qui « paie bien ». J’ai d’ailleurs choisi un secteur qui souffrait déjà d’une répartition aléatoire en matière de poste…et par conséquent pas à l’abri du chômage. Je ne l’ai appris qu’en cours de formation.

Pour en revenir à la phrase qui commence ce billet : est-ce une raison pour accepter d’être aussi mal rémunérés ? Et pire de s’en contenter ? C’est sidérant de constater le montant des salaires des travailleurs sociaux en général. Celui des EJE est remarquablement bas. Il est aussi complètement disparate selon des critères que je ne maîtrise pas vraiment : entre la fonction publique, ses échelons et ses grilles indiciaires, la fonction hospitalière, le privé, l’associatif etc. Inégalité aussi entre les régions, pour tous les corps de métier. Il y a de quoi en perdre son latin !

Quelles explications à ces observations ? J’avoue que je ne fais que remarquer et être consternée. Le système nous conditionne à penser que c’est normal parce que « dans le social, on ne travaille pas pour l’argent« . Euh oui et on travaille pour quoi ? La gloire ? La solidarité ? L’égalité des chances ? Si mes valeurs sont les deux dernières propositions (solidarité et égalité des chances), je me bats pour les autres mais pas pour moi ?

Il parait qu‘il ne faut pas avoir un bac+5 pour faire faire des siestes et changer des couches…La phrase a fait grand bruit car elle montrait une méconnaissance du métier d’enseignant de maternelle : les enfants sont acceptés sans couche et les enseignants ne surveillent pas les siestes. Quoiqu’il en soit, des professionnels de la petite enfance se sont sentis un peu visés et dévalorisés. Dans le milieu de la petite enfance, le rôle des professionnels ne se résume pas du tout à changer des couches et à surveiller des siestes.

Le combat mené pour la demande de reconnaissance à bac+3 n’est que la partie immergée de l’iceberg du mécontentement ambiant et grandissant des travailleurs sociaux. La reconnaissance passera par la revalorisation des diplômes, donc des salaires. Mais quand ? Quand les poules auront des dents ?

L’argent est devenu une nécessité, c’est comme ça dans notre société. Le manque d’argent, me fait accepter des CDD précaires, des remplacements d’auxiliaires de puériculture, des temps partiels…Et pourtant, le besoin viscéral d’exercer mon métier, me fait aussi accepter ces CDD alors que je serai bien mieux indemnisée confortablement assise chez moi à ne rien faire ! Il faut savoir que travailler ne signifie pas gagner plus quand on est demandeur d’emploi. Actuellement je perds de l’argent en travaillant. Non, vous n’avez pas la berlue. Je suis sûre que cette situation est bien connue des personnes dans cette même situation. Cherchez l’erreur. Souvent je me demande si ce monde est sérieux…

@ctualisation : depuis peu, je travaille à plein temps, à mon grand bonheur. Bon, c’est un CDD dans une autre région (qualifiée de « chère » sans que la rémunération suive, bien sûr), mais j’aime exercer mon métier . J’ai fait ce choix, sans regrets. Pas pour l’argent, même si je râle déjà et que je serai la première à descendre dans la rue si besoin (non, en fait).

C’était le billet d’humeur, à peine un brin provocateur…