Archives par étiquette : vocation

Si j’avais eu une vocation…

Si j’avais su quoi faire dès le collège, j’occuperai sans doute un poste, quel qu’il soit, en fonction de mon niveau scolaire, médiocre.

Si j’avais suivi la logique du parcours après le bac STT, je serai secrétaire ou assistante de direction suite à un BTS.

Si j’avais continué les études d’histoires de l’art et d’archéologie, je serai peut-être employée dans un musée ou autre.

Si j’avais été au bout des études entamées en théologie protestante, je prêcherai tous les dimanches en tant que pasteure dans une petite paroisse, quelque part dans le monde.

Si j’avais suivi la cohérence de ma formation d’éducatrice de jeunes enfants, je dirigerai une structure d’accueil petite enfance ou je serai coordinatrice dans une municipalité.

Au lieu de tout ça, je cherchais encore ma voie en 2020. Tous ces « si » sont autant de vies parallèles que je n’ai pas empruntées. Parce que ce n’était pas aligné avec ce que je suis. Tout ce déroulé aurait été peut-être plus fluide si j’avais su qui je suis dès le départ. Or l’école n’aide en rien à se connaître soi-même, ni même à découvrir ce pour quoi l’on est doué.e.

Aujourd’hui, je sais que JE SUIS, c’est déjà ça. Qui ? C’est encore un bout de chemin à parcourir. C’est comme-ci j’attendais toujours mon ordre de mission sur Terre…Mais que suis-je venue faire dans cette galère ? Mystère.

Doula semble être une étape. Ultime ? J’aimerai tant. Ne pas savoir quoi faire de sa vie, c’est usant le plus souvent, surtout pour les proches.

La vocation, c’est tout de même enviable : suivre un tracé jusqu’à un objectif précis et l’atteindre. J’ai l’impression que c’est plus simple. Moins compliqué que d’errer, sans but, d’un intérêt à un autre intérêt dont je fais le tour en moins de deux années…

A défaut de trouver MA voie, j’aspire à en trouver UNE. Je pense avoir ressenti ce qui l’entoure. Il est toujours temps après la quarantaine !

Ce blabla pour les autres comme ça, qui cherchent, cherchent…Des chercheurs et chercheuses de leur potentiel : ce qui fait vibrer leur coeur. Parce que c’est là, forcément, quelque part. Nous avons tous un potentiel, mais lequel ? Et quoi en faire ?

Ce qui fait briller ta lumière, toi seul.e sait où c’est caché. Quand tu accèdes à ta magie, ton âme agit.

Charlotte Hoefman

Comment je gagne 0 cacahuète sur internet

Olivier Roland, un gars inspirant (ou pas), lance un genre de défi (pour gagner des vues) sur le thème Comment j’ai gagné mes premiers euros sur Internet et comment vous pouvez le faire aussi ».

Je n’ai jamais gagné le moindre centime via ce site Planète EJE. J’envisage difficilement de gagner de l’argent dans le social, à part en étant salariée. Mon rapport à l’argent est un « problème » qui ne concerne que moi. Je ne remplis donc pas les critères pour participer, mais j’avais envie de blablater.

Je connais Olivier Roland depuis un moment déjà, je recevais la newsletter d’habitudes Zen. Je l’appréciais à ses débuts, comme d’autres youtubeurs, jusqu’à ce que ma capacité d’attention fasse un bond ailleurs. Aujourd’hui, ses « disciples », je les reconnais au premier coup d’œil. C’est un formatage facilement repérable. La méthode s’applique et se duplique à l’infini. Je pense que je suis incapable de faire ce qu’il enseigne, transmet, propose en formation. Je n’arrive pas à me conformer à ce qu’il partage. Le marketing de réseaux me rebute, tout simplement. Il parait que je ferai une excellente partenaire : « tu as toutes les qualités » (?). Sauf que je refuse catégoriquement. Je bloque. Quel gâchis ? « Oui et non » (aparté hors sujet : à chaque fois que je l’écris, je pense à GuiHome). Faire ce que je n’aime pas me rendra malade. Je le sais, je l’ai déjà fait. Parfois, je me sens prisonnière de ma propre matrice…

Tout ça pour dire qu’écrire est un plaisir qui ne me rapporte rien en euros ni en quelques autres monnaies de ce monde. Si un jour ça devait me rapporter, je préfèrerai que ce soit grâce à un livre, en papier écologique, auto-édité au compte-goutte (à la demande) et je le ferai sous un pseudonyme. Je suis bien en coulisse. L’anonymat me plaît.

Le rapport avec la petite enfance ? Aucun. Sauf si ce ne sont (ça se dit ça ?) ses côtés rentabilité et monétaire qui me donnent de l’urticaire. (Je ne suis pas seule à l’avoir mal vécu : témoignage).

Ralph la casse et Vanellope avec un spam pour gagner facilement de l’argent dans l’internet

Être EJE

Suite à des questions posées via Instagram, je me suis dit qu’y répondre publiquement pouvait permettre à d’autres de se faire une idée du métier.

EJE

1) En quoi consiste le métier d EJE ?
Selon moi, c’est accompagner des enfants dans la continuité de leurs parents pendant que ceux-ci sont absents temporairement (ou plus selon les lieux d’accueil). Accompagner c’est être présent sur les temps d’une journée et répondre aux besoins des enfants à différents niveaux (cela implique des propositions éducatives variées). Le rôle de l’EJE et ses missions sont bien plus nombreuses et parfaitement détaillées sur plusieurs sites internet, notamment celui de la FNEJE. Cette réponse, c’est mon idéal.
2) Qu’est ce que vous aimez le plus dans votre métier ?
Être en présence des enfants, de leur spontanéité, leur authenticité et leur candeur. Échanger, rire, jouer avec eux. Partager leur existence. Identifier et répondre à leurs besoins avec bienveillance.
3) Qu’est ce que vous aimez le moins dans votre métier ?
Les adultes…plus sérieusement…la quasi exclusivité féminine des équipes et toutes les problématiques (souvent superficielles) qui en découlent. Même si j’apprécie la majorité de mes collègues, je me passerai bien de l’aspect managérial de la gent féminine.

4) Quelles sont les qualités requises pour exercer ce métier ?

La capacité d’adaptation me semble indispensable (cela englobe un paquet de qualités). Un minimum de goût pour les autres. Même si je déteste la polyvalence, c’est un plus.

5) Où travaille l’ éducateur de jeunes enfants ?
Partout où les enfants sont accueillis, en Théorie. Sur les rives du pays de la Pratique, les EJE sont, hélas, cantonnés dans les EAJE (crèches, haltes, alsh…)
 6) Quels conseils donneriez-vous aux personnes qui souhaitent exercer ce métier ?
Faire des stages d’immersion autant que possible, pour connaître les lieux d’accueil dans lesquels on se sent le mieux et envisager ses limites. Faire une psychothérapie c’est, à mon sens, très important.
Si vous avez d’autres questions, je suis disponible pour y répondre.
 

devenir-educateur-de-jeunes-enfants

Qu’es aquò ? Kesako ?

Je peaufinerai avec le temps mais aujourd’hui pas de définition toute faite ou tout droit sortie d’un site d’information.

Je préfère partager ce que j’en ai vu et expérimenté depuis 2004 (début de ma formation).

Avant de commencer ces études, je pensais qu’être éducateur de jeunes enfants c’était être présent au quotidien auprès de jeunes enfants et les accompagner pendant leur temps de présence sans leurs parents, c’est à dire prendre le relais. Les enfants ne peuvent pas vivre sans adultes et sans cadre. Y’a qu’à laisser faire pour voir très très vite ce que ça peut donner.

Huit ans après, je pense la même chose de ce métier avec plus de nuances et de responsabilités. Être éducateur de jeunes enfants c’est aussi être au service des familles, pas à leur disposition mais disponible pour :

  • accueillir,
  • rassurer,
  • répondre aux questions,
  • guider,
  • soutenir quand c’est demandé,
  • écouter,
  • échanger,
  • proposer…et c’est pareil pour l’enfant et le groupe, pour l’équipe de collègues.

eje1

Tout ce qui est appris, questionné, argumenté pendant trois années de formation, est rendu public,  partagé et remis en question en permanence pour que ça évolue, ça se concrétise, ça se transforme en projets et pour constamment en évaluer la teneur.  

Rien n’est figé, tout est malléable dans le respect de chaque individu.

Collègues EJE, parents, familles,  ce que vous pensez, voyez, comprenez de ce métier m’intéresse. Vos commentaires sont les bienvenus, merci de faire vivre ce blog !

guide-educateur-jeunes-enfants