Comment parler à mon petit frère ?

Faut-il reprendre les formulations des enfants ? Faut-il corriger  leur français ?

Récemment, j’ai repris mon fils aîné, majeur et vacciné en conversation avec son frère, de bientôt 5 ans. Nous regardions plusieurs parapentistes prendre un courant ascendant. C’était un joli spectacle, de mon point de vue. Le petit frère, dans les bras de son grand frère, s’est exclamé : « c’est ridicule !!! ». Le grand, outré, (c’est ma perception) a répondu : « mais non, ce n’est pas ridicule !! » Comme je les ai entendus, je me suis permise de dire à l’aîné, qu’il pouvait parler à son frère, sans le reprendre.

Je ne reprends jamais les enfants. Je reformule pour qu’ils entendent comment je dis. J’ai donc suggéré au grand de proposer un mot qui lui semblait adapté, au lieu de corriger. C’était, de toute façon, son droit le plus absolu de trouver ce spectacle ridicule, mais je pense qu’il a confondu. Il a réclamé à faire du parapente dans la minute qui a suivie. L’aîné m’a alors demandée d’écrire un article sur comment parler à un enfant de 5 ans. Dans l’exemple du « c’est ridicule ! », j’aurai proposé sous forme de dialogue : « je trouve ça agréable à regarder, ça ressemble à une danse de parapentes, qu’en penses-tu ? ».

Exemples :

Mon cadet a une conjugaison toute personnelle. Il dit « je suitait coincé » ; ils sontaient partis ; ils ontaient malades… » A chaque fois, je redis : « oui, j’ai vu, tu étais coincé ; En effet, ils étaient partis avant nous ; C’est vrai, ils étaient tous malades » etc. J’ai des souvenirs désagréables de correction. Je ressentais que l’erreur était interdite et qu’il fallait surtout éviter de la redire, comme si c’était une énorme bêtise non-entendable ! Je doute que ce soit par la correction que j’ai appris. Par la lecture, sans doute et par l’écoute sûrement et puis le temps a fait son affaire.

Le plus simple pour s’adresser à un enfant :

Pour s’adresser à un enfant, la consigne positive est la plus efficace. Testée et approuvée par la plupart des personnes qui font cet effort !

Exemples illustrés de Bougribouillon  que je remercie infiniment de mettre des dessins sur des mots et des concepts parfois considérés comme contraignants. Or c’est tout l’inverse. ça facilite grandement la vie quotidienne.

En images :

  En effet, l’enfant est une personne qui traverse des émotions, de manière bien plus tempétueuse que les adultes. Jamais un enfant ne peut être considéré comme un mini-adulte et encore moins comme un sous-adulte. Il mérite d’être considéré comme un individu à part entière, tout simplement. Lui parler, c’est dire des mots qu’il peut comprendre, utiliser un vocabulaire à sa portée. Le bain de langage, c’est bien joli mais un flot de paroles, ça peut l’inonder. Un enfant ne comprend pas tout. Il comprendra le ton, l’intention, si elle est claire et éventuellement si c’est répété.

En conclusion, être authentique, bienveillant et simple, c’est la clé pour communiquer avec les autres, donc avec les enfants.

La personne de référence ou comment répondre au besoin de continuité de l’enfant. Partie 5/FIN

Enfin des congés ! Suite et fin de cette journée que j’ai eu plaisir à me rappeler en tapant ces notes aujourd’hui :

L’AVIS DE MIRIAM RASSE AU SUJET DES STAGIAIRES ET DE LEUR IMPLICATION AUPRÈS DES ENFANTS ACCUEILLIS EN EAJE :

L’accueil des stagiaires se fait, par définition, sur un temps limité. La question est : y a-t-il une nécessité absolue que les stagiaires prennent en charge les enfants dans leur intimité (change, repas, sommeil…), est-ce obligatoire ?

Exemple : apprendre à mettre une couche, faire des soins, est-ce l’essence d’un métier quel qu’il soit dans le secteur de la petite enfance ? Est-ce indispensable d’apprendre sur un enfant ? Une poupée/un mannequin ne peut-elle/il pas remplir ce rôle, comme pour l’apprentissage des gestes de premiers secours ?

Les métiers des professionnels de la petite enfance se situent plutôt sur les questionnements suivants :

          Comment entrer en relation ?

          Comment communiquer avec l’enfant ?

Ça n’a donc rien à voir avec : « comment s’occuper d’un « paquet » ?

Il est nécessaire d’avoir en tête qu’un enfant s’attache comme si c’était une « nouvelle référente ». Il est « trompé ». Il ne sait pas qu’un stage se termine. C’est presque irrespectueux envers un bébé qui ne peut rien dire. Laisser un jeune enfant nouer des liens trop importants avec quelqu’un qui partira est un manque de respect envers ses sentiments. Pourquoi ne pas choisir un enfant plus grand, qui appréhende un peu plus les aller et venus qu’il a déjà pu observer ?

Le savoir-être est primordial et celui-ci ne vient que si une relation est installée. Il serait judicieux de faire remonter ces constats auprès des écoles de formation, afin que soit pris en compte les réactions des enfants et pas seulement « la formation » des stagiaires.

On ne peut pas prendre en compte les besoins de formation des stagiaires au détriment du bien-être d’un enfant. Les enfants ne sont pas des cobayes.

L’accueil d’un stagiaire est donc à penser sérieusement. Le stagiaire est une présence positive qui a sa place dans un projet. L’accueillir est un choix d’une structure. Les échanges sont souvent enrichissants. Les stagiaires apportent de nouveaux questionnement, et parfois même une remise en cause. Le stagiaire a d’autres moyens et intérêts d’apporter son « aide » que dans le savoir-faire auprès des enfants.

L’AVIS DE MIRIAM RASSE AU SUJET DE L’ACCUEIL TEMPORAIRE DES ENFANTS, NOTAMMENT PENDANT LES VACANCES (donc sans adaptation et sans référence) :

Exemple : la semaine au ski = en dessous de 3 ans, ça ne représente aucun intérêt pour un enfant. Quel sens y a-t-il à être accueilli par de parfaits inconnus et en collectivité ? (Elle admet qu’elle répond sans nuance mais personnellement, je la rejoins car j’ai travaillé plusieurs semaines en saison hiver à la montagne et j’ai constaté une majorité de souffrance chez les enfants et très peu d’apport positif dans leur vie, en tous cas durant leur séjour.)

Les parents ne savent pas. Les alerter sur les conditions d’accueil et les réactions de leur enfant serait plus honnête. Éviter les conseils mais se contenter de transmettre des connaissances objectives. Si un parent demande et pose des questions, on se doit de répondre selon ce que l’on sait du développement de l’enfant puis proposer au parent de dire ce qu’il en pense. Souvent il a la réponse mais a besoin d’être aiguillé vers elle.

  •  Conversation sur les différentes formations de base :

Les savoir sanitaire et éducatif sont parfois non partagés d’où des difficultés de cohérence en équipe. Le projet éducatif et les projets pédagogiques relient les pratiques et donnent une base de cohérence.

Exemple : le change-debout, il semblerait que la technique ne soit pas forcément apprise par les stagiaires.

La conversation dévie sur le change en général : Un enfant qui bouge sur la table de change est un enfant qui « parle » par ses mouvements et ses gestes. Il s’exprime. On peut lui demander de l’aide. Il est partenaire du change. On peut lui signifier qu’on n’y arrive pas mais il a le droit de s’exprimer : « j’entends que tu veux me dire quelque chose, mais je ne suis pas d’accord. J’ai besoin que tu m’aides à finir pour que tu puisses faire autre chose quand ce sera fini. » L’enfant décide dans un cadre donné par l’adulte.

Le change-debout est une continuité après une réflexion qui aura débuté dès la table à langer.

Autre exemple : pendant le repas, l’enfant décide ce qui entre dans sa bouche quand c’est devant lui (pas quand c’est dans le réfrigérateur !!).

L’enfant-partenaire ce n’est pas l’enfant-roi. On change une couche ENSEMBLE. On change la couche de quelqu’un. Il ne s’agit pas que de la couche mais de l’individu qui la porte.

Des négociations sont possibles durant les soins :

Par exemple pour un soin de nez, les explications sont utiles sans contention. Ce n’est pas en terme de compétences quand on entend le parent dire « avec vous, il ne dit rien, moi je ne sais pas faire ». Rassurer le parent sur le fait que la relation est de toute façon différente avec les professionnels car il y a moins d’affectif et plus d’empathie = une juste distance professionnelle = un espace en soi pour se mettre à la place de l’autre.

Miriam RASSE insiste sur le cadre professionnel : on ne garde pas nos neveux ou cousins, on accompagne des enfants qui ne sont pas de notre famille (en général) ; on se doit d’être professionnel. Nous avons suivi une formation pour cela.

Retour sur la différence entre la relation parentale et la relation professionnelle :

Selon la pédopsychiatre Myriam David, ce qui prime dans la relation parentale est de l’ordre de l’émotion, du désir, du sentiment. Le parent aime passionnément son enfant (en général).

Ce qui diffère largement de la relation professionnelle  dans laquelle la qualité de l’accompagnement, de la relation, du soin priment. Le professionnel accompagne et construit le soin.

Nécessité de protéger la place du parent même s’il est défaillant. (Didier HOUZEL, les différentes parentalités). Exemple : en pouponnière, même si le parent n’exerce pas la parentalité, il garde l’autorité parentale, il existe. Les parents sont toujours associés au maximum en reconnaissant leurs ressources et leurs limites.

Comment faire exister le parent en son absence ? SANS LE CRITIQUER, même si on n’est pas d’accord.

Aucune attaque à la relation parent-enfant n’est tolérable. Les interventions des professionnels ne se font que dans le cadre de l’accueil au quotidien (en dehors de la sphère privée).

 L’enfant fait avec le parent qu’il a.

Aucune rivalité ni compétition n’aura de sens. On a conscience de la valeur de notre travail.

Le rôle de la référente, en terme de recueil d’informations est primordial. Elle a tout intérêt à écrire le plus possible, afin de relier l’histoire de cet enfant pour maintenir une continuité.

  • La place de la référente : réaliser l’investissement, l’engagement psychique = « être avec ».

Quel accompagnement ? Pour les professionnels qui semblent le moins disposées à adhérer à cette référence ?

Expliquer que le savoir-être est plus important que le savoir-faire.

Le savoir-être est au service du savoir-faire.

C’est aussi un travail d’équipe : celui de regarder l’enfant AUTREMENT, de modifier ses représentations et surtout d’abandonner cette idée de « pouvoir de l’adulte sur l’enfant » qui parasite la relation.

La culture est trop prégnante et prône bien souvent l’individualisme ; la compétition dès l’école. La RÉVOLUTION en marche est un déclic qui permet de comprendre qu’une ALLIANCE est indispensable entre l’enfant et l’adulte et non un rapport de force.

Quand on est référente, la vraie question est : comment être du côté de l’enfant, dans l’empathie ? Trop souvent l’adulte est dans la position inverse : la sanction et la punition. Le rôle des professionnels est de se demander en permanence : « pourquoi l’enfant fait-il cela ? » Au lieu de lui dire d’arrêter de faire ce qu’il fait systématiquement. C’est l’installer à force dans une déconstruction, une perte de repères. Le but est de mettre l’enfant au centre.

Depuis peu c’est l’adulte qui s’adapte à l’enfant, c’est un travail qui se centre sur l’affinement. Les certitudes se déconstruisent, se reconstruisent sans être rigides sur un socle stable grâce au travail de l’équipe d’encadrement avec des questionnements différents : « Que dit l’enfant ? A ton avis ? Hypothèses, réponses ? Qu’est-ce que tu penses que l’enfant exprime ? Qu’est-ce que tu proposes ?

C’est tout un travail d’accompagnement de l’équipe dans l’EMPATHIE.

  • Conversation sur la référence d’un enfant « qui met à mal un professionnel » :

Le relais est fondamental mais il est préparé, pensé, prévu et nommé. C’est la reconnaissance d’une complexité qui doit être organisée. La difficulté est à prendre en compte par l’institution : équipe encadrante : qu’exprime cet enfant ? L’observation est l’outil pour répondre à cette question.

Selon la situation contextuelle (et familiale), une organisation est mise en place et il est indispensable de redoubler d’attention pour l’enfant et le professionnel concernés. Il est normal d’accepter que des situations dépassent parfois nos compétences.

La relation élargie : quand l’enfant « choisit » un autre adulte.

Rien n’empêche l’enfant d’explorer le monde, sûrement pas la référence. Il est tout de même préférable de conserver la référence de départ, même en cas de difficulté prononcée = pour éviter de changer de personne. Il n’y a pas de rigidité mais la stabilité d’un groupe à privilégier (selon des situations intenables). Rien n’est figé. Inutile de s’enfermer. Tout est question de préparation, d’accompagnement d’aléas de la vie. Sans réelle rigueur mais en étudiant chaque solution possible et opter pour la plus favorable, de façon progressive, pensée. Une séparation s’accompagne. Éviter les ruptures brutales car cela est subi.

Même s’il est impossible d’éviter toutes les souffrances, ne pas s’arrêter à cet argument : il est tout aussi inutile de ne pas éviter celles qui peuvent l’être !!

  • Conversation sur la référence de 3 ans :

Avec changement de lieux, de sections. La nouveauté et la découverte sont toujours intéressantes sur la base d’une sécurité. Un changement à la fois, car l’enfant a besoin d’intégrer. Les mots d’ordre sont : progression et continuité.

Attention aux risques d’appropriation, d’attachement trop important. C’est une vigilance à avoir en maintenant du tiers dans la relation.

Un départ se prépare. Les professionnels « grandissent » aussi pendant leur carrière. C’est donc une satisfaction quand le travail est réussi, le but atteint = travailler avec bienveillance et amener vers l’autonomie.

  • points abordés à la fin de l’après-midi, en vrac :

L’ «acquisition de la propreté » est liée aussi à la sécurité affective même si majoritairement en lien avec la maturité physique. D’où l’importance de la référence pour accompagner cette phase du début à la fin.

La complexité d’un suivi sur trois années se situe essentiellement dans la configuration des locaux et aussi selon le taux d’encadrement qui change du passage d’une section de bébé à une section de plus grands. Tout est dans la préparation et l’organisation. L’idéal est de maintenir au moins un professionnel sur une section.

Un suivi peut-il sembler « lourd » sur 3 ans ?  Les professionnels témoignent plutôt positivement de cette expérience de suivi des enfants et des familles notamment dans la construction de la parentalité par exemple et l’évolution des enfants en référence. L’intérêt s’avère réciproque : de nombreux parents apprécient ce suivi personnalisé.

C’est vécu comme un engagement dans la relation. Il est nécessaire d’être prêt pour cela.

Rappel de l’importance de l’adaptation qui permet les prémices de la construction de la relation avec l’enfant et sa famille. La confiance se construit avec des hauts et des bas. Le parent a besoin de « preuves ». Il a une place, il introduit l’enfant progressivement. Les professionnels veillent à ce que cela se déroule en protégeant la paisibilité du groupe. Trop d’aller et venues insécurise le bébé, on ne le dira jamais assez. Les locaux traversants sont, par exemple, source d’insécurité.

Les besoins des uns ne peuvent pas systématiquement être pris en compte au détriment des autres.

Miriam RASSE, à l’issue de cette journée conclut en disant qu’il y a peu d’écrits sur les sujets abordés car il est important que rien ne soit figé. Il n’existe pas une bonne pratique mais des pratiques pensées selon un contexte précis.