Les objets et la petite enfance

Arf, je n’ai pas résisté à l’appel de l’écriture ! Mes pensées et mes doigts me démangeaient trop pour faire abstraction. Pour réussir le défi d’arrêter d’écrire, il faudrait que je renonce au dernier réseau social que j’utilise encore régulièrement : Instagram. Que je résiste aussi au besoin de donner mon avis ! La tentation est grande de me couper de tous les mondes virtuels, dans lesquels des gens comprennent ce qu’ils veulent, font peu d’effort pour éviter de se transformer en juge suprême ! Tout va vite, trop vite. Je n’ai plus envie de courir derrière les infos et les nouveautés. A côté de ça il y a des perles de tellement belle qualité. Elles sont rares mais elles ont le mérite d’exister. Elles redonnent foi en l’avenir.

Bref, un énième débat sur Insta fait l’objet de mon retour sur ma planète. J’ai réagi à une publication de Papa cube, que je ne suis pas. C’est l’algorythme d’Instagram qui a décidé que ça pouvait m’intéresser. Il a eu raison. Il sait tout, c’est un fouineur espion.

Papa cube a publié un dessin et des photos sur ce qu’il, je cite, « considère comme le meilleur lecteur mp3 pour enfants et bébés : l’ocarina« . Et forcément, connaissant l’objet je me suis récriée : « quoi encore avec les bébés ??!! Mais qu’on leur fiche la paix aux bébés !!!! » Je me méfie depuis toujours des objets et du business de la puériculture.

le Stradivari qui me fait envie

C’est un bel objet, enfin celui en bois ; je sature du plastique (bien avant que ce soit la mode !). Beau et onéreux mais s’il tient toutes ses promesses, je suppose que c’est un investissement qui peut durer. Je suis allée voir des avis, ils sont mitigés mais certains en sont satisfait. J’y ai pensé pour Cadet de bientôt 6 ans, mais j’ai pas le budget et celui en bois semble réservé à des gens précautionneux, c’est précisé sur le site.

Donc ENCORE un objet…

Mode ironie activé, (s’il fallait le préciser) : il est vrai que nos enfants grandissent dans un monde tellement vide…qu’il faut absolument le remplir. Cela dit, le seul problème de nos sociétés occidentales, c’est le vide affectif, hein et malheureusement ça ne se comble pas du tout matériellement. Jamais.

Alors, je précise tout de suite que je travaille avec des objets. MAIS la nuance c’est que l’objet complète mon travail, il n’est pas mon travail. SAUF QUE, j’observe que l’objet remplace la relation…franchement si vous n’avez pas remarqué, ôtez vite vos oeillères !!

quelques exemples d’horreur de puériculture :

« Bois et laisse-moi tranquille ! »
« Allez hop apprends donc à dessiner ! »
« Fini les bras ! »

Oui l’ocarina c’est complètement différent, je suis d’accord. Déformation professionnelle, je vois, j’anticipe les dérives et surtout contrairement à ceux qui en font la publicité je préviens des dangers. Quelque soit l’objet il ne PEUT JAMAIS remplacer un adulte. Pourtant, la TV remplace l’adulte, youtube kids remplace l’adulte, le smartphone remplace l’adulte etc.

Un bébé a besoin des autres pour grandir. Découvrir la musique avec un objet c’est quand même un peu, beaucoup rater le propre de la musique : le partage, la convivialité, le collectif…surtout dans les premières découvertes ! Le bébé, l’enfant ont besoin d’être entourés pour identifier leurs émotions, les traverser, les surmonter. Et c’est le travail de l’adulte. Bien sûr, avec le temps les goûts s’affinent et se différencient. Cet objet est sans doute idéal quand votre enfants montre qu’il a envie d’écouter la musique qu’il aime et que vous aimez moins.

Oui cet objet est sûrement utile mais il ne sera jamais indispensable. Il complètera volontiers la voix des adultes et les instruments découverts ensemble. On peut vivre avec, on peut aussi vivre sans. La Terre s’en portera mieux. Cette surproduction, cette surenchère soi-disant créative tue nos biodiversités au cas où vous ne l’aurez pas remarqué. Je ne cible pas l’ocarina, je parle de tous ces objets inventés chaque jour et qu’on nous vend comme vitaux et « si vous ne l’avez pas, vous avez raté votre vie« … J’ai bien peur que ce soit le contraire. A force d’avoir des objets, on passe à côté de l’essentiel : l’autre, la relation, le contact humain et ouais nous sommes des humains ! Quel scoop !

C’était mon simple avis. Je ne demande à personne de l’accepter mais au moins de le comprendre. Je comprends l’envie d’avoir, je la connais mais je me réfrène le plus possible. Mon existence n’est plus dans l’avoir. Je privilégie l’être. Quand j’ai envie d’acheter je me demande toujours si j’en ai vraiment besoin, à quelle fréquence, et je me pose la question de l’après : est-ce que ça se répare, ça se recycle, est-ce polluant …?

On tend vers une nouvelle forme de famille, la cyber famille. Je trouve ça flippant que chacun ait son objet. De temps en temps, ok, mais savons nous vraiment faire la part des choses ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.