Être EJE

Suite à des questions posées via Instagram, je me suis dit qu’y répondre publiquement pouvait permettre à d’autres de se faire une idée du métier.
1) En quoi consiste le métier d EJE ?
Selon moi, c’est accompagner des enfants dans la continuité de leurs parents pendant que ceux-ci sont absents temporairement (ou plus selon les lieux d’accueil). Accompagner c’est être présent sur les temps d’une journée et répondre aux besoins des enfants à différents niveaux (cela implique des propositions éducatives variées). Le rôle de l’EJE et ses missions sont bien plus nombreuses et parfaitement détaillées sur plusieurs sites internet, notamment celui de la FNEJE. Cette réponse c’est mon idéal.
2) Qu’est ce que vous aimez le plus dans votre métier ?
Être en présence des enfants, de leur spontanéité, leur authenticité et leur candeur. Échanger, rire, jouer avec eux. Partager leur existence. Identifier et répondre à leurs besoins avec bienveillance.
3) Qu’est ce que vous aimez le moins dans votre métier ?
Les adultes…plus sérieusement…la quasi exclusivité féminine des équipes et toutes les problématiques (souvent superficielles) qui en découlent. Même si j’apprécie la majorité des mes collègues, je me passerai bien de l’aspect managérial de la gent féminine.
4) Quelles sont les qualités requises pour exercer ce métier ?

La capacité d’adaptation me semble indispensable (cela englobe un paquet de qualités). Un minimum de goût pour les autres. Même si je déteste la polyvalence, c’est un plus.

5) Où travaille l’ éducateur de jeunes enfants ?
Partout où les enfants sont accueillis, en théorie.
 6) Quels conseils donneriez-vous aux personnes qui souhaitent exercer ce métier ?
Faire des stages d’immersion autant que possible, pour connaître les lieux d’accueil dans lesquels on se sent le mieux et envisager ses limites. Faire une psychothérapie c’est, à mon sens, très important.

EJE

Si vous avez d’autres questions, je suis disponible pour y répondre.

Mes compétences sont disponibles, qui en veut !!??

Je suis EJE de formation. Pour des raisons personnelles, il m’est impossible d’exercer sur le terrain avec les quotas actuels. Je suis même écœurée d’avoir exercé dans ces conditions. Quand j’y pense, j’ai la nausée. Après 1 an, de repos forcé, je suis prête à mettre en pratique mes savoir-être et savoir-faire ailleurs qu’en EAJE (« mais t’es folle, tu te grilles dans le milieu… » « Oui, enfin, pour ce qui m’est proposé, je m’en remettrai »).

Je suis à la recherche d’une voie professionnelle qui me permettrait de proposer mes compétences, à ceux qui en ont besoin, telles que je les porte, sans avoir à me transformer en wonder-woman (et non, je n’ai pas eu la chance de grandir sur l’île de Themyscira, comme la belle princesse Diana).

Ça me plairait d’accompagner des enfants « porteurs de handicaps mentaux » à l’école maternelle/primaire ou même en institut. Le terme c’est auxiliaire de vie scolaire (AVS) ou autre chose (ça change tout le temps). J’ai postulé récemment. Il m’a été demandé une lettre de motivation (manuscrite, à envoyer par mail !!). J’en ai marre de ces procédures à la noix. Si je postule, c’est que je suis motivée, rencontrons-nous afin d’en discuter de vive voix. Oui je sais, je suis hors critères (CUI CUI et trucs machins) mais j’ai envie de dire, on s’en fout, non ? J’ai envie, c’est tout. Oui, je sais, je ne suis ni précaire, ni sous-diplômée, mais… est-ce tout ce qui est recherché pour accompagner des enfants à forts besoins ?? Et cette histoire de fin des contrats aidés… où est la logique avec la promesse que tous les enfants auront leur AVS à la rentrée ? Nous sommes le 19 septembre 2017, et si j’en crois BMFTV, « 3500 élèves sont privés d’école, faute de personnel… » Pardon ? Faute de quoi ? Et moi, je suis du vent dans la plaine ? Je suis sûre que nous sommes nombreux à attendre un hypothétique « poste ». Si quelqu’un cherche, je vis dans le 06, près de Cannes. Pour me contacter, il est possible de me laisser un commentaire sous cet écrit.

Ça me plairait aussi d’accompagner des enfants dits « lambdas », de tous âges, dans leur découverte de la vie. Avec des horaires « humains », au plus proche de leur rythme. J’imagine un lieu de vie dans lequel, le petit déjeuner aurait lieu quand les enfants ont faim, pour la plupart après 9h. Commencer la journée par un moment convivial, quel idéal ! Continuer avec une matinée en extérieur, au jardin, à la ferme, à la pêche, en forêt, au marché… ; préparer le déjeuner ensemble ; profiter d’un temps de pause, calme, lecture, jeux de société et enfin terminer l’après-midi par du bricolage, de la pâtisserie, l’entretien des parties communes…de la méditation selon les besoins, une collation si nécessaire et fin de la journée avec jeux libres jusqu’au départ avec les familles. Y’a de quoi s’occuper et apprendre les choses essentielles de la vie. Dans tous ces moments, il y a du concret et en faire l’expérience permet d’assimiler des notions plus aisément. Le bien-être à l’école, est-ce que je rêve ? Qu’est-ce que j’attends pour créer cette « école » alternative, me direz-vous ? Et oui, bonne question, qu’attends-je ? Seule, je sais que j’aurai du mal à y arriver, chacun a des épaules plus ou moins larges. Ma carrure est toute mince et a assez de fardeaux à porter. Alors, je n’ai aucune honte à dire que OUI j’aurai besoin d ‘aide ! de conseils avisés, de guidance de personnes qui sont dans l’aventure…toussa toussa. Oui c’est un appel.

Pour faire un peu CV et lettre de motivation, voici la liste de mes compétences acquises au cours de mes dix années d’expérience, à domicile, en saison en EAJE, en EAJE municipaux…et avant le DE, en groupe scolaire auprès d’enfants porteurs de handicaps mentaux ( en CLIS et UPI).

  • Accueil, encadrement, de jeunes enfants, d’enfants polyhandicapés et porteurs de handicaps mentaux. Accompagnement en lien avec les familles.
  • Proposition de médiations et actions éducatives pour favoriser le développement global de l’enfant.
  • Travail et encadrement d’équipe éducative ; élaboration et conduite de projets.

A part cet encart politiquement correct, je sais observer finement, écouter attentivement, échanger calmement, réfléchir tranquillement mais aussi urgemment. Je sais analyser des situations. Je sais rédiger des écrits (projets, compte-rendus…). Je suis dans une optique de bienveillance (ni laxiste, ni permissive), même si je suis loin d’être parfaite. C’est un de mes défis professionnels.

Mes qualités et mes défauts sont visibles rapidement sur le terrain, dans la mesure où je suis entière, honnête même si parfois réservée. Je dirai ce que j’ai à dire au moment opportun. J’attends, en retour, que l’on me dise aussi ce qu’il y a à me dire. C’est la base de la communication car les « non-dits » et même les « on-dit » c’est pénible et lourds de conséquence et de temps perdu.

 

Ah oui, et je m’appelle Mickaëlla.

Ravie d’avance ! Nice to meet you !

Et si nous laissions les enfants…jouer ?!

C’est un sujet qui tient souvent très à cœur chez les professionnels de la petite enfance : la motricité LIBRE. Selon moi, c’est tout sauf une méthode ou une mode. C’est la vie. Dans la vie, personne n’a besoin d’un objet ou de quelqu’un d’autre pour marcher par exemple, sauf s’il est à mobilité réduite.

Libérons les bébés, les jeunes enfants, les enfants ! Laissons-les vivre, expérimenter, essayer, échouer, tomber, se relever…car même sans nos interventions, ils finissent par réussir !!

Je l’ai régulièrement évoqué sur ce site : ici et là-bas. Celle qui l’illustre vraiment au plus proche de la réalité, c’est Bougribouillons.

Ce qui me fait aborder une nouvelle fois cette thématique, c’est d’avoir observé trop souvent des parents et aussi des professionnels débutants et/ou confirmés, intervenir systématiquement dans la motricité de l’enfant qu’ils accompagnent.

Comme j’ai déserté le terrain professionnel pour des raisons de santé, mon terrain d’observations est devenu la rue, le parc, les lieux publics… Mon fils cadet a l’âge des sorties aux aires de jeux. J’y vois, avec grand plaisir, les interactions et aussi, sans voyeurisme, un instant T de « la vie des autres ». C’est extrêmement varié et riche. Parfois drôle, parfois triste.

Récemment, j’ai pu observer de près un jeune enfant dont j’ai su l’âge. En terme d’échange, dans un parc, c’est inévitable, les adultes demandent l’âge des enfants qui interagissent. C’est comme-ci cette donnée était la clé de ce qu’il se passe…j’imagine aisément les comparaisons qui défilent dans la tête des gens. Je préfère demander le prénom mais bon, ça semble secondaire pour d’autres. Après l’âge, c’est parti, pour les « oh il fait ça ? la mienne pas encore… »

Il y a des parents, adultes accompagnants inquiets et même devins « attention, tu vas tomber ! »; « attention c’est dangereux ! ». Il y a les parents que je trouve un peu trop détendus, résultat c’est presque toi qui surveille le gamin qui s’approche dangereusement de la perche de feu (comme celle des pompiers) alors qu’il marche à peine…Bref, j’observe un florilège de situations, bien malgré moi. Pour rappel, une aire de jeux, bien qu’elle soit « sécurisée » en théorie, demande une vigilance effective, quelque soit l’âge de l’enfant qu’on y accompagne. C’est le mauvais moment pour lire un bon bouquin, par exemple. Mon propos est loin de vouloir juger, je constate seulement des extrêmes. Je rencontre aussi des adultes bienveillants, disponibles.

La motricité libre, pour faire court, c’est de permettre à l’enfant d’évoluer sans contraintes extérieures, sans interventions intempestives. C’est le laisser libre de ses mouvements afin qu’il soit autonome. Un enfant n’a besoin de presque RIEN pour se tourner du dos au ventre, pour s’asseoir, pour se lever, pour marcher, pour courir, pour grimper, etc. Il a juste besoin de notre approbation et de notre regard bienveillant.

Voici, en image, un moment de grande confiance vis à vis de mon fils de 34 mois :

  • Avant de le laisser faire ça, j’ai accompagné son geste d’innombrables fois, par la voix et par une sécurité en retrait, c’est à dire sans le toucher, sinon comment aurait-il pu sentir ses mouvements ?

fierté de faire seul

  • Mode d’emploi pour monter et descendre d’une structure. Avant qu’il puisse le faire seul, je ne l’ai jamais installé dessus. Quand j’expliquais ça à des stagiaires, elles me trouvaient dure. Je leur répondais qu’un enfant peut aller sur une structure seulement s’il en est capable. Sinon il dépend de l’adulte et ce n’est plus un jeu, ça devient une corvée de le porter, l’installer, le désinstaller ici et là et partout où il veut. Le dos des professionnels est déjà mis à rude épreuve, inutile d’en rajouter (pareil pour les parents). Il y a suffisamment de jeux pour qu’un enfant s’amuse. Selon l’âge, l’enfant peut avoir besoin d’une légère impulsion, c’est à l’adulte de juger si son intervention est judicieuse ou non. Le principe c’est que l’enfant puisse redescendre seul, tout comme il est monté. Contrairement au chat, l’enfant a les moyens de redescendre comme il est monté, à reculons le plus souvent, pour éviter naturellement une sensation de vertige, cela dépend des enfants.

  

L’enfant apprend en jouant. Il appréhende les mouvements de tout son corps. S’il est contraint, aidé, ou pire si un adulte fait à sa place, il n’apprendra rien.

Mettre un enfant assis, le caler, c’est le coincer dans une position qu’il parviendra laborieusement (ça prendra beaucoup de temps) à changer. Un adulte peut expérimenter de se mettre assis les jambes légèrement écartées : est-ce que c’est simple de bouger assis ainsi ? Et de changer de position quand on n’a jamais expérimenté ?

  • Exemple d’une intervention de son père, il lui a dit « non, tout seul ! » car il était en sécurité et savait déjà monter dessus.

« non, tout seul ! »

Ce qui est le plus frappant pour moi dans tous ces lieux c’est quand l’enfant chute. Aussitôt l’adulte se précipite. Certes, c’est une réaction qui a du sens, mais qu’il relève immédiatement l’enfant avant même que celui-ci ait émis le moindre son avec un « c’est pas grave ! », là c’est moins sensé. Les stagiaires m’ont encore trouvée dure sur ce point-là : « mais s’il s’est fait mal ?! ». Justement, dans tous les cas, pour éviter de blesser encore plus un individu qui a chuté, c’est mieux de le laisser en place. C’est ce qui est préconisé par les secouristes.  J’agis de la même manière en tant que mère et professionnelle, je demande à l’enfant qui est à terre, comment il se sent. S’il répond, il est conscient, s’il se relève c’est que ça va et je vérifie avec lui que tout est en état de marche. S’il pleure, je lui demande s’il a mal, si oui, où il a mal. Je l’aide à se relever seulement s’il a des difficultés à le faire seul et évidemment, si besoin il aura un soin. S’il a eu peur, il a besoin d’être rassuré. S’il reste à terre, je lui demande s’il peut bouger et selon la réponse, j’avise. Vraiment, intervenir systématiquement c’est laisser croire qu’à chaque chute, miraculeusement il se relèvera. Or c’est mieux pour lui qu’il sache se relever seul, qu’il apprenne ainsi à évaluer sa chute et appeler à l’aide s’il en ressent le besoin. Un enfant a besoin de ressentir les choses pour les intégrer.

La liberté c’est aussi de faire des expériences, en tous genres et l’enfant est expert pour cela :

Monter par la pente, c’est du sport !

Pour conclure en images car c’est plus percutant :

       

Réponse aux préjugés lus sur Facebook

Écrit suite à une discussion par rapport à la photo-buzz d’une maman ayant installé son bébé sur le sol d’un aéroport.


J’ai compté , ce qui me semble être 7 préjugés et autant de jugements, dans notre échange sur FB :

1. Juger une mère sans la connaitre ni connaitre le contexte, c’est franchement moche et vain. Les personnes les plus répréhensibles dans cette histoire, sont : celle qui a pris la photo et ceux qui la diffusent avec une citation qui n’appartient même pas à Einstein.
Pour info : il y a des microbes partout. Les bébés sont aussi au sol en crèche et franchement c’est parfois très sale, malgré le ménage fait très régulièrement.

Qui sait quelles démarches elle a faites cette mère ? Pas vous de toute évidence.

Source : Voici-pourquoi-il-faut-se-mefier-des-photos-avant-de-les-commenter.html


2. Confier son enfant est toujours un choix difficile dans un contexte toujours particulier. Votre histoire est un cas privé qui ne peut faire une généralité et puis ça ne regarde que vous. Confier son enfant ne le rend pas du tout, mais alors pas du tout plus vulnérable, quel énorme raccourci…Personne ne fait un enfant pour le confier à d’autres mais ça peut arriver. Un enfant, figurez-vous, grandit au sein d’une société à laquelle il sera irrémédiablement confronté, sauf si vous vivez sur la Lune. Il ira forcément quelque part sans ses parents…et ses choix lui appartiendront, comme celui de suivre ou non un inconnu mal intentionné.

suggestion de lecture

3. Les enfants enlevés le sont parfois en présence d’adultes. C’est extrêmement rapide un enlèvement, mais ça a l’air de totalement vous échapper. Et surtout ça peut arriver à n’importe quel âge… peu importe la protection qui vous entoure et peu importe l’excellente éducation que vous avez reçue….ça aussi ça semble vous échapper.

 

4. Facebook est une communauté. Tout ce qui est public porte bien son nom. Soit vous sécurisez votre page soit non et tout un chacun peut naviguer librement et se faire une idée vraie ou non sur vous. C’est très courant chez les recruteurs. La curiosité « mal placée », c’est quand on cherche ce qui est caché.

5. Partagez des articles de différents auteurs, c’est tout autre chose que de la propagande, ça s’appelle informer. Chacun est libre, comme vous, de lire, de comprendre, d’accepter ou non et de diffuser à son tour.

6. Aucun parent ne démissionne, c’est une légende urbaine. Quand on se penche sur la sociologie, ce qui est constaté c’est une perte des valeurs mais aussi une sorte de noyade sous le flot d’informations accessibles lesquelles, évidemment le plus souvent, se contredisent. Des parents ne savent plus quoi ni comment faire, ils sont perdus.

Il s’agit de DÉSARROI : Des-parents-qui-ne-savent-plus-a-quel-saint-se-vouer

Oui mon travail est de sensibiliser aussi à la parentalité, c’est ce que je fais mais contrairement à ce que vous insinuez, je ne cherche jamais à me mettre « en avant »…connaissez-vous mon identité, pour affirmer cela ?

7. Pour en finir, le fameux bisou, l’objet de la discussion. Le bisou c’est quand on veut, avec qui on veut. Forcer un enfant, quand c’est possible de faire autrement, c’est de la malveillance. Mais en effet, c’est mon humble avis.

Cet écrit était privé. Le temps a passé. Je le rends public car malheureusement, tant de gens sont remplis de préjugés…

Le Sacro-Saint Père Noël

Attention, écrit qualifié de « un chouïa radical ». Je l’admets. Fidèles du « père noël mercantile », s’abstenir 🙂 Si vous vous sentez jugés, c’est indépendant de ma volonté et c’est très très très loin d’être mon intention.

@jout : il y a ceux qui sont intrigués, d’autres choqués, d’autres qui trouvent cela lassant. Mon intention est de montrer que le monde entier, et plus localement la France entière, n’a pas forcément envie d’utiliser ce personnage comme « référence pédagogique » ou comme « outil de stabilité » en ces temps de fêtes et de fatigue, (pour reprendre les termes d’une internaute). Pendant des années, le monopole du personnage du père noël a pris de l’ampleur, je l’ai observé. Pourquoi pas ? Mais si des voix s’élèvent pour dire que la magie de Noël c’est bien plus… sans faire croire ? (c’est le nœud qui fâche). Je suis, neurologiquement, simplement, incapable de dire qu’un personnage fictif existe pour de vrai. Il semble que d’autres personnes ressentent cette envie de rendre à Noël son authenticité. Le père noël peut en faire partie ou pas. Chacun est libre. Ce que je défends c’est le droit de le dire, de le vivre…pourquoi dans certains EAJE, à l’école, dans les rues, dans les magasins tout est conçu pour que les enfants aient à peine le choix de décider par eux-mêmes…? Ils sont presque obligés d’y croire. Y croire est devenu comme une évidence, sans plus aucune réflexion. Et si je veux remettre en question ce simple point, il m’est répondu que je suis fermée et que le débat est inexistant…

Un jour de discussion pause-déjeuner sur le Père Noël, j’avais dit à une collègue : « on dirait qu’il est intouchable le Père Noël, comme Dieu le Père presque ! » Elle m’avait répondu que j’exagérais. Comme souvent, il parait.

Le père con-sommation

Mais pour y revenir, le temps d’un court bla bla…est-ce que j’exagère vraiment ?
En ce moment sur FB je vois fleurir des statuts imagés comme celui-ci :

C’est sûrement de l’humour. En tous cas, ça semble amuser la galerie.

Et quand je vois ça, je suis dépitée pour les enfants dont les parents le font réellement ce chantage.

Pour quelles raisons ce chantage ? Pour obtenir la paix, la tranquillité, la sagesse (le summum, déjà peu atteint par les adultes alors quand un enfant y parvient, youhou!! chapeau !! bravo !!!) ? Donc, des parents ont besoin du père Noël pour obtenir des comportements de leur enfant…ça laisse songeur.

Grumautique

Ok. Trève de plaisanterie.

Je me mets à la place des enfants (et je me sens très mal à l’aise) :

« Mes parents ont décidé (pour mon bien, sans doute) de me faire croire à un personnage de légende contes et histoires. Si, si, ils ont même insisté. Ils m’ont dit qu’il existe pour de VRAI, en dehors du pays imaginaire. C’est à dire qu’il vit au Pôle Nord. Toute l’année, il exploite fait travailler des petits chinois des lutins qui fabriquent des jouets.

Le Père Noël, il s’introduit chez moi le 25 décembre par effraction à partir de minuit, pour m’offrir les cadeaux que je lui ai commandé par courrier. Seulement si j’ai été SAGE et seulement si je DORS et surtout si je CROIS en lui…Et dès le mois de novembre j’ai intérêt à l’être sinon mes parents, grands-parents, oncles et tantes et même cousins, me le disent tous les jours : « arrête tes caprices, sinon le Père Noël t’oubliera dans sa distribution ! » A côté de ça, Peter Pan, la fée clochette, Spiderman, la sorcière de la rue Mouffetard, eux, n’existent que dans mes pensées, mon imagination et dans les livres. Et tous les autres personnages des histoires, contes et légendes aussi. »

Ça fait rêver…?

J’essaie de me mettre à la place des parents et euh… ça m’est impossible !

Qu’est-ce qui me motiverait en tant que mère de prendre ainsi mon enfant pour un con être encore plus crédule qu’il ne l’est déjà !?

Certains verront dans mon énième blabla à ce sujet, un reste de rancune envers ma famille. Bah non, personne ne m’a dit qu’un gros monsieur habillé en rouge et blanc déboulerait par la cheminée (que nous n’avions pas) pour déposer des cadeaux sous un sapin.

Alors de la rancœur de n’avoir jamais vécu ces moments magiques grâce au Père Noël ? Non plus, j’ai vécu des moments très joyeux autour de Noël, sans la présence pseudo-indispensable de Barbe Blanche. Si j’écris ce que je ressens, c’est simplement parce que ça sent trop l’hypocrisie tout ça. La sincérité, l’honnêteté, l’authenticité sont pourtant des valeurs de Noël…enfin il me semble. Récemment, j’ai revu le Pôle Express et c’est ce que j’en ai compris. Après l’avoir regardé, ça ne m’a pas traversé l’esprit de dire à mes fils que c’est réel, même si c’est souvent répété dans le film.

 

Ce qui est réel, c’est ce que ça fait naître dans nos cœurs : amour et partage. Or, depuis que chacun veut son sapin dans son salon, la déforestation fait rage…depuis que chacun veut toujours plus de cadeaux, ils sont fabriqués en Asie, dans des conditions que nous ne voulons pas connaître…depuis que chacun veut son orgie repas dans sa famille avec tout le rayon du supermarché sur la table…je vous laisse vous rappeler ce que notre individualisme a pu créer. Tandis qu’à l’instar de la petite marchande d’allumettes, des sdf meurent dehors…

Encore plus de déchets en cadeau…de la part de Wall-E

 

L’esprit de Noël (à mon sens), c’est de croire en soi, en les autres, en un monde meilleur, de partage, de solidarité et d’amour et surtout d’agir pour cela.

C’est aussi véhiculé par un monsieur barbu ? Soit. Un beau personnage, mais il fait partie d’une ribambelle d’autres personnages tout aussi « magiques ». Son histoire est une belle histoire à raconter, parmi tant d’autres. J’ajouterai que ce monopole m’écœure vraiment, depuis qu’il est associé à cette fameuse course à la consommation (notamment le black friday, pour faire le plein de cadeaux de Noël).

"Le Père Noël n'est pas le seul 
attendu Dans le monde en décembre :

Saint Nicolas et
le Père fouettard,

la sorcière Befana,

Les rois mages, sainte Lucie,

le Père Gel, Basile de Césarée..."


Je ne revendique rien du tout (ah si, le droit de parler du PN comme d’un personnage folklorique non réel). Mon propos est loin de vouloir détruire des « croyances »… J’expose simplement le fait qu’il est possible de vivre un authentique Noël, sans mensonges et avec de la magie ! S’ouvrir sur plusieurs histoires est une richesse.

 

 

 

Aparté/digression : quand on y réfléchit, cette avancée et diffusion massive d’un seul personnage, ça rappelle des moments sombres de notre histoire…

 

Les enfants méritent encore plus notre présence à Noël. Plus que celle, éphémère, d’un personnage fictif.

Pour finir, une vidéo de ce que veulent vraiment certains enfants pour Noël :

Un peu de sociologie :

« Ce n’est pas un être mythique, car il n’y a pas de mythe qui rende compte de son origine et de ses fonctions ; et ce n’est pas non plus un personnage de légende puisque aucun récit semi-historique ne lui est attaché. En fait, cet être surnaturel et immuable, éternellement fixé dans sa forme et défini par une fonction exclusive et un retour périodique, relève plutôt de la famille des divinités ; il reçoit d’ailleurs un culte de la part des enfants, à certaines époques de l’année, sous forme de lettres et de prières ; il récompense les bons et prive les méchants. C’est la divinité d’une classe d’âge de notre société (classe d’âge que la croyance au Père Noël suffit d’ailleurs à caractériser), et la seule différence entre le Père Noël et une divinité véritable est que les adultes ne croient pas en lui, bien qu’ils encouragent leurs enfants à y croire et qu’ils entretiennent cette croyance par un grand nombre de mystifications. »

Claude Levy Strauss.

 

Conférence de J.Epstein. Fin

IMG_20160618_090239[1]

Le temps est passé entre le jour de la conférence et les jours pendant lesquels je tente, tant bien que mal, de relire et retranscrire mes notes. Trop de temps. Plus de 4 mois. Mes notes sont devenues illisibles. Jean Epstein, comme il le précise lui-même, s’en tient difficilement à un plan et en ce qui me concerne, j’écris très mal. En conclusion, je suis allée chercher sur la toile, quelqu’un qui aurait assisté à une de ses conférences et bingo ! j’ai trouvé.

ça date d’il y a deux ans, pourtant de nombreuses anecdotes s’avèrent être exactement les mêmes, donc je partage :

« L’enfant, sa famille et les professionnels qui l’entourent »/compte-rendu du blog Toutes en une.

Quelques ajouts EN VRAC :

Comment cadrer, sanctionner ?

Rappel : sanctionner c’est autre chose que punir.

Il existe 3 principes :

– principe de séduction

– principe de plaisir/sécurité affective-« tout, tout de suite »

– principe de réalité

L’enfant, précocement, « manipule » (pour survivre) son environnement, dans le sens où il apprend à interagir selon les réponses qu’il reçoit. Pleurer devient donc une façon d’obtenir assistance.

La faculté d’adaptabilité = comprendre que l’on ne se comporte pas de la même façon avec n’importe qui, en faisant n’importe quoi. Les parents n’ont pas à dire aux professionnels ce qu’il faut interdire. Les professionnels n’ont pas, non plus, à dire aux parents ce qu’ils ont à faire.

Qu’interdire à l’enfant ? ce qui nous dérange ? C’est forcément différent à la maison et ailleurs. Malgré la variété, un minimum de cohérence permet un certain équilibre.

Principe de réalité : apprentissage de la frustration. « je n’ai pas tout »/ »je ne suis pas le centre du monde »/ »j’attends ». L’objectif du bébé est de rester le centre du monde, c’est pour cela qu’il dort au milieu dans le lit de ses parents.  Il est important de savoir mettre l’enfant A SA PLACE. Il n’y a pas QUE lui. L’enfant est en dehors de l’amour conjugal. Pour lui permettre de développer l’idée de VIE PRIVÉE, il est nécessaire de DEFUSIONNER.

Apprendre à attendre/anecdote de la tarte aux pommes : faire une tarte avec un enfant lui permet de comprendre que pour la manger, l’attente est un passage obligé. L’enfant n’est pas programmé pour attendre, il apprend.

La SANCTION est en fonction de l’enfant lui-même. C’est contre-productif de sanctionner tous les enfants de la même manière. Ce qui fonctionne chez les uns n’a aucun effet chez d’autres. Le but c’est que l’enfant comprenne que ce qu’il a fait est inopportun. Pour qu’une sanction soit efficace, elle est :

  • immédiate ==> sinon l’enfant oublie et ne comprend rien.
  • donnée par la personne concernée (celle qui est dérangée par la « bêtise »)
  • expliquée de manière claire et concise et non négociée
  • jamais humiliante, contrairement à la punition (l’humiliation rend rebelle)
  • partagée par les parents/en équipe (au moins en apparence et en discuter après en dehors de la présence de l’enfant)
  • proportionnée à l’acte de l’enfant.
  • irréversible/tenir la sanction (sauf s’il y a erreur !)
  • juste (trouver le vrai coupable/s’excuser si on s’est trompé)
  • réaliste = réalisable/éviter l’humour. Pour un enfant, le 2nd degré peut être difficile à comprendre voire très source d’angoisse.

Exemple de sanctions irréalisables : « je vais te fiche par la fenêtre »/je te laisse à la station-service/je vais te tuer »… Précision : ce qui est réalisable est TERRIFIANT. Une sanction devient une réparation à l’école primaire (scolaire), au niveau cérébral de l’enfant.

Les enfants sont en  permanence dans la vérification d’amour.

Se rappeler que nous sommes des adultes, assumons-le ! Avec humour, Jean Epstein dit que pour savoir placer le parent à sa juste place, il suffirait de suivre deux années d’études, une en diplomatie et l’autre en art dramatique. Exemple de diplomatie : si l’enfant marche pour la première fois en crèche ou chez l’ass mat, laissez le parent le découvrir lui-même au lieu de le lui annoncer.

Les professionnels de la petite enfance sont les mieux placés pour écouter/entendre mais les plus mal placés pour agir, dans la limite de leurs compétences. C’est pour cela que des partenariats permettent de savoir où adresser le parent qui a besoin d’un accompagnement extérieur.

Rappel sur l’autorité : « La philosophe et psychologue Ariane Bilheran, dans son ouvrage L’autorité5, explicite encore davantage l’étymologie du mot : « « augere » consiste avant tout à poser un acte créateur, fondateur, voire mythique, qui fait apparaître une chose pour la première fois. Bien évidemment, dans la même racine étymologique, l’auteur (auctor) est celui qui fonde une parole et s’en donne le garant »… (Wikipedia)

Eviter d’intervenir en cas de conflits entre enfants, afin de lui permettre de gérer la situation, ainsi il se construit. Cela rend l’enfant fragile d’intervenir systématiquement et d’agir à la place des enfants quand ils sont en conflit. Exception : quand un enfant devient bouc émissaire, il est OBLIGATOIRE d’intervenir.

Handicap : le regard de la France a besoin de changer. En France, un enfant sourd a un sens en moins. Alors qu’un enfant sourd a 4 sens hyper développés. L’enfant différent pose problème, or il est vital de sortir de cette culture du « moins » dans nos pensées et nos pratiques.

BBC = des parents, des professionnels…

Bien-être

Besoins

Compétences

Note : le record d’arrêt de travail a été détenu deux années de suite par le secteur de la petite enfance, avec en tête, les problèmes de dos. Suivi par les ouvriers du bâtiment et les éboueurs.

Anecdote sur la TV  : Jean Epstein raconte que leur fils aînée n’a pas regardé la TV pendant 6 ans, parce qu’elle était absente de leur foyer. Un jour, ils ont été convoqués par l’école. L’enseignante leur a dit que, de toute évidence, leur enfant avait besoin de dormir car il regardait trop la TV…Sans dire à l’enseignante que c’était impossible, ils ont mené leur enquête. il s’est avéré que leur fils était tellement en manque de télévision (dans le sens où ses camarades parlaient essentiellement de ce qu’ils y regardaient et lui ne pouvait participer vraiment à ces conversations), qu’il demandait tous les matins à ses pairs de lui raconter ce qu’ils avaient vu la veille ! En conclusion, ils ont décidé de s’équiper d’un téléviseur, pour en profiter avec parcimonie.

Prestation du Service Unique/PSU : « la plus grande connerie du siècle » (j’ai bien ri).

Je me permets de faire l’impasse sur les notes prises lors du travail de groupe de l’après-midi. J’y suis restée, j’ai même participé, étonnée moi-même par tant de courage. Le sujet brûlant, si je puis dire, fut le « parler bambin ». Je prendrai le temps d’en faire un article.

Note aux collègues : peut-être que le fait d’allaiter a rendu mon oreille plus attentive à ce genre de propos, car j’ai souvent entendu « encore allaité » ; « il/elle mord beaucoup, oui mais il/elle est allaité(e) » ; le sommeil est très difficile/en plus l’enfant est allaité »…vraiment, chers collègues, merci d’être plus attentifs à ce que vous dites, ça peut paraître stigmatisant.

Pour finir sur une note plus positive, Jean Epstein a évoqué une question qui m’a souvent parue importante, celle d’insister, de faire le nécessaire, d’y aller au culot pour être associés en tant que pro de la petite enfance au projet de construction d’EAJE, ça éviterait les mauvaises constructions, les projets non-pensés qui au final, compliquent notre quotidien. La problématique architecturale ne devrait plus exister !

D’autres sujets et anecdotes dans cette vidéo-conférence : Même pas mal

Jouer avec des denrées alimentaires ?

 

comestibles

Je n’ai jamais caché à mes collègues à quel point j’étais mal à l’aise de remplir le bac à « graines » avec des pâtes ou du riz ou de la semoule…et j’en étais malade quand c’était le moment de tout jeter pour changer le contenu…

Pour éviter de paraître encore plus rabat-joie, j’ai fermé ma bouche concernant les jeux d’eau, mais ça me dérange tout autant. Les raisons me sont très personnelles. Pour les curieux, c’est notamment parce trop de personnes souffrent de la faim et ont aussi, très peu, voire pas du tout, accès à l’eau courante.

Est-ce une raison d’en priver nos enfants ? Oui et non, c’est possible de le faire avec parcimonie. C’est tout personnel, je me sens vraiment comme une nantie pilleuse des ressources de la planète Terre déjà chez moi, alors en plus sur mon lieu de travail pour… JOUER ??!!!! c’est presque une hérésie. Jouer avec la nourriture, pourquoi pas, à petites doses ? La jeter ensuite, c’est là que je trouve cela choquant.

Les enfants, en général, sont tellement éloignés de la nature, qu’il a fallut pallier son absence. Et sous couvert d’hygiène et de sécurité, tout est sous contrôle avec des matières « sans danger », sachant que le 100% sécuritaire est inexistant. Parallèlement, une recrudescence d’allergies est observée, coïncidence ? Je n’en sais rien, mais c’est questionnant.

Heureusement, il existe encore, dans des contrées qui résistent, des jardins avec de l’herbe et de la terre, du sable, de la poussière, des cailloux, des flaques quand il pleut etc. Heureusement, il existe encore des enfants en contact avec la forêt, l’étang, la mare d’à côté ou en sortie du week-end !

C’est bien gentil d’avoir des scrupules, mais que faire ?

L’idéal, c’est c’était le sable ! @jout 2018 : comme me l’a judicieusement fait remarquer une internaute, et suite à des lectures, le sable est hélas devenu une denrée rare et controversée.

Le problème avec le sable c’est son coût, parce qu’il est impossible, à cause de normes rigoureuses, de ramener du sable trouvé n’importe où, et c’est interdit d’en prendre à la plage quand on y a accès. C’est insoluble ? J’y ai longuement réfléchi, j’ai cherché des alternatives car la manipulation, les transvasements sont des jeux extrêmement importants pour le jeune enfant.

Un peu de théorie :

« La motricité fine se définit comme  » l’utilisation des mains pour atteindre, prendre et manipuler avec précision ». L’enfant va développer des habilités motrices qui lui serviront toute sa vie. La motricité fine comporte deux niveaux, le premier concerne « la préhension et la manipulation » qui se traduit par l’acquisition des mouvements volontaires des mains et des doigts. Le deuxième niveau est « l’utilisation fonctionnelle de la motricité » c’est à dire les habilités pour tourner, assembler, actionner des objets et reproduire des formes écrites. »

Par quoi remplacer les denrées alimentaires quand ça nous gêne de les jeter ?

Je pense qu’il est possible de manipuler avec finesse, sans denrées alimentaires durant des ateliers de manipulation de différentes matières : pâtes à modeler, argile, … et dans le cadre d’atelier culinaire où l’alimentaire a sa place. Je ne connais aucune circulaire qui interdit de manipuler pour cuisiner en EAJE. Il existe tellement de recettes simples : sablés, cookies, divers gâteaux faciles etc. De quoi permettre aux enfants de toucher, sentir, touiller, transvaser…et satisfaire les adultes qui les accompagnent.

Quant à l’eau, il y a de nombreux moments propices pour l’appréhender dont le lavage des mains. Inutile de laisser couler l’eau longtemps pour que les enfants s’amusent. Un fond d’eau dans un lavabo et c’est la joie. Une activité jardinage me semble aussi complète pour manipuler, transvaser et en plus il y a l’observation de la pousse à la clé. Évidemment des jeux d’eau à la fontaine, à la source, la mer, la rivière, ou toute étendue d’eau ‘propre’, c’est idéal. Sinon, je doute que les enfants soient en manque dans notre pays, ils prennent soit une douche, soit un bain régulièrement chez eux. Et quand il y a canicule ? Hum, tant pis si je passe pour une révolutionnaire, mais en temps de vraie canicule, nous devrions ralentir le rythme et rester dans des endroits ombragés, au calme, bien pensés et conçus pour moins souffrir de la chaleur…je rappelle que je vis au pays des bisounours pour certains de mes contemporains.

children-around-the-world-70

source : OhMyMag

Utiliser de la farine me pose (curieusement) moins de problème (peut-être parce que notre blé est de piètre qualité aujourd’hui).

Voici une vidéo du sable magique ou du sable de lune. Il est possible de remplacer l’huile d’olive par une huile de massage toute simple :

Si vous avez d’autres astuces, je les lirai avec plaisir !

Encart « politiquement incorrect » :

eau-potable-gaspillage

je rêve de toilettes sèches !

Conférence de J.Epstein.

 

IMG_20160618_090239[1]

Comme prévu, la suite de la remise en ordre du cafoutche !

"Même pas mal". Cela aurait pu s’intituler : 
"aimer notre enfant, savoir lui dire oui et non".

L’enfant provoque pour avoir une réponse claire. Pour imager, son cerveau ressemble à un code pénal. A droite il y a la page « bêtise à éviter » et sur la page de gauche c’est « bêtise à refaire » selon la réponse des adultes. Pour remplir son code pénal, l’enfant vérifie régulièrement les limites.

Petit historique : depuis 1987, l’autorité parentale est conjointe. Auparavant, seul le père avait ce droit. La figure paternelle était toute puissante. Selon Jean Epstein, c’est une période qui a fabriqué des enfants inhibés et/ou rebelle (je ne peux que cautionner)…mais dans le code pénal des enfants il y avait, tout de même, moins de « bêtises à refaire » car l’interdit était clair.

Aujourd’hui, les parents se posent trop de questions : « Faut-il sanctionner ? Quand ? Comment ? Qui ? ».

Il faut savoir que c’est son boulot, à l’enfant, de faire des essais en attendant de savoir si c’est possible ou non. Tout simplement, c’est sa façon d’apprendre le monde dans lequel il vit.

Jean Epstein, prend pour exemple une section de « moyens » en structure collective petite enfance type multiaccueil et il en profite pour nous souffler que les inter-sections (ou au mieux les décloisonnements, c’est mieux). Donc vers 12-18 mois, l’enfant en section de « moyens » est dans une phase capitaliste, tout est à lui. Le fameux « c’est à moi ». Tous traversent cette période plus ou moins intensément et démonstrativement.

1508506_859285057425817_6377471707168725515_n

source : twitpic

Je tiens à préciser que c’est laborieux de trouver un sens à mes notes, c’est vraiment parti dans toutes les directions.

La transition à ce niveau de ma compréhension se fera avec le rôle des adultes dans cette période sensible. C’est à dire d’aider l’enfant à supporter la frustration qui est inévitable. L’enfant se construit sur l’amour de ses parents en premier lieu, mais surtout sur le fait qu‘il a besoin d’être aimé tel qu’il est et non pas tel que l’adulte souhaite qu’il soit. C’est primordial. Jean Epstein parle d’IVF = interruption volontaire des fantasmes ; un enfant a besoin que l’adulte le sorte de son EGOcentrisme. Quand un enfant roi, auquel aucune limite, aucun interdit n’a été signifié, est maintenu dans sa phase de toute-puissance qui ne faiblit pas, cela peut conduire à des déviances tragiques telle que la construction d’un individu pervers narcissique.

Comment cela ?  Didier PLEUX a écrit des ouvrages à ce sujet. Des études sont, actuellement, en cours pour montrer la corrélation entre l’enfant-roi et l’adulte pervers narcissique. Il s’agit d’une « maladie psychiatrique » (après plusieurs lectures, Il semblerait que les spécialistes soient en désaccord sur le terme maladie) qui   touche 8 à 10% de la population française (autant de femmes que d’hommes, dans toutes les catégories sociales). Le « malade » se caractérise dans la jouissance à humilier l’autre. C’est une structure de personnalité de prédateur qui chasse ses proies. Une fois la proie ferrée, elle est isolée de son entourage familial, amical, professionnel…puis vient le harcèlement, les humiliations. L’autre n’est rien et le pervers se place toujours en victime. En résumé, le pervers narcissique dupe tout son entourage, même ses enfants. Précision : tous les pédophiles sont des pervers narcissique, l’enfant constituant un objet.

D’où l’importance, dans la petite enfance, de jouer et de perdre, d’apprendre que l’échec fait partie de la vie. Or si un enfant n’entend jamais d’interdit, n’expérimente pas le refus, l’essai-échec, il peut rester dans une toute-puissance destructrice.

Jean Epstein parle de 9 apprentissages de la petite enfance avec une session de rattrapage à l’adolescence. Il les développe dans son écrit à destination des assistants maternels (c’est un grand fan des asst mat):

l’assistante maternelle et les violences (dommage qu’il ait oublié le métier au masculin).

Selon lui : « tout se joue avant la mort, ou presque…pour les croyants » (clin d’œil à Dodson). Contrairement à la légende selon laquelle l’adolescent est en crise, Jean Epstein pense que ce qui caractérise l’adolescent c’est d’être double : enfant et adulte. Il peut se lever adulte, se coucher enfant et inversement. L’adolescent traverse une période de paradoxe et de fragilité. Dommage que la société focalise son regard sur la délinquance car 3/4 des adolescents vont bien. Jean Epstein ne sait pas trop ce qu’est un adolescent, car il rencontre souvent des parents ado et des enfants adultes. L’adolescent fait des recherches, comme le bébé « capitaliste ». Il vérifie à nouveau les limites, il les repousse et attend la résistance des adultes sur ce qui est possible de repousser ou non. Et au passage, il vérifie qu’il a bien les parents « les plus nuls ».

C’est pareil pour la famille, elle n’est pas en crise, elle est en mutation, en progrès, en évolution. Jean Epstein évoque « radio nostalgie » avec humour s’agissant des « grands-parents d’avant ». Or, des statistiques montrent qu’en 1960, 5% des enfants avaient leurs 4 grands-parents vivants, en 1980/47% et en 1990/61%. Ceux qui regrettent la « disponibilité des grands-parents d’avant » oublient qu’ils étaient la plupart décédés. Aucune comparaison n’est possible avec aujourd’hui : les grands-parents sont actifs. Le rôle des grands-parents a évolué, souvent il s’agit d’une session de rattrapage des figures paternelles toute-puissante/casse-pieds qui deviennent des grands-père ultra-cool. Le rôle essentiel des grands-parents c’est de ne pas être les parents.

Le souci de la famille d’aujourd’hui, c’est qu’elle est isolée. D’où la nécessité pour les professionnels de la petite enfance de faire passer de l’information pour que les parents se sentent compétents. Notre mission est de valoriser leur rôle et leur place. Les parents d’aujourd’hui sont des pionniers. Le père, par exemple, a plus d’autorité dans le jeu que dans l’autoritarisme. Le père gagne plus lentement mais sûrement son autorité en jouant.  La place de l’enfant n’est pas centrale. Le rôle de l’enfant est d’être l’enfant de ses parents et en aucun cas un copain, un conjoint, ni un parent. J.Epstein aime à rappeler que l’enfant est chez nous, il n’est pas chez lui. Il a certes, sa chambre, mais dans notre espace. Si l’enfant est au centre, il devient difficile de sanctionner.

Jean Epstein illustre son propos avec cette anecdote : il a été interviewé par une journaliste enceinte, fière de lui apprendre que c’était son fils aîné qui avait choisi le prénom de sa sœur à venir. Il avait aussi assisté aux échographies (depuis c’est interdit). En discutant avec lui, Jean Epstein avait appris que ce n’était pas une petite sœur mais une fée que sa mère attendait : la fée « Tus ». Il avait entendu l’échographe parler de fœtus.

Je m’arrête là pour cette première partie.  Je pense que si ça devient trop long, je modifierai les écrits déjà parus en faisant des ajouts. Je travaille sans trop de méthode. Merci de me pardonner ces hésitations. A bientôt pour la suite.

Conférence de Jean Epstein. Intro

IMG_20160618_090239[1]

Une conférence de Jean Epstein, depuis le temps que je souhaitais l’écouter.

Merci la FNEJE 06 qui devient PACA d’avoir permis cela ! Quelques mots sur la FNEJE qui mérite bien cet aparté. La fédération du 06 étant très active avec un nombre d’adhérents remarquable au niveau national et ayant la particularité d’accueillir aussi des puéricultrices, des auxiliaires de puériculture et des assistants maternels, s’est donc élargie au plan régional afin de récupérer le Var qui sommeillait quelque peu. C’est suffisamment rare pour être souligné. Jean Epstein a, par ailleurs, insisté sur le fait que les relations interprofessionnelles représentent l’AVENIR. Selon lui, il est indispensable de se mobiliser pour cet idéal car nos professions sont complémentaires. C’est terminé la lutte et les guéguerres corporatistes.

Une journée entière, ça promettait d’être intense, ce fut le cas. Bon, j’ai eu une frayeur quand dans l’explication du déroulé de la journée, la présidente de la FNEJE nous a informé d’un travail de groupe l’après-midi…je déteste ce genre de détail inattendu. Ni une ni deux, j’ai informé ma famille que je rentrerai plus tôt que prévu car j’étais bien décidée à ne surtout pas rester. Sauf que mon conjoint m’a répondue : « tttt, tu y restes et tu sors de ta zone de confort, non-mé-ho !! ». Arf, il avait raison, comme très souvent.

Le sujet était la transgression des interdits chez les enfants. Or, il y a eu pléthore de digressions. Mes notes ressemblent à un cafoutche. J’ai eu parfois du mal à suivre. Rester assise, dans une salle à l’insonorisation improbable et à la climatisation inexistante, ce fut complexe. Ecouter si longtemps sans bouger, pour moi c’est un calvaire. Jean Epstein nous a laissé prendre des pauses « anti-escarre » régulièrement. Il est humain cet homme. J’ai tout de même été souvent bousculée par ses propos. Il a évoqué au cours de la journée qu’il oubliait parfois de préciser si c’était de l’humour ou non. Il s’est rendu compte qu’il pouvait heurter. Vue mon incapacité à décoder tous les degrés d’humour- je suis très souvent terre à terre- j’ai du m’accrocher à ma chaise.

Je précise, et j’insiste là-dessus, qu’il s’agit de MA compréhension, toute personnelle, de ce que j’ai entendu, écouté quand j’étais attentive. Je restitue donc, ce que j’ai retenu de cette journée. Je tente de rester objective mais inévitablement, il s’agit de mon point de vue, dans le sens, de là où j’étais installée, avec ma personnalité et mon état, psychique, physique etc, du moment. Bref, inutile d’en faire une affaire personnelle. Merci.

C’est le discours du maire de la ville accueillante et de son adjointe à la petite enfance qui a fait suite à celui de la FNEJE. Même si je le pense régulièrement, je n’aurais jamais osé énoncer une telle généralité…car ils ont unanimement déclaré que selon eux l’école a, ni plus ni moins, démissionné. C’est un constat qui leur appartient, et dans leur commune c’est peut-être le cas, mais ça me semble rude pour les enseignants qui se démènent encore pour que l’école ait du sens. (Oui, ils existent.)

Jean Epstein a réagi à ces paroles et n’a pu que regretter de constater le même phénomène. Lui qui était fier de l’école maternelle française il y a 20 ans, en a plutôt honte aujourd’hui. Aucun pays, dans lesquels il voyage régulièrement, n’envie le système éducatif français, au contraire. Selon ses observations, notre école maternelle devient trop pré-élémentaire. L’enfant y est devenu un objet de dépassement, en plus de la pression des familles qui souhaitent que leur enfant soit le meilleur. C’est un vrai sabotage dû à une peur du retard. L’enfant DOIT être performant. Et dans un contexte de maladie contagieuse que Jean Epstein appelle « la peur de perdre l’amour de son enfant », le parent n’ose plus dire non et cela mène à un autre constat assez effrayant, le nombre grandissant d’enfants, dits « rois », sans limites, sans interdits…et nous voilà au cœur du sujet. Jean Epstein insiste avant de continuer :

L’enfant DOIT être performant parce qu’il DOIT :

  • être propre pour aller à l’école maternelle. (physiologiquement, après avoir porté des couches depuis la naissance, l’enfant est intéressé par cette question entre 2 et 6 ans, or il lui est parfois demandé de « performer » dès 18 mois).
  • éviter de faire la sieste, c’est une perte de temps surtout en grande section. Eviter de déranger ceux qui dorment, alors qu’un espace pour les moins dormeurs devrait être envisagé.
  • produire : « qu’a t-il fait aujourd’hui ? comprenez « qu’a t-il produit ? montrez moi le résultat ». piège = faire pour faire.
  • entrer dans la case « normalité », sinon il ira à côté dans la poubelle  » en retard » ou même « en avance ».

@jout : notes retrouvées en désordre : Jean Epstein nous informe que seuls deux pays au monde (à vérifier) utilisent des carnets d’évaluation dès la petite enfance. Il s’agit de la France et du Japon.

L’enfant s’évalue envers lui-même. C’est contre-productif que ce soit fait les uns envers les autres. Le système d’évaluation en Acquis- Non Acquis- En cours d’Acquisition est un non-sens. Car l’acquis n’est même pas forcément acquis durablement dans le temps. Ce qui a été acquis, peut ne plus l’être, en fonction des intérêts de chacun. De plus, les êtres humains sont par définition inégaux car différents. Dans l’absolu, nous sommes incomparables. Il y a des calmes, des moins calmes, des énergiques etc.

tous-differents

Jean Epstein précise qu’il ne s’agit pas de critiques mais le constat d’un manque de moyens énorme pour accompagner l’enfant à se construire et à développer sa vie personnelle en dehors de sa famille. A la maternelle, l’enfant a surtout besoin de temps sociaux, par exemple prendre le temps de manger ensemble, de discuter, de se poser, d’attendre. De passer d’une attitude tonique à une attitude clonique avec des transitions cohérentes. Cela s’apprend de descendre le tonus musculaire et cela facilite la concentration.

Le constat actuel est inverse : les enfants sont en mode « zapping » et ne tiennent pas en place. Les parents sont désemparés, ne savent plus quand dire « oui » et quand dire « non ». Au Québec, dès 1995, un phénomène d’enfants hyperactifs est né, enfants pour la plupart drogués à la ritaline. Des études ont montré un rapport direct avec le mode alimentaire. Pas seulement avec le contenu de l’assiette mais avec la façon de manger : ensemble, assis, posé, calme et en conscience.

Pour éviter une indigestion de lecture, je m’efforce de faire court. C’était l’introduction. A bientôt pour la suite.

Ton copain de tous les jours s’en va

J’aime pas dire « copain », mais dans ce cas très précis, c’est plus qu’un pair.

« lé parti, avec sa mamie ? »
« Oui il est parti en vacances. Et après les vacances, il ira à l’école ».
Et dans ma tête, je me dis que tu ne le reverras peut-être plus. Je n’ai presque jamais croisé ses parents, nous n’avons noué aucun lien. Il est peu probable qu’il y ait des retrouvailles.
Vous avez passé 20 mois ensemble. Tous les jours avec votre formidable assistante maternelle. Et c’est fini. Et avec le temps, tu l’oublieras. Pour le moment, tu parles tous les jours de lui :

"lé parti, avec sa mamie".

J’ai épluché la toile pour y dénicher un livre parlant de ce sujet. Aucun titre n’a trouvé grâce à mes yeux. Rien n’évoque la séparation des enfants, sans déménagement. Je cherche tout simplement un livre sur les séparations, comme il en arrive tous les ans. Que l’enfant soit accueilli en collectivité ou chez un assistant maternel. Il y a ceux qui partent et ceux qui restent. ça m’inspire, j’ai des choses à en dire. Peut-être qu’un livre pour enfant naîtra de cette soudaine inspiration.
En attendant, je pose des mots, avec l’assistante maternelle. Nous répétons et tu répètes aussi comme tu aimes le faire dans cette période pendant laquelle ton langage explose de « mille mots » à la journée.
La vie est ainsi faite. Un jour toi aussi tu auras trois ans.
D’ailleurs y -a t-il un livre sur la séparation d’avec le mode d’accueil de la petite enfance ; des jolis mots posés sur la/les merveilleuse(s) personne(s) qui accompagnent nos chers enfants pendant leurs plus jeunes années ?