« Il fait ses nuits !!! »

Y’a un truc qui me chiffonne dans cette expression qui n’a jamais le sens qu’on lui donne.
Sans parler de la sempiternelle question :

-« Est-ce qu’il fait ses nuits ? »

-« Mais de quoi je me mêle ?!!!? Je t’en pose des questions personnelles ?! Y’a t-il une compétition du bébé qui fera « ses nuits » le plus vite possible ? Est-ce que tu vas me proposer ton aide nocturne ? »

Attention scoop en approche…

Tous les bébés font LEUR nuit !! Siiiiiiiii !!

Ils dorment à LEUR façon, selon LEUR horloge biologique, LEURS besoins et LEUR environnement.

Par contre, ils font rarement les nuits de leurs parents. Un bébé est-il un adulte ? Non. En fait, « dormir comme un bébé », c’est une légende urbaine, un hoax, une des nombreuses fake news qui peuplent le monde des bébés.

Pour parler de ma petite vie, je n’ai aucune honte à avouer que je ne fais pas les nuits exigée par certains adultes. Le commun des mortels a décrété qu’un adulte doit dormir 8h max entre 23h et 7h, sans déranger personne. Or, j’ai besoin de 10h de sommeil. Je tiens mal avant 22h. Me lever avant 7h a été un échec cuisant à chaque fois que j’ai fait la tentative d’un genre de « miracle  morning ». En plus, je me réveille la nuit, soit parce que :

  • j’ai soif
  • j’ai chaud ou froid
  • j’ai fait un rêve
  • j’ai une idée
  • je rumine les événements de la journée
  • j’ai besoin de vider ma vessie
  • j’ai entendu un bruit
  • je change de cycle
  • un moustique me fait suer etc.

Je ne parle même pas du temps où mes enfants me réveillaient et me réveillent encore la nuit, ça c’est une autre histoire !

Ça m’arrive même de réveiller mon chéri. Pour parler. Et oui, je cododote avec l’homme qui partage ma vie, contrairement aux mœurs d’un autre temps, quand les époux faisaient chambre à part.

je suis fan des dessins de Fanny Vella que je suis sur Instagram @mickaella974 #planeteEje

J’en profite pour digresser sur ceux qui cododotent avec leur animal de compagnie mais trouvent cela presque immoral de dormir avec bébé et un enfant ! (j’en ai rencontré un tas !)

Dessins de la talentueuse Fanny Vella

Je viens d’une famille dans laquelle j’ai observé des dodos partagés entre parents et enfants. J’ai aussi adoré rejoindre ma mère dans le lit parental dès que mon père se levait. C’est ce qu’on appelle aujourd’hui du cododo ou co-sleeping et parfois du maternage quand il y a aussi du portage et un allaitement non écourté. Je préfère parler de parentage, car le plus souvent, les deux parents sont concernés.

A la naissance de mon premier enfant, j’ai essayé de me conformer aux mœurs du « bébé seul dans son lit dès la maternité ». Mon cœur de maman sentait bien que c’était cruel et inhumain. Mon bébé avait passé plusieurs mois dans un environnement sécurisant, chaud, plein de vibrations, de sons, de sensations… D’un coup, j’exigeais de lui qu’il se débrouille dans un lit, allongé et seul pendant plusieurs heures…Quand j’y repense, c’est une sacrée ineptie de cesser d’écouter son cœur de mère pour faire ce que préconise un ou une parfait(e) inconnu(e), sous prétexte qu’il est praticien de la santé et/ou du social. Qui sait mieux qu’un parent ce qui convient à son enfant, en général ??

La littérature jeunesse s’est saisie des difficultés engendrées par cette volonté de faire dormir son petit loin de sa mère. {Bah oui, le petit il rejoint naturellement le lit de ses parents pour se rassurer.} Comme si c’était anormal de dormir tous ensemble… L’important c’est bien de dormir ! Oui ?

Et voilà un titre qui fait la différence et que j’affectionne particulièrement   :

Il fait ses nuits ? A la sortie de la maternité ? Avant ses 3 mois ? Et bien désolée de casser le mythe mais ça peut vite changer ! Y’a bien un âge avant d’être adulte où votre chérubin vous rappellera qu’il existe aussi la nuit.

Le sommeil des enfants

La question du sommeil m’a poursuivie de la naissance de mon fils jusqu’à aujourd’hui puisqu’en tant que professionnelle, j’y suis aussi confrontée. Au moins, mon expérience personnelle m’aura permis de comprendre les difficultés rencontrées par les familles. Je ne m’étalerai pas sur les galères ennuis rencontrés chez moi, tous parents (ou presque) font face à peu près aux mêmes problématiques.

D’après des statistiques, les troubles du sommeil sont une des causes de consultations récurrentes en pédiatrie. Je le confirme. On n’est pas tous égaux face au sommeil, chacun a son histoire avec lui. Les émotions me semblent avoir un impact important sur sa quantité et qualité.

Les troubles du sommeil peuvent avoir plusieurs types de causes :

  • des infections ORL (nez, gorge, oreilles) ou des troubles digestifs qui entraînent parfois des troubles du sommeil passagers ;
  • un non-respect du rythme naturel de l’enfant ou une irrégularité des horaires ;
  • une chambre inconfortable, un changement de lieu ou le non-respect des rituels du coucher ;
  • des difficultés familiales ou scolaires : par exemple les problèmes de couple des parents, ou la maladie de l’un d’entre eux ;
  • des problèmes dans la relation affective entre l’enfant et ses parents : par exemple, indifférence ou surprotection, parents anxieux ou trop rigides.

Quand j’ai compris le processus du sommeil, en formation, grâce à des lectures, et ensuite sur le terrain par des cas qui posaient questions…les temps de sieste en structures collectives sont devenus peu à peu plus sereins. Je suis passée par une sensation d’appréhension diffuse -que les enfants devaient ressentir, et inévitablement c’était le bazar- à une nécessité de calme bénéfique et attendu ! Une fois informée et donc réconciliée avec le sommeil, je me suis détendue, les enfants se sont détendus et nous avons tous mérité le temps de repos dont nous avions besoin.

En structure petite enfance, le projet pédagogique est le support aux pratiques des professionnels.  Pour la majorité d’entre nous, le sommeil est un besoin personnel. Chaque enfant est respecté dans son individualité malgré la collectivité donc chaque enfant a un lit précis qui lui est attribué et qui ne change pas ou le moins possible. Le lit constitue un repère. Comme le groupe peut varier souvent selon les différents accueils, il est possible que deux enfants aient le même lit et soient présent en même temps. Il est proposé à l’enfant qui paraît le plus serein de changer de lit. Une continuité est ainsi instaurée auprès de l’enfant tout au long de la journée et particulièrement lors de l’accompagnement à la sieste. Du fait des contraintes de planning, la personne qui accompagne l’enfant à son coucher n’est pas toujours la même que celle qui sera présente à son réveil : les enfants sont prévenus.

Dormir en structure collective est une étape à part entière de la journée. C’est un moment de ressource. Pourtant pour certains enfants, il peut être source d’inquiétude. Se laisser aller à l’endormissement peut se vivre comme un rappel de la séparation avec leurs parents.

Il paraît donc essentiel de les accompagner de façon individuelle. Dans les premiers temps de l’accueil, les enfants ne réussissent pas tous à s’endormir. Ils peuvent rester dans la pièce de vie ( repos sur un tapis) ou alors être bercés dans une poussette. Il est nécessaire de ne pas précipiter les choses : petit à petit les enfants prennent confiance et s’endorment de plus en plus sereinement jusqu’à réussir à dormir dans une chambre. Avant d’accompagner un enfant dans son lit, la verbalisation de ce temps précis de la journée fait partie du rituel. Le fait d’anticiper peut lui permettre de terminer ce qu’il fait (son jeu) et de se préparer à ce qu’il se passe ensuite : aller se coucher. Un adulte reste dans la chambre pour veiller à ce que l’endormissement ne se fasse pas dans l’angoisse. Cela répond à un besoin de sécurité affective.

Il est capital de respecter le rythme et les rituels de chacun. C’est pourquoi les transmissions, les échanges avec les parents sont importants, ainsi que la présence des doudous, tétines voire boîte à musique…

De façon courante, les habitudes des enfants en structure collective sont différentes de celles de la maison. Le lieu n’est pas le même, les accompagnants sont différents…des rituels se créent entre professionnels et enfants, l’important est que l’enfant se sente bien et serein.

Le rythme des enfants est aussi différent de celui de la maison : en structure collective, l’enfant évolue dans un espace où il y a plus de sollicitations, plus de mouvements, plus de bruit qu’à la maison. Là encore, le moment de proposer un temps de repos à l’enfant correspond aux observations des comportements de chacun. Il n’y a aucun intérêt à maintenir un enfant éveillé si celui-ci est fatigué. De même, ne pas réveiller un enfant qui dort est important. Il s’agit de ne pas couper son rythme de sommeil : s’il dort c’est qu’il en a besoin physiologiquement.

Ces choix sont, quelques fois, difficilement conciliables avec les demandes des parents. Pouvoir échanger avec les familles, essayer de comprendre ce que l’enfant vit en structure collective, à la maison et comment concilier les deux est primordial. Le respect de l’enfant passe dans l’observation de son comportement : les signes de fatigue amènent à proposer du repos. A l’inverse, à un enfant qui ne trouve pas le sommeil, il sera proposé de se lever. En tant qu’adulte, il n’y a pas de volonté de contrôle du sommeil des enfants : c’est un besoin physiologique. Les choix des professionnels sont assumés même face à la non-satisfaction de parents. Les professionnels de la petite enfance font ce qu’ils estiment être le mieux pour l’enfant. Ils s’adaptent aux besoins et y répondent autant que possible, toujours dans l’intérêt de l’enfant.

Voilà pour l’essentiel de la pratique concernant le sommeil des enfants accueillis en structure collective.

Intuitivement, je dirai que le sommeil de la petite enfance aura des conséquences sur celui à l’âge adulte. Parfois je me dis que si les français consomment autant de somnifères et d’anxiolytiques, la raison pourrait aussi bien se trouver dans leur rapport au sommeil quand ils étaient nourrissons et jeunes enfants.

En France, un enfant dort rapidement seul dans sa chambre. Je ne vais pas être objective en disant cela mais qu’est-ce que ça doit être angoissant pour un bébé d’avoir passé 9 mois dans un cocon, puis quelques jours ou mois à proximité de sa mère et d’un coup se retrouver seul dans un lit, parfois sans transition ! Je pense toujours à un abandon quand c’est évoqué dans une conversation par le fameux « il/elle fait enfin ses nuits, dans son lit et dans sa chambre ».

Le cododo ou co-sleeping (controversé, peut-être parce que mal compris et mal mis en pratique) me paraît permettre aux enfants d’être rassurés le plus longtemps possible et nécessaire, afin de ne pas faire d’eux des individus anxieux et angoissés.

Quand je dis le « temps nécessaire », c’est ce qui est bien pratique : l’enfant montrera quand il sera prêt. Il nous gênera, nous le gênerons et il sera temps qu’il ait sa propre chambre. ça peut sembler long comme ça peut être court. C’est en fonction de l’enfant, de son rythme et de ses besoins. On remarque déjà quand ils sont autonomes, le nombre de fois où ils rejoignent la chambre des parents. Ils gèrent leurs peurs. Le lit des parents devient le QG (quartier général) pour se ressourcer et au final ils s’en éloignent avec le temps.

Comme dit un proverbe français : « le sommeil est la moitié de la santé« …ça vaut le coup d’y être attentif dès l’enfance.

Liens :  

laisser les enfants pleurer la nuit

SIESTO 500, l’ami des mamans

le-sommeil-des-bebes

Tout juste arrivé de sa planète utérine, un nouveau-né nage en plein décalage horaire ! Il ne se soucie pas encore de l’alternance des jours et des nuits. Il lui faudra plusieurs mois pour mettre sa pendule du sommeil à l’heure  » terrienne « . Ce livre vous donne les clés pour comprendre le curieux sommeil de votre bébé. Il vous aidera à supporter les nuits sans sommeil de ses premiers mois avec plus de philosophie, à trouver les mots qui rassurent après un cauchemar, à réagir face à un petit récalcitrant qui refuse de se coucher ou se réveille sans arrêt. Des nuits calmes en perspective pour toute la famille !

 

Bébé dort sur le ventre…

ce bébé a 1 an aujourd'hui ♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

ce bébé a 1 an aujourd’hui
♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

Pas évident de se positionner (bah oui, être EJE c’est tout sauf trancher dans le vif !!), loin de là, pour moi en tous cas.

Professionnellement, je dirai que j’ai un seul choix : les recommandations déconseillent de coucher un enfant sur le ventre…mais quand j’y réfléchis, est-ce vraiment interdit ? A ma connaissance, non. Je cherche encore. D’ailleurs si quelqu’un en sait plus, je suis preneuse.

Personnellement, avec son torticolis congénital, mon fils ainé a dormi sur le côté avec des kilos de riz derrière le dos et la tête pour l’empêcher de se retourner (sur le dos) et ce jusqu’à ce qu’il change lui-même de position. Ce fut efficace. Comme il a toujours dormi dans la même pièce que moi, c’était simple de veiller sur son sommeil et en tant que jeune mère informée, c’était presque une surveillance obsessionnelle. Le cadet a dormi dans toutes les positions et il est clair que sur le ventre, il dormait mieux.

Dans le pays où j’ai passé quelques semaines, les parents que j’ai côtoyés ne se posaient pas la question : bébé dort dans la position où il dort le mieux. Le bébé que j’ai observé dormait bien mieux sur le ventre et a fait ses nuits en un temps record. Je n’ai pas assez de recul pour dire si c’est une relation de cause à effet ou juste un hasard.

Ces parents ont les informations : le carnet de santé parle de la mort subite. C’est même préconisé sur le lit parapluie de coucher l’enfant sur le dos. La maman de ce bébé a été très patiente avec moi, elle m’a dit : « vas-y, couche bébé sur le dos et observe ». Ce que j’ai fait. Résultat : siestes écourtées au moindre bruit, réveils sonores (en pleurant), manque de sommeil visible et fort besoin d’être bercé, sinon bébé était très grincheux !

Mais alors, faut-il choisir entre la qualité du sommeil et la sécurité de son enfant ?

Ce que les parents craignent (surtout en Occident, il faut l’avouer), c’est la Mort Subite du Nourrisson (MSN). Professionnellement, je pense qu’on ne peut pas prendre de risques. Personnellement, je continuerai à être d’une vigilance extrême si mon enfant préfère dormir sur le ventre (et même sur le dos, car la MSN n’a pas disparu pour autant).

 » Dans l’histoire, le couchage des bébés sur le dos, sans couette ni oreiller, à température modérée (18°-19° C) et la limitation du tabagisme passif ont permis des progrès inespérés. D’après les chiffres, on est passé de 1285 MSN en 1984 à 350 en 1998″.

La mort subite du nourrisson semble pourtant rester une énigme. On ne sait pas ce qui a le plus d’impact : le couchage sur le dos, la qualité de la literie, la température ambiante, les trois ensemble ou tout autre chose ?

Mon avis n’étant ma vérité et encore non une information infaillible, je partage deux liens très complets. Chacun s’informera :

MSN

Naître et vivre 

Commentaires publiés sur Overblog :

Stéphanie Il y a 2 mois  

Alors nous, franchement, on aurait du mettre notre fille plus vite sur le dos. Sacrilège ce que je viens d’écrire !

On était tellement perdu avec ce bout de chou dans les bras que même la dernière sage-femme à la maternité m’a dit en partant : « faites ce que bon vous semble pour votre enfant tant qu’il n’est pas en danger » Elle avait ajouté avoir pris la décision de mettre sa fille sur le ventre à 3 mois pour qu’elle dorme enfin ! Et pourtant, elle n’était pas la moins informée, loin de là avec son métier …

Nous, à cause de cette trouille monstrueuse, on a tenu jusqu’à 6 ou 9 mois, je ne sais plus, et puis on a laissé tomber, on l’a mise sur le ventre et on a EN-FIN tous dormi correctement, on n’en pouvait plus !
Le manque de sommeil était devenu trop important pour nous comme pour elle 🙁

Désormais, on la couchait sur le ventre et elle faisait sa vie pendant la nuit, d’ailleurs maintenant, elle se couche sur le dos 🙂

Voilà un peu notre expérience, s’il y avait un deuxième bébé, je pense qu’on mettrait autant de temps à assumer notre position tellement la pression est forte par rapport à ce sujet très grave…

MickaEJE Il y a 2 mois

Merci beaucoup pour ton témoignage Stéphanie !

Stéphanie Il y a 2 mois

En fait, tout le monde aura corrige la première phrase, un lapsus révélateur,
Au lieu de « Alors nous, franchement, on aurait du mettre notre fille plus vite sur le dos. » c’est sur le ventre qu’on aurait du la mettre beaucoup plus tôt !
Voilà c’est corrigé …
M’en vais zieuter l’article sur l’allaitement 🙂