Archives de catégorie : EJE

« Tout le monde meurt ; la mort, c’est la vie. »

Réédition du 05/04/13/Blogspot

Les-questions-des-touts-petits-sur-la-mort-300x300

Françoise Dolto explique dans son ouvrage « Lorsque l’enfant paraît » : « Si la vérité n’est pas dite dans les termes mêmes que les adultes emploient pour affronter ces souffrances, l’enfant construit dans sa tête des fantasmes. Il faut que la réalité demeure dans les mots de la réalité, c’est-à-dire de l’expérience des choses. 

On peut par exemple dire à un enfant :

Il est mort parce qu’il avait fini de vivre alors que nous espérions qu’il vivrait comme toi.

C’est bien que tu sois vivant.

Ce n’est pas mal qu’il soit mort. »

Personnellement, je ne peux pas en dire grand chose. Je n’ai pas été confrontée à la mort d’un être proche depuis plus de 25 ans. J’étais une grande enfant, c’était un soir de Noël, quand mon grand-père est décédé. Comme il habitait à 10000km, le travail de deuil n’a pas été concluant puisque la première chose que j’ai dite en retournant chez lui c’est : « où est pépé ? ».

Je n’avais pas intégré qu’il n’était plus chez lui. Sans doute parce que je n’avais pu être présente à aucun rituel : ni la veillée, ni l’inhumation, ni rien…Quand j’ai vu sa tombe, je n’ai pas vraiment réalisé qu’il était en dessous, dans un cercueil. Il m’a fallu des années pour accepter son absence physique définitive. Dans mon entourage, ce fut un drame, d’autant plus que personne n’a pu se déplacer pour assister à l’enterrement. Deuil long et douloureux donc.

Professionnellement, aucune « expérience marquante ». La plupart des parents parlent à demi-mots de la mort. Si on ne creuse pas un peu, la nouvelle demeure secrète. Par contre, on sent qu’il se passe quelque chose. L’Enfant réagit, parle avec tout son corps, c’est flagrant ! La mort est tellement taboue qu’elle passe parfois inaperçue pour les professionnels. On finit par savoir, des mois plus tard et on se dit en équipe « ah c’est pour ça qu’untel était si agité, si différent ! ».

Parents, n’hésitez-pas à en parler aux professionnels qui accompagnent votre enfant.

Écouter sans nous immiscer, nous savons le faire. Nous serons, ainsi en connaissance de cause, présents pour votre enfant dans le moment douloureux qu’il traverse irrémédiablement avec vous. Même si vous pensez qu’il ne comprend pas, il épongera toutes les émotions qu’il rencontrera et il les exprimera comme il le peut

Pour ceux qui restent, la mort n’est pas rien. Comment savoir pour tous ceux qui partent et ne reviennent jamais ?

Ce poème, c’est ce que l’on aimerait bien entendre de la part des morts que nous aimons.

La mort n’est rien

« La mort n’est rien,

je suis seulement passé, dans la pièce à côté.

Je suis moi. Vous êtes vous.

Ce que j’étais pour vous, je le suis toujours.

Donnez-moi le nom que vous m’avez toujours donné,

Parlez-moi comme vous l’avez toujours fait.

N’employez pas un ton différent,

Ne prenez pas un air solennel ou triste.

Continuez à rire de ce qui nous faisait rire ensemble.

Priez, souriez,

Pensez à moi,

Priez pour moi.

Que mon nom soit prononcé à la maison

Comme il l’a toujours été,

Sans emphase d’aucune sorte,

Sans une trace d’ombre.

La vie signifie tout ce qu’elle a toujours été.

Le fil n’est pas coupé.

Pourquoi serais-je hors de vos pensées,

Simplement parce que je suis hors de votre vue ?

Je ne suis pas loin, juste de l’autre côté du chemin. »

Canon Henry Scott-Holland (1847-1918), traduction d’un extrait de « The King of Terrors », sermon sur la mort 1910. Quelquefois attribué à Charles Péguy, d’après un texte de Saint Augustin.

 

doremus

Nulle part partout Ils l’ont cherché partout mais il n’est nulle part. Il a dit qu’un jour il monterait au ciel…et l’oiseau ne l’y a pas trouvé. Il parlait parfois de rejoindre les profondeurs… et le poisson ne l’y a pas vu. Il avait dit qu’un jour, plus jamais il ne quitterait la terre… et le chien ne l’y a pas trouvé non plus. Le poisson, l’oiseau et le chien sont devenus amis: et puis c’est comme s’il n’avait jamais disparu…c’est comme ça. Il y a des choses qui se passent d’explications. Ce récit, de Gaëtan Dorémus, contient plusieurs aspects symboliques intéressants. En cherchant des réponses liées à l’absence de leur ami, les protagonistes de cette histoire comprennent que le souvenir demeure au-delà de l’absence. Le graphisme est original. Les dessins simples et colorés sont ponctués par des phrases courtes et bien rythmées. Éditions Autrement

Lien internet intéressant : le concept de la mort chez l’enfant.

Source de l’image mise en avant : et si on parlait de la mort ? de Catherine Dolto

Des hommes dans le milieu de la petite enfance ?

Sujet abordé le 30 Mars 2013 sur overblog

C’est une question qui m’intéresse depuis longtemps. Je n’ai jamais pris le temps d’écrire à ce sujet. Je suis convaincue que des hommes ont toute leur place dans le milieu de la petite enfance et ça me désole que certains traversent des expériences douloureuses…et se sentent obligés de changer de voie. Quand on prône la parité, l’égalité des sexes et que sais-je encore…quelle est la cohérence de ne voir que des femmes accompagner de jeunes enfants en collectivité ??

L-ideologie-du-gender-des-la-creche_large

Articles intéressants :

Des hommes à la crèche, c’est possible ?

Ronan, éducateur de jeunes enfants, un homme à la crèche.

La cause des hommes.

La petite enfance, clé de l’égalité entre les femmes et les hommes.

Site d’un éducateur de jeunes enfants. Et son interview.

Être éducateur de jeunes enfants.

A vous de vous faire votre propre opinion.

Source de l’image mise en avant : Expérience EJE de Jérémy

 

La télévision est-elle une menace pour les jeunes enfants ?

Enfant-télé
Dessins issus d’une étude allemande réalisée sur des enfants de 5 à 6 ans. Cette étude, qui avait été évoquée par Courrier International, a été réalisée par un pédiatre Allemand sur 1900 enfants de 5 à 6 ans, à qui il a été demandé de dessiner un personnage.

Réédition du 20/07/13-Blogspot

La télévision, internet, les écrans…vaste débat ! Sujet toujours d’actualité, souvent débattu sur les réseaux sociaux. Et encore une fois, l’unanimité est loin de caractériser les pratiques des EJE. Tant mieux. Je lis avec intérêt les avis divergents. Ils amènent une réflexion, permettent d’éviter de me scléroser dans des théories qui finalement existent pour nous guider mais jamais pour penser ni pratiquer à notre place. Les théories et les études sont des recours, non des substituts, bien qu’elles se basent sur des faits et des expériences.

Mon avis, je le répète ici, est loin d’être objectif. Je me situe dans la catégorie des individus « victimes » de la TV. En fait, j’irai jusqu’à dire que je suis « esclave » de l’image. Il ne tient qu’à moi de me rééduquer. Ce que je fais au quotidien, avec des hauts et des bas. Pour ma petite histoire, j’ai rarement eu la TV durant mon enfance. Cependant -et peut-être est-ce à cause de son absence -cet objet me fascine trop souvent. Je le gère difficilement, c’est un réel combat. Je n’en ai donc jamais acheté et je ne le possède plus depuis plusieurs années. Pour éviter de punir mes proches, nous recevons les chaînes via un ordinateur (plus maintenant/février 2017). L’avantage de l’ordinateur familial c’est son usage parcimonieux ! Le téléviseur est bien trop facile à allumer, alors j’ai sciemment compliqué l’accès surtout quand j’ai vu mon fils aîné suivre le même chemin de « dépendance télé-visuelle ». Avec l’ordinateur, nos envies se dirigent naturellement vers les jeux, internet et des recherches précises, du travail sur logiciel…et le choix de film selon nos envies.

Quand je lis que l’usage des téléviseurs (et leur contenu médiatique) est anodin dans le milieu de la petite enfance, je me raidis et quand cela va jusqu’à leur présence et utilisation dans les structures petite enfance par des professionnels, j’avoue que je frise l’apoplexie.

Nous sommes suffisamment informés au 21ème siècle sur le développement de l’enfant, sa maturation nerveuse et physiologique, ses étapes, ses apprentissages, ses acquisitions…pour faire au mieux et être garant de son avenir donc de toute son enfance, dans les meilleures conditions. Oui ? Oui !!! Alors, comment est-ce possible d’accepter ou pire de proposer des objets inutiles et superficiels à leur usage ?? Sachant que dans la sphère privée, ils y ont accès la plupart du temps. Je me dis que c’est largement suffisant.

Nous faisons 3 ans d’étude pour prévenir plutôt que guérir, pour faire relais mais autrement jamais à la place des parents, pour pallier les manques ludiques, psychomoteurs… Quand on travaille dans l’intérêt de l’enfant, nous avons la responsabilité d’utiliser des outils à des fins épanouissantes, grandissantes, sécurisantes…oui ? Si quelqu’un me (dé)montre qu’un bébé et même un jeune enfant peut avoir un intérêt majeur à regarder un programme télé, alors écrivez moi par mail, je suis curieuse de nature.

Pour une fois j’ai un avis tranché. Peut-être que je diabolise les écrans et les images mais le contenu du téléviseur me donne régulièrement la nausée alors je ne le mettrai, pour ma part, jamais à disposition des enfants de moins de 3 ans. Et je veillerai toujours, à ce que visionnent les enfants de moins de 12 ans !!

tv_babysitter
image trouvée ici

Liens :

TV Lobotomie – La vérité scientifique sur les effets de la télévision

L’impact de la télévision

Trop de télé nuit gravement aux enfants

Lettre ouverte aux parents déconnectés

Porter l’enfant : Semaine Internationale du Portage

du 7 au 13 octobre 2013

« Le plus bel amour ne va pas loin si on le regarde courir. Mais plutôt il faut le porter à bras comme un enfant chéri. » Alain (Émile Chartier, dit)

portage 2013

« Le portage d’un enfant consiste à le tenir près de son corps sans nécessairement le tenir dans ses bras. Depuis l’origine de l’humanité, le porte-bébé est un instrument permettant la survie des enfants en bas âge. Récemment, les expériences de portage en kangourou ont montré qu’il n’avait rien perdu de sa valeur, bien au contraire. Il rend leur mobilité aux pères et aux mères d’aujourd’hui, les réintroduit au cœur de la vie sociale, les investit à nouveau du rôle indispensable qui est le leur.

  • C’est agréable, à la fois pour le porteur et le porté.
  • Le nouveau-né retrouve la chaleur, l’odeur, la voix de sa mère, tout ce qui l’a accompagné pendant la grossesse;
  • La mère y trouve le plaisir du peau à peau, le plaisir animal de sentir son tout-petit contre soi;
  • Le père peut aussi éprouver ces sensations, puissant moyen d’attachement, dans une société où l’on s’efforce souvent d’éviter les contacts physiques;
  • Remède souverain contre les coliques (testez-le si vous avez des doutes…);
  • Calme les peines et douleurs mystérieuses des premiers mois;
  • Aide l’enfant à s’endormir (mieux que de le laisser pleurer… avouez!!!);
  • Corrige et prévient les problèmes de hanches (grâce à la position jambes écartées-relevées);
  • Stimule le bébé qui est à hauteur d’homme;
  • Plus de problèmes dus à l’encombrement d’une poussette;
  • Faire ses courses, son ménage, toutes les tâches de la vie quotidienne sans perturber Bébé qui est bienheureux dans son écharpe au chaud contre sa maman (ou son papa);
  • Facile de faire téter Bébé en toute discrétion dans n’importe quelle circonstance. »

Voilà pour le côté « théorique ». Pour plus d’informations, voici un site dédié à cette pratique.

face-au-monde-installation-inconfortable1
le face au monde est inconfortable

En structure collective, je n’ai pas encore rencontré la possibilité de le faire pour répondre à des besoins spécifiques d’enfants, mais ça existe. Je pense que le sujet mérite réflexion, en équipe et avec l’accord des parents. Il ne s’agit surtout pas de l’imposer. Cependant les professionnels qui se sentent à l’aise avec le portage devraient pouvoir avoir à disposition un porte-bébé physiologique.

Les professionnels de la petite enfance ne sont pas unanimes sur le sujet. Le débat est souvent lancé sur la proximité affective « réservée aux parents ». A mon sens, cette proximité n’est pas que de l’ordre de l’intimité surtout dans le cadre professionnel. Dans l’histoire, la proximité a évolué : de la mère exclusivement, elle (la proximité) a consenti à être partagée avec le père. (Imaginons un homme du 18ème siècle faire du peau à peau avec son nouveau-né, c’est presque grotesque ?…et pourtant aujourd’hui, c’est banal). Dans notre société occidentale, l’enfant est confié à des personnes ne faisant pas forcément partie de son entourage proche et de fait une proximité affective s’installe. Le côté intime de plusieurs actes est présent qu’on le veuille ou non : le change, les soins, les émotions…et donc être pris dans les bras. Alors, si le portage, avec un support, peut permettre à des enfants de se sentir en sécurité et à des professionnels de limiter les douleurs dorsales et bien pourquoi pas ?

Vidéo : Une crèche adopte le portage en écharpe pour les bébés

Cette vidéo date un peu. L’idéal serait d’avoir un retour sur le bien-fondé de ce choix et sur les observations faites concernant les enfants qui en ont bénéficié.

Durant mon expérience au domicile des familles, j’ai eu l’opportunité de me servir d’un porte-bébé et j’ai eu plaisir à l’utiliser. Ma relation à l’enfant n’est pas devenue fusionnelle, il ne m’a pas confondu avec sa mère, il n’a pas réclamé les bras tout le reste du temps…bref il a apprécié autant que mon dos et moi. Tout dépend donc de l’enfant et de l’adulte.

Dans ma vie personnelle, mon fils aîné détestant la poussette, il a bien fallu trouver un autre moyen de le transporter. J’ai opté très vite pour un filet de portage et mon petit poisson s’y est senti rapidement plus à son aise. Je l’ai essayé avec d’autres enfants et c’était concluant.

@jout 2018 : bilan de 4 ans de portage de mon second fils. Dès sa naissance, il a été porté en écharpe par son père et moi. C’était magique, en toute occasions. Quand il a mieux tenu sa tête, il a bénéficié d’une écharpe sans noeud bien pratique qui a permis à son grand frère et sa tante de le porter. Plus grand, il a été porté dans le dos de son père  (mon dos ne supportait pas le poids) : dans un boba (pratique pour des courtes distances), dans un deuter avec structure métal  (peu concluant) et dans un manduca  ( la rolls royce des porte-bébé selon son père). 

Il est aussi allé dans la poussette.  Peut-être un peu trop tôt mais au quotidien je marchais beaucoup et mon dos ne supportait le portage que pour de courts moments. C’est un bilan totalement positif. Il a vite voulu découvrir son environnement. Être beaucoup porté n’a pas fait de lui un enfant dépendant mais bel et bien un enfant explorateur et confiant.