La personne de référence ou comment répondre au besoin de continuité de l’enfant. Partie 2

  • Les besoins supplémentaires de l’enfant accueilli en dehors de son milieu familial :

L’enfant de moins de 3 ans n’est pas prêt à se séparer de sa famille avant d’intégrer l’image de ses parents quand ils sont absents. C’est en parallèle avec la permanence de l’objet (selon Piaget) : l’enfant ne sait pas qu’un objet qu’il ne voit plus existe toujours. Cela est valable pour les objets et les personnes. Le bébé n’a aucune certitude que ses parents qui sont absents reviendront. Pour pallier leur absence, durant la petite enfance, l’enfant a besoin d’entendre évoqués ses parents très régulièrement. Sachant que le temps de l’enfant est plus long que celui d’un adulte, il est nécessaire que l’image des parents soient réactivées tout le long de leur absence. Les parents sont fondateurs de la construction de l’identité de l’enfant (quotidien et connaissance intime).

Arriver dans un lieu d’accueil c’est comme arriver dans un autre monde. C’est une perte de repères, de points d’appui. Une reconstruction de fondations est nécessaire, qu’il s’agisse de l’environnement et des personnes. Un enfant a besoin de retrouver dans un nouveau lieu ce qu’il connait de sa famille afin de se sentir reconnu.

Quelqu’un l’écoutera t-il ? Son élan vital sera-t-il entendu, pris en compte ? L’enfant trouvera t-il l’intérêt d’un autre adulte ? L’adulte qui prend le relais aura la responsabilité d’être témoin des progrès quotidiens de cet enfant-là afin qu’il se sente reconnu dans ce nouveau lieu. L’intérêt de l’adulte nourrit l’enfant. Pour cela une période de reconnaissance mutuelle est indispensable = période dite d’adaptation. Période de construction des premiers liens autres, entre professionnel et enfant = un appui face à la séparation. L’objectif principal de l’adaptation  est la mise en place du début d’une relation de confiance, c’est fondamental. L’idéal est de prendre le temps pour construire un lien. Tant que ce lien n’est pas « visible », le parent ne devrait pas « partir ».

Il s’agit de penser ce temps plus comme une connaissance mutuelle avec un début de lien et pouvoir compter sur ce relais dans un lieu nouveau. Combien de temps est nécessaire au professionnel pour « connaître » un enfant, le « décoder » ? Un bon mois. Surtout avec un bébé de 3 mois. Si un mois entier est trop long, tabler sur 15 jours à 3 semaines avec présence des parents, pas toute la journée, mais à chaque temps de présence de l’enfant. Le signal que cela se passe « bien » est le sourire de l’enfant quand il voit la personne qui sera sa « référente ». Sourire qui peut être considéré comme une re-connaissance. Si le bébé est au sol, on remarque qu’il reste accroché au regard de son parent les premiers temps, puis il regarde ailleurs. Peu à peu, il regarde l’autre. Il est important de ne pas prendre le bébé dans ses bras trop tôt. Le bébé a besoin de son parent pour faire connaissance avec une tierce personne.

L’idéal est que cette période se déroule en dehors de l’espace de vie afin de se concentrer sur ce nouveau lien en construction.

Exemple de l’idéal, à adapter en fonction des impératifs de chaque contexte :

1ère semaine : une demi-heure tous les jours dans un autre espace, avec les parents

2ème semaine : une demi-heure tous les jours dans l’espace de vie, avec les parents.

3ème semaine : courts temps de séparation physique

Une personne de référence est une personne privilégiée sur laquelle l’enfant et sa famille peuvent compter. Il est important que la personne de référence compte pour eux et que l’enfant compte pour cette personne.

  • Vivre en collectivité, (même chez un(e) assistant(e) maternel(le)) :

Comment être reconnu comme une personne singulière avec d’autres individus ? Sachant que la construction identitaire s’effectue pour l’essentiel durant les 3 premières années de la vie d’un enfant : jusqu’à l’émergence du « je ».

Le travail principal d’un lieu d’accueil est de soutenir, reconnaître la construction de l’identité de l’enfant, d’un sujet. Pas de rencontrer les autres. Avant 3 ans, ce n’est pas le temps de la « socialisation » qui prime.

Le professionnel contribue avec les familles à la construction d’un être. C’est un défi majeur : faire de l’individuel dans le collectif. Le piège de la collectivité est d’uniformiser. Par souci d’égalité alors que l’égalité ce n’est pas faire pour tout le monde pareil mais bel et bien de faire pour chacun en fonction de ses besoins. Les propositions devraient être à adapter à chacun. Les enfants sont trop vite mis ensemble.

Une vraie socialisation est d’apprendre à se comporter avec chacun des enfants présents. Donc favoriser un groupe d’enfants stable avec un même adulte et des relais stables aussi. L’enfant a besoin de sentir qu’il a SA place dans un groupe d’appartenance : son lit, son casier, sa place à table, ses temps privilégiés (change, repas, jeux…) etc. Et cela englobe les espaces, les objets et les temps de la journée.

La préservation du sentiment de continuité demande que des liens soient effectués. La collectivité génère trop de discontinuité (contrairement à un accueil chez un assistant maternel). La difficulté est de prévoir, d’anticiper et de participer pour l’enfant qui a à faire à trop d’adultes différents.

Le défi est de relier des expériences différentes entre elles pour que l’enfant puisse se sentir relié à lui-même « je suis le même dans un lieu qui change ». L’enfant a besoin de construire le sentiment continu d’exister. La personne de référence devrait avoir pour objectif de relier différents moments vécus dans la journée pour un même enfant. Même si on fait différemment à la maison, les expériences du lieu d’accueil peuvent être reliées à celles racontées par les parents. A la maison c’est différent mais dans ce lieu-là cela sera toujours pareil (en tous cas, le plus souvent possible). « A la maison, tu as fait ça, ici tu as fait autre chose, autrement ».

Il est donc important qu’un enfant accueilli en Établissement d’Accueil rencontre un nombre limité d’adultes différents.

Le bébé ayant besoin de se sentir connu (compris, écouté, re-connu) d’un adulte, éprouvera des difficultés si les adultes autour de lui sont trop nombreux. A l’inverse, si un adulte a trop d’enfant en référence, il ne pourra que connaître superficiellement chaque enfant dont il a la responsabilité. L’attention de l’adulte (qui devrait être plus fine et plus précise que possible) peut se faire sur un nombre restreint d’enfants.

Être vu fait sentir à l’enfant qu’il se sent exister. Les enfants ont besoin d’attirer l’attention. La personne de référence assure à chacun des enfants le maximum d’attention.

Hommage aux métiers de la petite enfance

@jout du 23 juillet 2017 :

C’est un écrit moins professionnel (daté de 2013). Et oui je suis aussi remplie de défauts. La bienveillance, je l’ai appréhendée « sur le tas ». Quand j’ai écrit ce texte, je pensais surtout à ma famille et je me suis rappelée de quelques piques par-ci par-là, dans le cadre professionnel, alors je l’ai publié.

Il y a des gens, sur cette planète, qui pensent que s’occuper d’enfants ne demande aucune formation, juste de l’amour et du bon sens. Soit. Sauf que c’est plus compliqué. L’amour c’est insuffisant, incomplet et parfois mal dosé. Pareil pour le bon sens…

Il y a des gens qui pensent même que les formations petite enfance ne servent à rien et qu’il est possible de faire sans… Dans la sphère familiale c’est certain ( et encore, j’en entends et vois des vertes et des pas mûres tous les jours dans la rue, les magasins, les lieux publics…), mais en mode collectif, j’en doute fortement !

Personne n’est parfait, mais quand on se consacre à la petite enfance (en faisant des études pour), en général, c’est par vocation et pour en savoir plus. Les théoriciens et les professionnels sur le terrain , depuis des années, étudient et constatent, de manière clinique et  scientifique, l’évolution de l’Enfant. On en sait de plus en plus sur ce qui est adapté pour Lui.

Alors, ceux qui rejettent en bloc et critiquent tout ce savoir et ces acquis -lesquels sont pourtant mobiles et sans cesse remis en question, évalués et questionnés -et bien tous ces gens je les plains, car au final je pense qu’ils sont juste jaloux de passer à côté de  l’éveil des générations futures.

Toute cette prise de conscience est récente. Les résultats sont peu flagrants… et surtout à l’échelle mondiale, seule une minorité d’enfants en bénéficie.

Quoiqu’il en soit, j’œuvre pour cette cause, celle de l’Enfant. C’est mon métier, c’était celui de ma mère et j’en suis fière.

 

montessori

Billet d’humeur (du jour)

chat

Utiliser le sens exact des mots est autant un défaut qu’une qualité chez moi.

C’est plus fort que moi, je bondis intérieurement quand je lis ou j’entends des termes qui me semblent inappropriés (le second degré a bon dos…).

Oui, dans mon cerveau, le mot garderie est presque un gros mot. En tous cas, il me semble appartenir à une autre époque. Pour illustration, relisons la définition du verbe :

garder , verbe transitif

  • Sens 1

    Veiller sur.

    Exemple : Garder les moutons.
  • Sens 2

    Surveiller pour empêcher de sortir.

    Exemple : Garder un condamné.
  • Sens 3

    Conserver sur ou avec soi.

    Exemple : Garder ses papiers sur soi.
  • Sens 4

    Mettre de côté pour soi ou pour quelqu’un.

    Exemple : Il garde sa place.

C’est bien loin de correspondre au travail des professionnels de la petite enfance (en général) qui s’évertuent, parfois dans de mauvaises conditions, à accueillir, prendre soin et accompagner le quotidien des enfants quand leurs parents travaillent.

On accepte d’évoluer dans toutes sortes de domaines, pourquoi pas celui de la petite enfance ? Je prends ça trop à cœur, je m’en rends bien compte.

 C’est avec du temps  que le terme « accueil » entrera dans les mœurs, tout comme le nom patronymique qui est remplacé par le nom de famille depuis la Loi n° 2002-304 du 4 mars 2002.

Aujourd’hui, les lieux d’accueil ont toutes sortes de dénominations. Oui je sais bien, un nom générique comme « garderie » c’est bien commode. Sauf que pour nous, professionnels, surtout pour moi, je vais éviter de parler au nom des autres… c’est un peu comme déconsidérer le travail fait depuis des années pour que les enfants, vos enfants, soient accueillis et non plus « gardés ».

Voici quelques définitions :

Une crèche est une structure adaptée aux besoins des jeunes enfants accueillis dès l’âge de deux mois et demi jusqu’à trois ans. Elle accueille à la journée et de façon régulière les enfants dont les parents travaillent.

Une halte-garderie est un lieu d’accueil ponctuel pour les jeunes enfants. Cette solution est réservée aux enfants dont l’un des parents ne travaille pas, à raison de trois demi-journées maximum par semaine.

Un multiaccueil propose un accueil collectif, en accueil régulier, accueil occasionnel et accueil d’urgence pour des enfants de 3 mois à 3 ans.

Accueil périscolaire :  En dehors des temps d’enseignement, les enfants des écoles maternelles et élémentaires sont accueillis tous les jours dans les établissements scolaires, avant et après la classe, ainsi que sur le temps méridien.

Voilà pour les principaux lieux d’accueil collectifs. D’autres accueils sur ce lien à Paris.

Le mot garde n’est pas à bannir, ni garderie d’ailleurs. Mais c’est un peu comme le terme DDASS, encore utilisé pour parler des enfants confiés et pris en charge en dehors de leur famille, … aujourd’hui et depuis 1983, on parle de l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE).

Ces mots ont fait leur temps. Ils appartiennent au passé de la Petite Enfance. Se tourner vers l’avenir permet de visualiser et d’intégrer les changements.

« Le terme « garde d’enfants » a été remplacé depuis de nombreuses années dans tous les propos par le terme « accueil d’enfants » parce que le terme précédent signifiait service et omettait les notions de qualité, la place et le rôle de chacun, au premier rang desquelles celle des parents dans l’éducation des enfants. »

Bien sûr, quand on n’est pas professionnel, il est difficile de tout savoir et puis les médias et parfois même des auteurs Jeunesse continuent à véhiculer les termes du siècle dernier et du précédent le dernier. Et malheureusement le grand site de la petite enfance n’a pas actualisé son vocabulaire non plus. Même la CAF est en retard dans sa mise à jour ! Bref, on n’est pas aidés.

Pourtant « le changement c’est (censé être) maintenant », enfin il parait,  depuis l’année 2012.

 

 

 

Aimer les enfants ?

amour

Encore merci aux débats sur FaceBook qui me donnent des idées à approfondir.

A ce sujet (aimer les enfants), une fois encore, les professionnels de la petite enfance sont partagés, voire divisés.

Comme je l’expliquais durant la discussion sur FB, j’ai longtemps prôné le « non-amour » des enfants, avant d’être EJE et même un peu pendant la formation (pour les enfants des autres hein. Les miens sont une merveille, évidemment). Paradoxalement, j’ai toujours porté un intérêt bienveillant aux enfants que j’ai rencontré. Sans les aimer et en trouvant leurs comportements plutôt pénibles, pour être honnête. Oui c’était possible pour moi de penser comme ça. Affabilité et irritation se côtoyaient. Je me souviens, ma mère me disait qu’il serait préférable que je ne travaille jamais avec ce public. Quel chemin parcouru, me direz-vous !

Depuis que je suis mère, je suis devenue une sorte de guimauve sur pattes, sans dépréciation de moi-même, au contraire. Voir la vie en rose bonbon, c’est agréable aussi. Dans un temps limité, par contre, sous peine d’overdose. La vie est comparable à un arc-en ciel, elle n’est pas rose.

C’est en prenant de l’âge et sûrement en apprenant à m’aimer, à aimer l’enfant que j’ai été…puis à aimer les autres que j’ai aimé tous les enfants, les petits d’Hommes, les êtres humains en devenir, les futurs adultes. Avec pour définition à ce vaste mot la numéro 3 du lien. Et avec pour synonymes : estimer, apprécier.

Des EJE pensent qu’aimer les enfants c’est sortir du cadre de leur travail. Je trouve que c’est d’une rudesse… mais je respecte. « Travailler avec de l’humain », comme on dit, nécessite (pour moi en tous cas) d’avoir un minimum de goût pour les autres. Donc de l’amour.

Le questionnement du départ de nos échanges c’était de savoir quoi répondre à un enfant qui dit ‘je t’aime’ à un professionnel. J’avais répondu que je disais toujours ‘je t’aime aussi’ en retour. Parce que ce n’est pas tabou, parce que je le pense sincèrement, parce que c’est spontané pour moi. Je comprends que des collègues répondent autre chose ou sourient simplement mais je ne comprends pas la réponse ‘je t’aime bien’. Dans mon vécu ‘aimer bien’ n’a aucun sens. Tout comme le fameux ‘il faut/on doit aimer les enfants’.

En fait, chacun a son histoire avec le mot aimer et sa mise en pratique. Comme je suis entourée d’amour maintenant, c’est naturel pour moi de le partager.

Je précise, pour ceux qui n’ont pas lu mes autres écrits sur ce site : aimer les enfants, ce n’est en aucun cas la permission de bisouiller ou de câliner selon son désir d’adulte.

Les réactions étaient très intéressantes, notamment ce qu’il advenait des enfants qui ne l’expriment pas et auxquels on ne le dit pas : ne les aimons-nous pas ? J’ai répondu qu’au quotidien, je pense qu’ils sont assurés au moins de notre considération infaillible. Je ne généralise pas, je parle des équipes dans lesquelles j’ai travaillé. Mais il est vrai qu’un enfant peut se sentir mis à l’écart s’il n’ose rien dire.

Et les enfants qui ne nous aiment pas et le disent ? Je l’ai déjà entendu à mon encontre le « je t’aime pas toi, t’es méchante », chez les plus grands, à l’école notamment. Je ne réponds pas. Je continue à accompagner cet enfant. A peine quelques minutes plus tard, il a complètement oublié ce qu’il a dit et me laisse m’occuper de lui. Les émotions sont parfois fugitives et souvent intenses chez l’enfant. En tant qu’EJE, je les reçois et je les laisse s’exprimer. Je m’accorde le droit d’exprimer les miennes tant qu’elles ne sont pas blessantes.

Qu’en disent des « experts » ? Je connais un méchant personnage qui dit que dans la vie on a surtout besoin d’oxygène.

amour House

Une psychanalyste explique que l’amour ne suffit pas. Elle dit aussi que ça aide l’enfant à grandir.

Pour conclure :

« Aimons toutes les âmes comme si chacune était celle de son propre enfant. » Graham Greene.

Oui, j’ai modifié le début de la citation à cause du « il faut » proposé. J’ai des doutes sur la traduction.

Ce sujet est important pour moi. Ce monde manque cruellement d’amour et même d’oxygène ! Est aveugle ou dans le déni celui/celle qui ne remarque pas cette disparition inquiétante.

Enfant précoce ? surdoué ? génial ?

Je ne l’ai pas lu, mais voici une critique.

Un autre sujet qui me tient à cœur. Oui, bon, c’est le cas de tous les sujets de la Petite Enfance mais puisque l’amour, les émotions et les questionnements poussés ont mauvaise presse dans ce secteur…je dirai quand même que celui-ci me tient au cerveau, sans faire de jeu de mot. Le mien carbure et je n’ai pas encore trouvé le bouton off.

Cette spécificité est rarement, voire jamais, abordée dans les structures petite enfance. En effet, il est de meilleur ton d’attendre l’entrée à l’école pour éventuellement y penser. Et encore…vu le peu d’estime (voire le déni) que la précocité, le surdouement, le Haut Potentiel Intellectuel appelé HPI ou EPI pour les intimes, le génie-…j’en passe, -rencontrent en France en général, c’est souvent peine perdue et énergie gâchée que de se poser la question.

Le problème avec le mot « précocité » c’est qu’il veut tout dire et aussi n’importe quoi.  Chacun, dans son « home sweet home », a trouvé la parade à ce flou qui engendre de nombreuses incompréhensions. Ainsi, ils s’appellent : zèbre, zébrillon, déjanté, cygne, cygneau (!)… J’ai même découvert un site regroupant des HPI se comparant à des hyènes ! (introuvable depuis)

L’essentiel est de s’INFORMER avant de critiquer ou de se précipiter chez un spécialiste.

Pour resituer : « Surdoué, ça veut dire quoi ?

L’idée générale veut que toute personne surdouée présente un QI hors norme. 

Si les hauts potentiels se distinguent par un quotient intellectuel largement au-dessus de la moyenne (130 au minimum, contre 100 pour le commun des mortels), «posséder un QI élevé, n’est pas tellement être quantitativement plus intelligent, mais surtout avoir un fonctionnement intellectuel qualitativement très différent», précise Jeanne Siaud-Facchin.

Chez une personne surdouée, le nombre de connexions neuronales est beaucoup plus élevé. Le cerveau est ainsi dans un état permanent d’hyperactivité. Jeanne Siaud-Facchin parle de «tempête sous un crâne». Le cerveau droit étant privilégié, les surdoués se caractérisent par un traitement global et en images de l’information. Cette particularité est aussi le gage d’une intelligence intuitive, d’une grande créativité et d’une forte implication émotionnelle. »

La question a toute sa place, je pense, même avant 3 ans. Des enfants et parfois même des bébés donnent des signaux (!) très jeunes.

Évidemment sans formation, sans observation approfondie, il est plus fréquent de passer à côté. Même à l’école, encore de trop nombreux enfants aux capacités différentes ne sont pas décelés et grandissent sans connaître réellement leur potentiel…J’étendrai même ce constat à tous les enfants qui fréquentent l’école du 21ème siècle. J’avoue je suis loin d’être objective quand j’écris ça.

« Pendant longtemps la précocité intellectuelle a été gérée avec le handicap et c’est vrai que malheureusement bien des points sont similaires. Comme pour le handicap, un enfant intellectuellement précoce (EIP) a parfois du mal à être accepté, il subit souvent le regard des adultes et des enfants. Il parle de choses que les autres ne comprennent pas, il ne travaille pas comme le veut l’enseignant, il rejette les leçons qui n’ont pas de sens à ses yeux car certaines choses lui sont évidentes. Les parents doivent également se battre contre une institution qui a parfois du mal à accepter un diagnostic, qui ne sait pas toujours comment gérer ces enfants qui finissent avant tout le monde, s’ennuient, …

Mais un enfant précoce ce n’est pas un premier de la classe en tout, c’est aussi pour cela que les situations peuvent devenir difficiles. Avoir un cerveau de 2 à 6 ans en avance sur son âge mais un corps de son age, cela veut dire que la main a souvent du mal à suivre l’esprit et que c’est une souffrance pour l’enfant qui se retrouve sur son cahier en pattes de mouches… »

Pour une fois, je ne ferai pas de parallèle avec ma vie personnelle. Sur ce sujet, je reste bien trop subjective puisque concernée. Je peux juste dire que durant ses premières années, j’ai ‘psychoté’ sur le développement de mon fils au point de le croire, à tort, autiste. Puis, j’ai toujours entendu parler de lui comme d’un enfant singulier, original. A mon sens, tous les enfants sont différents et ils ont tous un potentiel qui mérite d’être éveillé dans le respect de leur développement. Certains enfants raisonnent différemment, c’est un fait scientifiquement prouvé et prouvable. Ils méritent autant d’attention que les autres, ni plus ni moins.

Il y a pléthore de  témoignages sur le net pour les personnes qui souhaitent en lire.

En conclusion, je suis convaincue que l’EJE repère ces enfants même s’il ne met pas forcément de mots sur ce qu’il observe. Ces enfants peuvent attirer l’attention ou passer totalement inaperçus. Il leur serait plus profitable d’être détectés le plus tôt possible afin qu’ils s’épanouissent au maximum et surtout qu’ils réalisent leur vie et non la vie de quelqu’un qui passe à côté de sa réelle personnalité. Guider les parents demandeurs ou qui s’interrogent fait partie de nos missions. Seul un psychologue est habilité à poser un diagnostic suite à des tests spécifiques et des entretiens.

« La précocité demande une attention accrue. Parfois, un accompagnement psychologique est également une aide précieuse, pour aider l’enfant à exprimer son potentiel et réussir tant au niveau personnel que professionnel. »

précocité

critique ici

 

En dessin animé 

Récréation 😉

« Aïe, il m’a mordu !!! »

Très dur à titrer et à rédiger ce billet !

croco1

« Mon fils a mordu ! Ouh le vilain ! »

N’empêche j’ai eu honte quand il a mordu…c’était bête comme réaction. A chaque fois, il mordait des jolies petites filles…que devais-je comprendre ? Qu’elles étaient à croquer sans doute.

Il a mordu aussi quand il savait parler…je n’étais pas encore EJE, un peu désemparée mais avec l’intuition qu’il ne le faisait vraiment pas exprès.

Quand je l’allaitais, on m’avait dit : « ne l’embrasse jamais pendant qu’il tète, sinon il mordra ».

Ah. Trop tard.

Voilà donc, c’était de ma faute !! N’empêche, il ne m’a jamais mordue, moi sa mère ! Je ne l’ai pas mordu non plus.

Personnellement, je me suis fâchée à l’époque, pensez-donc, « c’est pas bien de mordre, non mais ! » Et surtout avec les réactions de l’entourage des mordues, c’était difficile de ne rien dire.

croco2

Professionnellement, je me fâche aussi mais surtout, je réconforte le mordu et celui qui a mordu. Parce qu’il s’agit d’une pulsion et les pulsions rendent malheureux. Oui, un enfant se rend bien compte que celui qu’il a mordu a mal. Donc INUTILE de le mordre en retour ! J’explique qu’il y a d’autres moyens de s’exprimer et que faire mal, même non intentionnellement, c’est inacceptable.

Quand je vois des parents le faire, mon sang ne fait qu’un tour. J’en soupçonne certains de le faire exprès parce qu’ils savent ce que ça provoque en moi : colère et exaspération. D’ailleurs, si certains se reconnaissent, franchement, c’est débile. Je ne dirai rien de toute façon. Alors merci d’arrêter, c’est dans votre intérêt et celui de votre enfant.

L’avis de Martine Gercault, psychanalyste et psychothérapeute  : « Le bébé peut mordre pour défendre son territoire. »

Montrer les crocs devient une forme de langage quand un bébé se sent impuissant face à un agresseur potentiel, une décharge d’énergie pour se défouler et attirer l’attention. Si l’habitude devient chronique ou si le bébé se violente lui-même, on est souvent en présence d’autres problèmes sous-jacents : difficultés de propreté, de sevrage, séparation d’avec la mère ou découverte d’un nouvel univers paraissant hostile.

La réaction familiale est primordiale pour faire comprendre au jeune enfant que la bouche n’est pas uniquement un outil agressif dévorant mais également un organe porteur de baisers, de plaisir et de douceur. Selon Françoise Dolto, les bébés mordeurs éprouvent parfois pour d’autres enfants la même appétence que pour un sein gorgé de lait ! Plus tard, ils découvriront d’autres moyens d’exprimer leurs envies ou leurs besoins.

Pour résumer mon ressenti sur cette question :

la violence engendre la violence : répondre à une pulsion par une agression, c’est une sorte de malveillance.

Comme c’est à l’adulte de donner l’exemple, s’il mord en représailles, ne nous étonnons pas de la progression de l’agressivité ambiante.

 Et vous, qu’en pensez-vous ?

Le sommeil des enfants

La question du sommeil m’a poursuivie de la naissance de mon fils jusqu’à aujourd’hui puisqu’en tant que professionnelle, j’y suis aussi confrontée. Au moins, mon expérience personnelle m’aura permis de comprendre les difficultés rencontrées par les familles. Je ne m’étalerai pas sur les galères ennuis rencontrés chez moi, tous parents (ou presque) font face à peu près aux mêmes problématiques.

D’après des statistiques, les troubles du sommeil sont une des causes de consultations récurrentes en pédiatrie. Je le confirme. On n’est pas tous égaux face au sommeil, chacun a son histoire avec lui. Les émotions me semblent avoir un impact important sur sa quantité et qualité.

Les troubles du sommeil peuvent avoir plusieurs types de causes :

  • des infections ORL (nez, gorge, oreilles) ou des troubles digestifs qui entraînent parfois des troubles du sommeil passagers ;
  • un non-respect du rythme naturel de l’enfant ou une irrégularité des horaires ;
  • une chambre inconfortable, un changement de lieu ou le non-respect des rituels du coucher ;
  • des difficultés familiales ou scolaires : par exemple les problèmes de couple des parents, ou la maladie de l’un d’entre eux ;
  • des problèmes dans la relation affective entre l’enfant et ses parents : par exemple, indifférence ou surprotection, parents anxieux ou trop rigides.

Quand j’ai compris le processus du sommeil, en formation, grâce à des lectures, et ensuite sur le terrain par des cas qui posaient questions…les temps de sieste en structures collectives sont devenus peu à peu plus sereins. Je suis passée par une sensation d’appréhension diffuse -que les enfants devaient ressentir, et inévitablement c’était le bazar- à une nécessité de calme bénéfique et attendu ! Une fois informée et donc réconciliée avec le sommeil, je me suis détendue, les enfants se sont détendus et nous avons tous mérité le temps de repos dont nous avions besoin.

En structure petite enfance, le projet pédagogique est le support aux pratiques des professionnels.  Pour la majorité d’entre nous, le sommeil est un besoin personnel. Chaque enfant est respecté dans son individualité malgré la collectivité donc chaque enfant a un lit précis qui lui est attribué et qui ne change pas ou le moins possible. Le lit constitue un repère. Comme le groupe peut varier souvent selon les différents accueils, il est possible que deux enfants aient le même lit et soient présent en même temps. Il est proposé à l’enfant qui paraît le plus serein de changer de lit. Une continuité est ainsi instaurée auprès de l’enfant tout au long de la journée et particulièrement lors de l’accompagnement à la sieste. Du fait des contraintes de planning, la personne qui accompagne l’enfant à son coucher n’est pas toujours la même que celle qui sera présente à son réveil : les enfants sont prévenus.

Dormir en structure collective est une étape à part entière de la journée. C’est un moment de ressource. Pourtant pour certains enfants, il peut être source d’inquiétude. Se laisser aller à l’endormissement peut se vivre comme un rappel de la séparation avec leurs parents.

Il paraît donc essentiel de les accompagner de façon individuelle. Dans les premiers temps de l’accueil, les enfants ne réussissent pas tous à s’endormir. Ils peuvent rester dans la pièce de vie ( repos sur un tapis) ou alors être bercés dans une poussette. Il est nécessaire de ne pas précipiter les choses : petit à petit les enfants prennent confiance et s’endorment de plus en plus sereinement jusqu’à réussir à dormir dans une chambre. Avant d’accompagner un enfant dans son lit, la verbalisation de ce temps précis de la journée fait partie du rituel. Le fait d’anticiper peut lui permettre de terminer ce qu’il fait (son jeu) et de se préparer à ce qu’il se passe ensuite : aller se coucher. Un adulte reste dans la chambre pour veiller à ce que l’endormissement ne se fasse pas dans l’angoisse. Cela répond à un besoin de sécurité affective.

Il est capital de respecter le rythme et les rituels de chacun. C’est pourquoi les transmissions, les échanges avec les parents sont importants, ainsi que la présence des doudous, tétines voire boîte à musique…

De façon courante, les habitudes des enfants en structure collective sont différentes de celles de la maison. Le lieu n’est pas le même, les accompagnants sont différents…des rituels se créent entre professionnels et enfants, l’important est que l’enfant se sente bien et serein.

Le rythme des enfants est aussi différent de celui de la maison : en structure collective, l’enfant évolue dans un espace où il y a plus de sollicitations, plus de mouvements, plus de bruit qu’à la maison. Là encore, le moment de proposer un temps de repos à l’enfant correspond aux observations des comportements de chacun. Il n’y a aucun intérêt à maintenir un enfant éveillé si celui-ci est fatigué. De même, ne pas réveiller un enfant qui dort est important. Il s’agit de ne pas couper son rythme de sommeil : s’il dort c’est qu’il en a besoin physiologiquement.

Ces choix sont, quelques fois, difficilement conciliables avec les demandes des parents. Pouvoir échanger avec les familles, essayer de comprendre ce que l’enfant vit en structure collective, à la maison et comment concilier les deux est primordial. Le respect de l’enfant passe dans l’observation de son comportement : les signes de fatigue amènent à proposer du repos. A l’inverse, à un enfant qui ne trouve pas le sommeil, il sera proposé de se lever. En tant qu’adulte, il n’y a pas de volonté de contrôle du sommeil des enfants : c’est un besoin physiologique. Les choix des professionnels sont assumés même face à la non-satisfaction de parents. Les professionnels de la petite enfance font ce qu’ils estiment être le mieux pour l’enfant. Ils s’adaptent aux besoins et y répondent autant que possible, toujours dans l’intérêt de l’enfant.

Voilà pour l’essentiel de la pratique concernant le sommeil des enfants accueillis en structure collective.

Intuitivement, je dirai que le sommeil de la petite enfance aura des conséquences sur celui à l’âge adulte. Parfois je me dis que si les français consomment autant de somnifères et d’anxiolytiques, la raison pourrait aussi bien se trouver dans leur rapport au sommeil quand ils étaient nourrissons et jeunes enfants.

En France, un enfant dort rapidement seul dans sa chambre. Je ne vais pas être objective en disant cela mais qu’est-ce que ça doit être angoissant pour un bébé d’avoir passé 9 mois dans un cocon, puis quelques jours ou mois à proximité de sa mère et d’un coup se retrouver seul dans un lit, parfois sans transition ! Je pense toujours à un abandon quand c’est évoqué dans une conversation par le fameux « il/elle fait enfin ses nuits, dans son lit et dans sa chambre ».

Le cododo ou co-sleeping (controversé, peut-être parce que mal compris et mal mis en pratique) me paraît permettre aux enfants d’être rassurés le plus longtemps possible et nécessaire, afin de ne pas faire d’eux des individus anxieux et angoissés.

Quand je dis le « temps nécessaire », c’est ce qui est bien pratique : l’enfant montrera quand il sera prêt. Il nous gênera, nous le gênerons et il sera temps qu’il ait sa propre chambre. ça peut sembler long comme ça peut être court. C’est en fonction de l’enfant, de son rythme et de ses besoins. On remarque déjà quand ils sont autonomes, le nombre de fois où ils rejoignent la chambre des parents. Ils gèrent leurs peurs. Le lit des parents devient le QG (quartier général) pour se ressourcer et au final ils s’en éloignent avec le temps.

Comme dit un proverbe français : « le sommeil est la moitié de la santé« …ça vaut le coup d’y être attentif dès l’enfance.

Liens :  

laisser les enfants pleurer la nuit

SIESTO 500, l’ami des mamans

le-sommeil-des-bebes

Tout juste arrivé de sa planète utérine, un nouveau-né nage en plein décalage horaire ! Il ne se soucie pas encore de l’alternance des jours et des nuits. Il lui faudra plusieurs mois pour mettre sa pendule du sommeil à l’heure  » terrienne « . Ce livre vous donne les clés pour comprendre le curieux sommeil de votre bébé. Il vous aidera à supporter les nuits sans sommeil de ses premiers mois avec plus de philosophie, à trouver les mots qui rassurent après un cauchemar, à réagir face à un petit récalcitrant qui refuse de se coucher ou se réveille sans arrêt. Des nuits calmes en perspective pour toute la famille !

 

Accueillir les émotions de la séparation en structure petite enfance

Image-emotion

A la demande d’une internaute, voici le résultat de mes recherches sur l’accueil des émotions de l’enfant lors de la séparation du matin en structure petite enfance. Cela est valable avec les émotions des retrouvailles du soir. Même si les émotions et leur expression diffèrent, il y a souvent des similitudes.

Quand j’accueille un enfant le matin, je reçois ses émotions. Elles vont de la joie à la détresse selon les jours, le contexte, les circonstances…Dans mon métier, le public que j’accompagne au quotidien traverse une période dite ‘sensible’ pour les enfants de moins de trois ans : la redoutée angoisse du 8ème mois qui commence parfois avant et s’étale, hélas, longtemps après… heureusement c’est variable selon les enfants.

Mon fils n’a pas été épargné. J’ai même une photographie pour ne pas oublier : je me suis éloignée pour immortaliser mon fils et ses copains de chez la nounou dans une rue parisienne et il s’est mis à hurler alors que j’avais bien prévenu de ce que j’allais faire. Impossible de le calmer, j’ai donc une photo-souvenir de cette fameuse période. Je ne la publierai pas, pas fière d’avoir à préciser que le bébé rouge pivoine dans la poussette, c’est le mien !

Les émotions font partie intégrante de la vie des enfants, c’est un de leur moyen d’expression et de communication. Au début de leur vie, c’est le principal car le seul à leur portée. A moins de faire un effort pour les discerner, il reste difficile de communiquer avec eux et surtout de les comprendre.  

L’angoisse de la séparation persiste parfois plus longuement et elle peut se répéter sur des périodes avec des hauts et des bas.

J’ai travaillé en saison dans une structure qui accueillait les enfants des vacanciers à la montagne pendant l’hiver. Les enfants arrivaient chaque semaine dans cette structure collective avec une équipe, un groupe d’enfants inconnus et tout cela sans période d’adaptation. Un vrai défi émotionnel pour tous. Défi relevé, je pense. Ce fut très intense et très enrichissant. Être à l’écoute des familles, des enfants et de l’équipe en un temps aussi court a nécessité de chercher en moi des ressources que je ne soupçonnais pas.

Mettre des mots ou pas sur des émotions visibles ou plus discrètes, sans être sûr de ce que ressent le protagoniste en question, c’est loin d’être simple. Comme il s’agit d’un enfant, c’est une vraie gageure. L’empathie est une qualité essentielle alors que la sympathie peut devenir un piège avec un risque de plier sous le poids de l’émotion de l’Autre. Il y a des signes pour nous aider à repérer des malaises afin d’éviter qu’ils ne s’installent.

« Quand la souffrance n’est pas dite, elle s’exprime parfois par le corps de la mère ou, plus fréquemment, par celui de l’enfant qui somatise : troubles du sommeil, refus alimentaire et fièvres du dimanche soir sont autant d’indices d’un mal-être à prendre en compte s’il s’inscrit dans la durée. De même, un bébé apparemment indifférent, qui refuse le contact avec les autres ou qui fuit dans le sommeil toute la journée doit alerter les parents, car c’est le signe que l’enfant ne s’autorise pas à investir son environnement, à exprimer ses émotions, à être lui-même en dehors du regard de sa mère. »

Il n’y a évidemment pas de recettes toutes faites pour répondre à des expressions d’émotions. Tout dépend de tellement de paramètres. L‘essentiel c’est de permettre à l’enfant et sa famille de les exprimer et les accompagner. Les liens que j’ai recherchés, lus et sélectionnés sont inclus dans les mots surlignés (en couleur), il suffit de cliquer pour y accéder. J’espère que je réponds un minimum au questionnement de la personne qui m’a demandée d’écrire sur ce sujet. N’hésitez pas à compléter, témoigner, suggérer. Je suis disponible et à l’écoute.

Je terminerai pas ces citations :

« Chaque fois, l’enfant doit se séparer d’un monde pour pouvoir en conquérir un nouveau, le plaisir de la conquête venant apaiser la douleur de la perte », affirme Marcel Rufo qui invite les mères à « avoir confiance dans le fait qu’en se séparant d’elles, cet enfant va conquérir sa vie ». 

« Plus se creuse le lit du manque, plus s’installe la vie du désir », avait coutume de dire Françoise Dolto. 

au-coeur-des-emotions-de-l-enfant

Liens :  

les émotions moquées

Pour les parents

Source de l’image mise en avant : illustration

EJE ?

devenir-educateur-de-jeunes-enfants

Qu’es aquò ? Kesako ?

Je peaufinerai avec le temps mais aujourd’hui pas de définition toute faite ou tout droit sortie d’un site d’information.

Je préfère partager ce que j’en ai vu et expérimenté depuis 2004 (début de ma formation).

Avant de commencer ces études, je pensais qu’être éducateur de jeunes enfants c’était être présent au quotidien auprès de jeunes enfants et les accompagner pendant leur temps de présence sans leurs parents, c’est à dire prendre le relais. Les enfants ne peuvent pas vivre sans adultes et sans cadre. Y’a qu’à laisser faire pour voir très très vite ce que ça peut donner.

Huit ans après, je pense la même chose de ce métier avec plus de nuances et de responsabilités. Être éducateur de jeunes enfants c’est aussi être au service des familles, pas à leur disposition mais disponible pour :

  • accueillir,
  • rassurer,
  • répondre aux questions,
  • guider,
  • soutenir quand c’est demandé,
  • écouter,
  • échanger,
  • proposer…et c’est pareil pour l’enfant et le groupe, pour l’équipe de collègues.

eje1

Tout ce qui est appris, questionné, argumenté pendant trois années de formation, est rendu public,  partagé et remis en question en permanence pour que ça évolue, ça se concrétise, ça se transforme en projets et pour constamment en évaluer la teneur.  

Rien n’est figé, tout est malléable dans le respect de chaque individu.

Collègues EJE, parents, familles,  ce que vous pensez, voyez, comprenez de ce métier m’intéresse. Vos commentaires sont les bienvenus, merci de faire vivre ce blog !

guide-educateur-jeunes-enfants

 

Où Bébé sera t-il le mieux ?

puzzle_petite_enfance-A la maison, chez un(e) assitant(e) maternel(le) ou en collectivité ?

Malheureusement, toutes les familles auront peu de choix.

Pour celles qui auront la chance d’obtenir ce qu’elle souhaite, cela dépendra de leur enfant et de leurs exigences personnelles, familiales mais aussi professionnelles.

Je commence par ma petite histoire :

Les circonstances de la vie ont permis que ça se déroule presque exactement comme je le désirais pour mon enfant. Il est resté auprès de moi durant sa première année. Puis, j’ai cherché du travail. J’ai trouvé une assistante maternelle adorable chez laquelle il a pourtant beaucoup pleuré. Elle a eu du mérite d’avoir supporté sa réaction. Toutes les deux nous avons tenu bon car il mangeait. Il se régalait même de bons petits plats maghrébins. Enfin, il a accepté son quotidien chez elle à notre grand soulagement. Jusqu’à ce qu’elle attende à son tour un enfant.

Après une année passée dans ce cocon épicé, il a fallu chercher autre chose. S’en est suivi une mémorable ‘bagarre’ avec la directrice de la crèche d’à côté pour obtenir une place. Je travaillais depuis peu et je considérais qu’il avait besoin d’expérimenter la collectivité avant d’entrer à l’école. J’ai gagné sa place grâce à un huissier (oui, c’est comme cela que s’est passée son inscription. Après un refus injustifié j’ai du taper plus haut). Mon fils n’a pas pleuré cette fois, mais il refusé de manger durant ses repas du midi et aux goûters durant quelques semaines…un autre comportement pour sans doute me faire comprendre qu’il n’appréciait que moyennement le changement.

Donc, il a connu deux accueils et il les a bien vécus, mises à part les transitions.

Professionnellement, même si j’apprécie de travailler auprès des bébés, je trouve qu’avant l’âge de 6 mois, la ‘grande collectivité’ (au delà de 30 places) n’est pas un lieu idéal. Pour diverses raisons dont la santé fragile de ce public et aussi la disponibilité des adultes. En collectivité, même avec toute la volonté possible, je me suis trouvée trop occupée pour les très jeunes. C’est très frustrant de ne pouvoir répondre rapidement aux besoins essentiels, comme une simple présence auprès des nourrissons.

 » Miriam Rasse, psychologue en crèches et directrice de l’Association Pikler-Loczy France explique : « la collectivité n’est pas un besoin pour un petit mais un choix ou une nécessité pour les parents. Un nourrisson n’a pas la maturité psychique suffisante pour vivre hors de son milieu familial. Sa principale tâche est de construire son individualité et non pas de faire attention à l’autre. Il est important de rappeler, qu’à la naissance, l’enfant n’a pas conscience qu’il est une autre personne. Il se confond avec sa mère, son entourage ou son environnement. » »

Pour les plus âgés, c’est un accueil qui répond à de nombreux besoins à différents âges : éveil, sociabilité, apprentissages…c’est très complet.

La collectivité reste très prisée par les familles car l’accueil y est pensé et très encadré par des professionnels de la petite enfance, formés et diplômés. Cela est rassurant.

Rester à domicile, via la garde partagée ou non, permet à l’enfant de conserver ses repères et de se sentir en sécurité dans son univers ou un univers qui ressemble au sien.

Chez un(e) assistant(e) maternel(le), l’accueil est encore familial avec un nombre restreint d’enfants présents. C’est un accueil qui parfois est plus souple et prend en compte certaines contraintes professionnelles des familles.

Le choix quand il est possible dépend donc de facteurs différents. Je partage un lien plus complet pour une prise de décision en connaissance de cause.

Infobebes.com