Archives de catégorie : Doula

Que peut faire une doula ?

Pas d’cape !

Dans les Indestructibles, le sort des super-héros est mis à mal. Porter assistance à personne en péril (mais qui n’a rien demandé) devient interdit.

Pas de SOS = Pas de détresse = range ta politesse, ta compresse, ta promesse, ta largesse et ta tigresse.

Après l’avoir visionné plusieurs fois (merci les enfants), j’ai compris que c’était pareil dans la vraie vie. Même quand il s’agit de tout autre chose que de sauver des vies.

Savoir lire entre les lignes des lois du domaine médical

Dans des contextes spécifiques, tel que l’accouchement – pour ce qui concerne la doula – les conseils, la présence, l’aide, le soutien ne sont possibles que s’ils sont encadrés par le médical. Une doula peut accompagner une famille, si et seulement si il y a un suivi médical. C’est la loi ou plutôt l’absence de loi. Cela signifie que ses domaines de compétences se situent en dehors de l’exercice de la médecine. Pour faire court : c’est illégal de conseiller et d’agir tout autour de la santé de la femme et de l’enfant. Ça tombe bien parce que la doula ne revendique pas du tout le côté médical, bien au contraire.

Pour rappel : une femme enceinte n’est pas en péril. Elle est vulnérable. « La personne vulnérable est définie comme « un mineur de 15 ans ou une personne qui n’est pas en mesure de se protéger en raison de son âge, d’une maladie, d’une infirmité, d’une déficience physique ou psychique ou d’un état de grossesse » (Code pénal, art. 434-3)…La grossesse ne crée a priori aucune vulnérabilité psychologique. La vulnérabilité est donc ici physique. »

La doula se situe en périphérie et c’est déjà beaucoup, surtout quand les sages-femmes n’ont plus suffisamment de temps pour. Anne Leroy a levé le voile.

Mais que peut faire la doula alors ? Que propose-t-elle ?

Chaque doula accompagne en fonction de ses valeurs, couleurs, capacités, limites. Pour le moment, je me cherche. Doulamssétou proposera essentiellement une écoute et une présence actives, dans tous les domaines (SAUF le médical, et ça m’arrange parce que même l’EJE était mal à l’aise avec cet aspect.) C’est évident pour moi, que je ne proposerai pas un catalogue de produits en supplément de mon savoir-être. La société change. J’ose espérer que la multi-variété consumériste ne sera plus le seul critère de choix. Cela signifie que bien que je sois ouverte à tous les possibles, je suis loin d’être une experte en tout. Je saurai guider vers quelqu’un.e qui sait faire si je ne sais pas.

Ma p’tite expérience

Quand j’étais enceinte, par deux fois j’ai vécu la solitude. Une simple oreille bienveillante m’a cruellement manquée à des moments cruciaux de ma première grossesse. Pourtant j’étais entourée, mais c’était dispersé, ponctuel. Souvent j’avais besoin simplement d’une présence, pas de conversations. Pour le premier post-partum (=après l’accouchement) ça a été pire et tellement douloureux. J’ai eu des rdv, j’ai reçu des visites de professionnels, d’amis, de copines, de connaissances et PERSONNE n’a repéré la spirale dans laquelle j’étais prisonnière pour mon premier enfant. Je me rappelle de moments clés ou dans ma tête ça hurlait « mais tu ne vois pas que je vais mal !!! » Mon conjoint, heureusement a été « doulo » pour le second post-partum. Sans le savoir, il a été présent. Il a su m’épauler. Il a dit ce qu’il fallait dire. Il m’a soutenue dans la moindre de mes faiblesses et de mes forces. Comme un pilier dans les prémices d’un cyclone qui a fini par changer de trajectoire. C’est ainsi, qu’une deuxième dépression post-partum a été évité. Reconnaissance éternelle.

Voilà ce que représente une doula pour la moi d’il y a 21 ans. Aujourd’hui ce serait sensiblement pareil. Je m’efforcerai donc d’entendre les familles qui feront appel à moi. Je serai attentive à l’explicite autant qu’à l’implicite.

Oui…mais non

Lettre aux doulamies

Est-ce un scoop si je pose ici, que le collectif m’écoeure ? Sûrement depuis ma naissance. Avec quasi aucun souvenir d’enfance, je pense que ce devait être la pire des émotions à vivre. Mon esprit a préféré l’envoyer aux oubliettes, en gardant les symptômes physiques.

Quand des souvenirs ont surgi lors de ma première grossesse, le dégout est arrivé à son paroxysme et m’a à peine quitté depuis. Des pièces du puzzle s’assemblent : je ne souris sur presqu’aucune photo. Je détestais l’école. Partir en colonie était un déchirement. Travailler en équipe est insatisfaisant. Prendre la parole est une douleur…Comment ne pas penser que j’ai un problème ?

L’espace crée par le collectif de la formation Envol et Matrescence est d’un inconfort aussi puissant que l’espoir et la joie que j’en retire. L’impression d’être enfin traitée pour cette nausée permanente qui ne m’avais jamais quittée. Parce qu’elle revient encore et encore. Elle se délogera avec le temps.

Quand j’ai visionné la dernière vidéo de Charlotte Hoefman, j’ai enfin entendu des mots sur le paradoxe que je ressens depuis le début de la formation : la magie du collectif ET EN MÊME TEMPS la douleur de la disparition (temporaire) du dégoût, qui prend tellement de place. Par quoi le remplacer, comment équilibrer ? Ce collectif est éprouvant. Pourtant la formation EJE m’avait déjà bien bouleversée, du côté éducatif. Je m’étais observée par le biais de mon ego, je pense.

Je croyais savoir, je voulais en sortir. La zone de confort est un concept qui m’interroge. Comment une souffrance H24 peut être confortable ? Elle ne l’est jamais. J’ai simplement décidé de vivre avec. Avec des périodes en mode automatique, pour ne plus rien ressentir.

Paradoxalement, notre espace doulesque est comme une grâce à chaque session. Nos expériences sont une sorte de reflet, de miroir de nos âmes. Je ne contrôle rien. J’en ressors de plus en plus vulnérable. Je parviens avec difficulté, à mettre des mots dessus. Quand je prends la parole, j’ai la sensation d’être à côté de moi, ou même cryptée comme si je passais sur canal+ sans le décodeur. Je ne me comprends pas et je ne sais plus ce que j’ai dit. Un trac perpétuel.

La différence est-elle dans ma façon d’embrasser cette expérience ? Le fais-je cette fois avec ma présence ? Ai-je enfin lâché un peu de mon ego ? J’ignore encore ce que je ne veux pas voir. Parfois je me dis que c’est un orgueil démesuré et que ce collègue EJE avait raison : c’est la « bonne excuse » à mon introversion et ma tendance au retrait.

Le processus se fait en pointillé. Trois jours par mois, c’est déjà trop fort. J’évite soigneusement de voir du monde en dehors de ces sessions de regroupement. Je ressens tout ça, comme un dernier bastion de protection trop bien gardé. Un genre d’ultime bataille pour être enfin qui je suis. Mais qu’est-ce que ça résiste !!! C’est éreintant.

Merci les doulamies pour cette opportunité dans l’expérience humaine. Etre ensemble permet de ressentir cette belle complémentarité et cette UNITÉ que j’ai rarement touché du doigt. Il y a toujours de la lumière au bout du tunnel 😉

Gratitude <3

C’est peu clair à la relecture mais c’est ce que j’ai sur le coeur. Rendre ça public fait partie du processus. Je me cache ici. C’est peut-être ça ma zone de confort.

La chanson qui va avec

Oser le job de ses rêves

De quoi rêvais-je quand j’étais petite ?

Perchée de naissance, je rêvais surtout de vivre ailleurs qu’en ville et même sur une autre planète, sans les autres. Quand j’ai compris que partir, pour une enfant, était plus qu’un rêve, j’ai coupé la communication. Vivre dans une bulle, c’était tellement doux et confortable, avec des livres et de l’eau. Le rêve réalisé ! Sauf que c’est insuffisant, en ce bas monde, où tout est social et de surcroît payant… Bref, concrètement, j’ai du revenir à la réalité brutale de la vie dans la matrice française et j’ai rêvé de devenir reporter-photographe (@jout : comme Sean O’Connell)

En dehors du fait que c’était primordial pour moi que l’on me fiche la paix, c’était vital de faire ce que j’aime. Le déroulé de ma vie en a décidé autrement. Sur Terre, les expériences sont obligatoires. Chouettes ou non. Traumatisantes ou pas. La vraie vie.

Et après l’enfance ?

Tout ça pour en venir à cette étape de ma vie, où ENFIN les circonstances m’ont permises de rêver à nouveau ! Grâce à Instagram (je lui reconnais quelques côtés positifs), une publicité pour un programme de « bilan de compétences » s’est invitée dans les stories. Je venais d’en faire un, via Pole Emploi. J’étais désespérée. Sans résultat probant, ni aucune direction à prendre… L’annonce était simple, claire, concise. Tout ce que j’apprécie. J’ai donc demandé un appel et j’ai eu Laurence au téléphone. Doublement convaincue, j’ai démarré le programme Oser le job de ses rêves ! (Merci le CPF)

Durant cinq mois et demi, nous sommes allé.e.s loin en nous-mêmes, avec d’autres passagers. Quelle aventure ! Sur les trois bilans de compétences de ma petite vie, je suis en mesure de dire que c’est le plus efficace. Le plus poussé, avec une base fiable : l’âme. Je précise que je raconte mon vécu. C’est ainsi que je l’ai ressenti dans mon coeur et ma tête. C’est d’ailleurs, la première fois qu’un bilan de compétences me proposait de demander l’avis à mon coeur !

Le job de mes rêves ?

J’ai trouvé tellement de richesses en moi. Pour y accéder, le chemin est encore à parcourir, avec des obstacles à franchir, qui viennent de moi, cette fois. Tu passes la première partie de ta vie à croire que tout est de la faute de la société. La deuxième partie, tu te rends compte que le seul ennemi, c’est toi. Et c’est bien le pire des ennemis. Qu’à cela ne tienne, sur le chemin du job de mes rêves, je suis entourée de mères-veilleuses doulamies. Plus d’une vingtaine ! Inondées de sororité, nous avançons. Le syndrome de l’imposteur n’a qu’à bien se tenir, nous le pourfendrons !

Je vérifie à 1000 % que seule, j’allais plus vite (pas dans la direction la plus cool) mais à plusieurs, je vais plus loin !!

Infini merci à toi Laurence et ton équipe, pour ce beau cadeau, cet investissement durable que tu proposes avec tant d’optimisme, de peps, d’idées, de ressources ! J’en suis sortie grandie. Je sais que je n’ai pas perdu de temps, même si j’ai la sensation de m’être perdue durant trop d’années. Pour les nouvelles générations, ce serait tout de même du temps de gagné de passer par ce programme. Histoire de profiter plus rapidement et donc plus longtemps de la Vie, aligné.e avec soi-même.

Merci pour l’édition de ma synthèse !

Rencontre avec Mme Lammers et M.Odent


Liliana LAMMERS Quelle femme ! Je ne la connaissais pas. C’est une rencontre dont je ressens la teneur pour cet avenir qui se profile, en tant que doula. Son intuition est phénoménale. En l’écoutant j’ai repensé à Dinah. Ses expériences sont stupéfiantes et elle les narre comme une conteuse. Liliana est doula depuis 21 années.

Michel ODENT Avec une telle expérience, il a de quoi raconter et c’est passionnant de l’écouter. Il a assisté aux trois derniers accouchement de Liliana. Il venait au moment du pré-travail. Il ne faisait jamais rien de médical, en ne sachant rien à l’avance, car il n’avait suivi aucune des gestations. Il se comportait comme un ami. Il était simplement là.

C’est grâce à une doulamie de la promo d’Envol et Matrescence que j’ai eu cette possibilité de les rencontrer en visioconférence. Je l’en remercie. Avec les mesures sanitaires actuelles, Zoom nous sauve la mise !

Le domaine de la périnatalité est un vaste sujet, rempli de zones inconnues, pour moi. Je ne sais rien, sauf ce que j’ai vécu durant mes deux grossesses et les naissances de mes fils. Avec ma mémoire de Dory, c’est rarement accessible quand j’en ai besoin. Jamais je n’aurai pensé à trouver moi-même cette aubaine ! J’avais vu quelques informations sur Michel ODENT via instagram, sans vraiment approfondir.

Il était impossible de tout aborder en 3 jours. Ces temps se voulant interactifs, il y a eu donc de nombreuses questions. C’était très enrichissant d’entendre les expériences de chacun’e’s.

Le contenu du séminaire étant privé, je n’en dirai rien ici. C’est une découverte toute personnelle dont le contenu a fait écho en moi. Je suis heureuse de les avoir rencontré, même virtuellement grâce à l’association le Pas Sage.

Si ce séminaire vous fait de l’oeil, voici où vous renseigner : Paramanadoula.

Doulamssétou©

Après trois jours de lavage, rinçage et essorage, un nom de doula m’a montré un bout de son âme. Son identité est en construction.

Petit récapitulatif du deuxième mois de formation (sur neuf) :

Encore quelques nausées dues au puissant vortex de sororité. Ça secoue pareil qu’un cyclone. Comme un début de grossesse, mon corps considère les prémices de ce contenu de formation tel un intrus.

Je partageais ce ressenti avec une doulamie : nos formatrices choisissent des programmes avec des cycles qui semblent avoir pour effet de déloger des croyances et des pensées limitantes, trop cristallisées. Ça fait autant de mal que de bien. Ça me fait penser à ce qu’a pu ressentir Karaba la sorcière quand Kirikou lui a arraché l’épine dans le dos. Un bel oxymore : une douleur qui soulage et qui libère. Pas toujours immédiatement, c’est un chouilla plus lent. Plusieurs cycles seront nécessaires pour certaines couches récalcitrantes.

Bien que mes blessures fassent partie de moi et font ce que je suis, prendre soin d’elles pour ensuite passer à autre chose est la clé, en ce qui me concerne. Le sentier est heureusement ponctué d’oasis qui ressourcent. Sainte Rita a donc entendu mes prières ! J’ai compris pourquoi je retournais dans le désert. Pas encore comment arrêter de le faire sans me mettre en danger !

Le mot MERCI avec ses 5 lettres me paraît étroit pour contenir ma gratitude, ça déborde en moi. Pas sûr que ça se voit encore, c’est tellement gênant de montrer ses émotions. J’ai pris l’habitude de les accueillir et les laisser me traverser. Les dévoiler est une étape ô combien périlleuse !

Sous l’effet des hormones, je suppose ;-), je fais l’hypothèse que les barrières tomberont une à une, le long de ce chemin initiatique d’Envol et Matrescence©. J’ai confiance maintenant, je suis mères-veilleusement accompagnée.

Sandrine, ta création va faire s’envoler de si belles d’âmes ! Elles sèmeront partout des graines et des pépites. Tu le sais sûrement déjà.

Nom de la promo

@jout sur le nom Doulamssétou : la Doula en moi sait, car mon âme sait tout. Or, mon mental et moi, savons que nous ne savons rien. J’en reviens à ce sentiment de rien qui, finalement, est aussi un sentiment de tout (merci @Marine), dans le sens de la plénitude et de l’Unité. Si j’avais accès à tout ce que mon âme sait, mon cerveau d’humaine serait incapable de l’intégrer.

L’inspiration vient aussi de là :

L’AME SAIT TOUT

Merci @la.doula du Canada

Tant de talent !

Depuis que j’ai quitté Instagram, je peine à garder pour moi les belles découvertes qui m’ont été partagées. C’est presque une torture ! Ça passera. C’était pareil quand j’avais fermé mon compte FB. Un genre de désintoxication, plus ou moins longue.

Je me sers donc de cette planète pour remercier Roxanne Marcouiller de cet envoi personnalisé. Il est rempli de tendresse et de savoir-faire magnifiques. Je suis subjuguée de tant de beauté ! N’ayant encore jamais traversé l’Atlantique, je suis d’autant plus débordante de gratitude : « coeur coeur paillettes »=> clin d’oeil au Pépin de Lumières 😉

Merci à Élodie de la promo doulesque pour cette si belle découverte. Je suis restée raisonnable, j’avais envie de tout prendre, pour offrir partout autour de moi ! Je me suis faite plaisir d’abord à moi, pour une fois.

Elle est sur Etsy !

La tente rouge

Ce matin de dimanche de Pâques, j’ai regardé le clip de Kiki, chanson de Julien Doré. Je me suis dit : « oh un couple qui vit loin de tout. Il y aura peut-être un bel accouchement à domicile !! » Mais non…

Cela dit, vu le fruit de ses entrailles, il était sûrement préférable pour une humaine de donner cette vie en milieu « médical ». J’évite de spoiler. Le clip, presque entier, est un univers imaginaire.

Sans transition

C’est la liaison pour partager mes ressentis sur une découverte nouvelle pour moi : la tente rouge. Je précise « récente ». Dans ma vie de femme, c’est tardif de connaître l’existence de ces savoir-être et faire, longtemps cachés ou perdus, bien qu’ancestraux. Comme le dit Rebecca, mère de Jacob, grand-mère de Dinah : il n’y a pas d’héritière. La tradition de la tente meurt avec la femme d’Isaac.

Dinah

Je connaissais l’histoire de Dinah, fille unique du patriarche Jacob, par le recueil d’histoires bibliques des témoins de Jéhovah. Livre moralisateur pour enfants qui a eu le mérite de me faire connaître les destins, souvent tragiques, des quelques femmes évoquées dans l’ancien testament.

Dans le livre de la Genèse, l’histoire de Dinah se résume à un viol et à sa vengeance, par la circoncision et le meurtre du violeur. Après cet épisode, Jacob, son père, change de nom pour Israël. Rachel, sa tante, meurt en enfantant le dernier fils d’Israël, Benjamin. Ruben son frère, est amoureux de leur tante Bilha, concubine de leur père…Israël meurt à 180 ans. Bref c’est la fin. Dinah est-elle vivante, morte ? A priori, ça n’intéresse personne. Sauf Anita Diamant. Comme elle a eu raison de lui imaginer cette suite de destin !!

Le film « la tente écarlate »

Péplum grandiose. Inspiré du roman d’Anita Diamant. Il est spectaculaire.

Librement inspiré du roman. Dinah a droit à deux destins différents, un dans le film et un dans le roman, parallèles, peu similaires. Comme dans tout bon péplum, le film est une suite de tragédies, avec trop peu de moments heureux à mon goût. Les scènes d’accouchement sont magnifiques. Je n’en dévoilerai pas plus.

Le roman

Il a ma préférence. C’est un savant équilibre entre la violence et la douceur dans la vie de Dinah, après le drame. Ce qu’il se passe à l’intérieur de la tente rouge est décrit avec plus de précision. Cela laisse une plus grande place à une spiritualité belle et variée, remplie de déesses de toutes sortes. Jacob n’est en rien contre. L’El, à peine nommé, est encore loin d’être l’Un exclusif. La spiritualité féminine est bien plus grande, ouverte et tolérante que celle des hommes.

D’abord intitulé « la fille de Jacob », le roman paru en 1997, est directement à l’origine du mouvement des tentes rouges, né aux Etats-Unis. En 2008, ce mouvement a traversé l’Atlantique pour arriver en France.

Voilà pour l’origine de la tente rouge. Quand j’aurai fait l’expérience de sororité dans ces lieux, je partagerai ici mes ressentis.

Cœur de doula

Cœur de doula de Sandrine Lebrun

J’ai profité d’un long trajet pour le lire, presque d’une traite. Ce n’est pas le genre de livre que je peux lire en plusieurs fois, ; sinon, j’arrête de m’alimenter et de m’occuper du reste… mon monde cesse de tourner quand je lis un livre-pépite. Cœur de doula en est un, en toute subjectivité puisque je parle de mon ressenti.

C’est, en effet, le livre à lire pour découvrir et pourquoi pas s’ouvrir à cette activité qui émerge depuis la fin du 20ème siècle et qui pourtant existe depuis toujours, ne portant souvent pas de nom à proprement parler.

Ce qu’en dit Wikipedia : « La doula ou accompagnante est disponible pour le couple dès la grossesse, pendant l’accouchement et parfois jusqu’à plusieurs mois après la naissance. Elle apporte un soutien émotionnel et pragmatique, offre une écoute, répond aux questions, discute des problèmes rencontrés et aide à trouver, si possible, des solutions. »

J’évite soigneusement de dévoiler le contenu des livres qui nourrissent mon âme. Quand un livre m’attire, je regarde parfois les avis des autres. Souvent je me fie à mon intuition et elle ne se trompe que rarement.

Les futurs parents et les parents ne savent pas tous qu’il leur manque un lien, une transmission, une présence, tout simplement. Une figure disponible et à l’écoute. La doula remplit ce rôle depuis la nuit des temps. Elle était soit la mère, la grand-mère, la sœur, une femme du village…une femme de l’entourage proche ou moins proche de la future mère.

Si vous ressentez ce manque, ce vide, la doula peut vous guider vers ce qui le comblera et qui est déjà en vous.

Je ressens la doula comme le kintsugi japonais, dans le sens où elle crée du lien. Elle permet aux couples de combler ses « fissures » sur la grossesse, l’accouchement, l’allaitement, la parentalité…« La philosophie du Kintsugi peut vous accompagner tout au long de votre processus de guérison, jusqu’à retrouver vous-même votre unité et tout votre éclat. »

Je pense, et cette pensée ne tient qu’à moi, que je suis née doula. Avec un passé d’ancêtres liés à l’esclavage (des deux côtés : esclave et esclavagiste), me rendre disponible pour servir le couple, la femme enceinte, les futurs parents et les tous nouveaux parents, prend tout son sens et équilibre les lignées.

N’étant pas formée spécifiquement à l’accompagnement autour de la grossesse, j’offre néanmoins mes compétences aux couples, dès le désir d’enfant pour répondre à leurs questionnements sur les différentes étapes qui amènent à la parentalité. Je me base sur ma formation d’éducatrice de jeunes enfants, spécialiste de la psychopédagogie, du développement de l’enfant, sur mes diverses expériences personnelles de mère et professionnelles auprès de femmes enceintes.

Pour approfondir :

Association doulas de France

A fleur de naissance

Connaissiez-vous la doula ? Qu’est-ce qu’elle vous inspire ? Je lirai avec plaisir vos commentaires.