Archives de catégorie : société

« Monte dans ta chambre ! »

C’est ce que demande/ordonne le père de Robert à son fils quand il se met à table avec sa colère.

Grosse colère de Mireille d’Allancé

Un classique

Des EAJE et écoles maternelles. J’avoue que je n’ai jamais été choquée par le fait que Robert soit sommé de s’isoler dans sa chambre « pour se calmer ». C’est un conditionnement qui me parait encore « ordinaire » dans l’éducation.
Je ne saurai donner d’âge à Robert. Il rentre seul le soir de son cours de tennis. C’est l’heure de dîner. J’imagine qu’il a au minimum 7 ans.

@jout : il est en capacité de raisonner un minimum. Quand « j’isoles » un enfant à la crèche (moins de 3 ans). Je reste près de/avec lui. Je pose des mots sur la situation. Je reste disponible s’il a besoin de contenance. Souvent l’enfant pleure fort et un court moment. Puis il s’apaise et passe à autre chose.

Quand c’est possible, ça donne ce résultat.

Quel est le problème ?

Loin de moi l’idée de juger ce père fictif qui est peut-être seul à s’occuper de son fils (ou alors seulement ce soir-là). Il a peut-être passé sa soirée à préparer le dîner : il est dessiné dans la cuisine, avec un fouet à la main et ensuite il tient un plat avec des maniques.
Qu’aurait-il pu faire ? Arrêter de préparer le dîner et faire un gros câlin à son fils ? Est-ce que ça aurait arrêté-là l’histoire ? Est-ce que c’est plus salutaire à Robert que cette colère sorte un bon coup (avec les dégâts occasionnés) ? Je suis bien mal placée pour le savoir. Qui a la réponse ? C’est du cas par cas. Je ne connais pas Robert comme son père le connaît.

Je n’ai aucun souvenir d’avoir ordonné à mes fils d’aller dans leur chambre «  pour se calmer ». Pour jouer oui, et ce n’était pas un ordre. Aucun souvenir non plus d’avoir été obligée d’aller dans la mienne. J’ai eu une chambre à 13 ans et j’y passais le clair de mon temps, tellement ravie d’avoir enfin mon espace privé.

La Tribune



C’est cette fumeuse tribune hallucinante qui m’a fait penser à cette histoire (Souvent réclamée, ces derniers jours à la crèche) . Une tribune pour défendre le droit à isoler un enfant dans sa chambre. Je vous laisse la chercher. Pas envie de lui donner du crédit.

Ça me parait sidérant, parce que la loi passée en 2019 n’est que préventive. Aucune sanction n’est encore prévue contre les Violences Éducatives Ordinaires. C’est une information ajoutée au discours lors d’une union entre deux individus qui éventuellement souhaiteraient accueillir un enfant.
Pour moi une injonction c’est une loi et/ou un ordre et/ou une phrase qui commence par « tu dois » et « il faut que ». Le reste c’est notre interprétation.

Légifrance

Ça va comme loi. C’est une information affirmative, certes mais je n’entrevois aucune menace là-dedans. Tout au plus, une prise de conscience. Évidemment si les adultes n’en tiennent pas compte, la loi deviendra peut-être répressive. Ça devient français.

Le côté obscur de la Force

Se sentirait-il menacé par la Bienveillance et la « Positive attitude» ? Il parait que c’est « à la mode » et même un peu trop et même ce serait devenu une injonction de rester positif et bienveillant.

Je me pose souvent la question : qui nous force ? A part nous-mêmes ? Y a t-il quelqu’un.e qui nous met un révolver sur la tempe pour être positif et bienveillant H24 ? Est-ce même possible ? Me concernant pas du tout. Je ne cache nulle part que je me transforme (de moins en moins) en dragon quand je sature de tout et que mes proches prennent mon épuisement et ses conséquences en pleine face ! Je fais tout de même en sorte de n’accuser personne, de n’humilier personne et de ne blesser personne. Et je m’excuse.

Alors pourquoi défendre un droit que tout le monde a encore ? C’est étrange. Qui va savoir que tu isoles ton enfant dans sa chambre ? Ton voisin ou ta conscience ? La délation a déjà tant progressé en France ? Ah oups pardon, ça devient un sport national. J’avais oublié l’espace d’un instant la collabo et les deux années que nous venons de vivre. Mea culpa.

C’est sur face de bouc que j’ai appris le schmilblick :

Les enfants libres

Quel remue-ménage/méninges. Ça ressemble à la bataille ultime entre le « c’est mieux comme ça » et le « c’était mieux avant ». Quand les recherches montrent les écueils de l’autoritarisme, c’est un genre de déni collectif de ne pas voir l’iceberg.

Je suis une fervente amie de la cause des enfants. C’est mon enfant intérieur qui me guide sur ce chemin. J’écris sur ce blog/site depuis 2013. J’avais commencé en 2012 suite à une convalescence. C’était loin d’être la mode de la bienveillance. J’avais même fermé ma page facebook pro tellement les commentaires étaient haineux.

Dans le milieu de la petite enfance, Christine Schuhl évoquait les « douces violences » depuis les années 2010. Je reconnaissais ce que j’avais vu quand j’étais petite sur le lieu de travail de ma mère et ce que je voyais dans les magasins, les parcs… Tous les endroits où j’observais toute ces violences envers l’enfant que les adultes appelaient « éducation ».

L’avis d’Héloïse Junier (La psy contre-attaque sur IG et FB)

Time Out

La réponse à la tribune = une lettre ouvert au président M.Macron. Ici.

Extrait : « 

Pourquoi est-il urgent de nous préoccuper de la qualité des pratiques parentales de notre pays ?

La frontière entre la maltraitance et la violence éducative ordinaire (VEO) est floue : justifier la violence par l’éducation ouvre la porte à des maltraitances encore plus graves. » Etc.

Pétition

Pour conclure

C’est lassant tout ça. Des pour et des contre et toute cette binarité. Entretuez-vous verbalement si ça vous chante. J’ai fini de participer à cette gueguerre stérile (c’est souvent dur dur !!). On va finir par vous regarder avec du pop corn.


Nous


« Vous n’avez pas de conscience professionnelle »

C’est ce que je me suis entendue dire ce matin au travail.
La définition la plus simple que j’ai trouvé : conscience professionnelle.

Je ne serai pas intègre selon l’expression. Sans commentaires. Si le parent le dit, ma foi, il a ses raisons que ma raison ignore. Les français ont quand même, de plus en plus, tendance à inventer de nouvelles définitions aux mots…

La raison de cette affirmation c’est ma participation au rassemblement du collectif « pas de bébé à la consigne » de demain.

Jeudi 6 octobre est un appel à la grève. Je fais grève.

Dans le 35

Pourquoi je ne porterai pas de brassard comme lorsque je travaillais à Harjès ? Parce que je pensais ne plus jamais retravailler en EAJE après mon burn-out de 2016.

J’y suis finalement retournée pour des raisons personnelles et parce que le nerf de la guerre c’est l’argent, soyons honnêtes.

Je vais être absente 1 journée et en fonction de l’issue de ce mouvement, ce sera peut-être la seule de l’année. Je n’en sais rien encore.

Si j’avais crisé et compté le nombre de fois où je me suis retrouvée :

  • avec 1 enfant sous le bras parce que « grève « surprise » des enseignants et/ou du périscolaire.
  • sur le quai de la gare avec 1 bébé sous le bras, sans train parce que grève « surprise » de la SNCF, donc aucune possibilité d’aller travailler… le tout en 1 seule année !

Je serai déjà décédée d’un ulcère à l’estomac ! Sans compter les grèves parisiennes, longues durées, qui te font aller au lycée à pieds (7km) en plein mois de décembre, l’année du bac. Ça va, « je n’en suis pas morte !! ».

Je crois bien que c’est la première fois que je fais grève (mémoire de Dory très défaillante) et je suis sûre que c’est la première fois que je me rends à un rassemblement (ce n’est pas une manifestation). Rectification : ce sera un déplacement.
Parce que je ressens que c’est JUSTE en 2022.

Mince quoi, je peux aller au bout de mes convictions, pour une fois, sans me prendre des soufflantes ! Bazar !!!

Oui le quotidien sera chamboulé, oui c’est pénible, oui c’est ceci et cela.
C’est le principe d’une grève = avoir un impact quand le gouvernement est sourd aux tentatives de dialogues.
– Ça ne sert à rien ? La preuve que si, puisque ça a des répercussions.
– Toujours sur les mêmes ? Bah oui forcément mais qu’est-ce que j’y peux si on fait partie du « petit peuple » ?

Je reconnais que j’ai très peu et mal communiqué. C’est pas mon fort. Je suis sous-douée pour ça. Peut-être qu’au fond je n’ai vraiment rien à apporter au milieu de la petite enfance et qu’encore une fois je me voile la face.

Je ne demande à personne de comprendre. Ça semble au dessus des forces de cette société. Je suis solidaire, tout simplement.

Pour conclure, je suis perplexe à la lecture de la dernière chronique de Pierre Moisset :

Et les enfants , comment vont-ils ? Ben, on ne sait pas et puis on s’en fiche un peu, en fait…

Je comprends son point de vue et je regrette de ne pas être statisticienne.

Petit rappel de définitions

J’ai souvent remarqué que les mots ont le sens que leur donne leur utilisateur. C’est gênant dans une conversation ou un échange sur les réseaux sociaux.

Quand j’étais à l’école, j’ai appris à utiliser un dictionnaire. Dans un dictionnaire, il y a tous les mots de la langue française et chaque mot a une définition, avec parfois plusieurs sens, selon un contexte.

Il me semble que trop de mots perdent leur sens initial et sont utilisés à toutes les sauces, sauf la-leur.

Je commence par celui que je considère comme un gros mot. Son utilisation est le plus souvent péjorative et cible uniquement le comportement de l’enfant quand l’adulte est responsable à 100% de ce qui arrive.

Rappel de définition : CAPRICE

Je l’attribue à des célébrités qui surjouent, en mode diva. Par exemple Unetelle qui a exigé de se laver les cheveux avec de l’eau minérale en bouteille. Autres caprices ici.

Puisque ce mot existe encore et toujours dans le champ de la petite enfance, voici la définition que je préfère, trouvée sur face de bouc. Grand merci à son autrice Mélody Sweetlove.

Les enfants n’ayant pas la capacité neurologique d’obtenir ce qu’ils désirent (pas ce dont ils ont besoin) en contraignant et/ou menaçant leur entourage, j’estime que ça ne les concerne pas.

Rappel de définition : BIENVEILLANCE

Je ne saisis pas en quoi éduquer avec bienveillance pourrait engendrer une catastrophe éducative future.

Rappel de définition : ENFANT ROI

Il me paraît important de préciser que ce terme date des années 68 dans sa signification péjorative, elle aussi.

L’enfant roi définition

Rappel de définition : POSITIF

L’éducation dite positive :

Son histoire : « Également appelée « parentalité » ou « parentalité positive ». C’est une éducation qui vise à accompagner l’enfant afin qu’il se développe affectivement et socialement. Tout au long de son enfance, il sera soutenu par ses parents qui lui accorderont bienveillance et confiance. Le but de ce concept est de réveiller chez l’enfant sa confiance en lui, son sens de la responsabilité pour le rendre beaucoup plus épanoui. 

L’éducation positive est un concept récent, mais avant qu’il ne soit mis au point, de nombreux psychologues, pédagogues et éducateurs se sont penchés sur le sujet pour assurer le développement de l’enfant. Une des précurseurs les plus célèbres de ce concept fut Maria Montessori (1870-1952) qui a donné naissance à un système d’éducation bien particulier que de nombreux établissements scolaires appliquent jusqu’à nos jours. 

Ce n’est que dans les années 70 que le psychologue Marshall B. Rosenberg véhiculera pour la première fois le terme d’éducation positive. Comme son nom l’indique, ce concept repose sur la non-agressivité des paroles adressées à l’enfant et sur l’empathie. En d’autres termes, il s’agit de ne pas lui crier dessus, de ne pas porter de jugement et de favoriser le dialogue et la compréhension. »

Les bases de l’éducation positive

  • Des parents qui prennent soin d’eux
  • Les enfants ont des émotions
  • Avoir de la bienveillance
  • Être ferme

Peut-être que j’interprète mal ce que je lis, mais je ne vois pas le rapport entre l’éducation positive et le phénomène d’enfant-roi.
Comment vouloir du bien en reconnaissant les émotions de nos enfants ; en leur expliquant fermement ce qui est possible ou pas, ; en sanctionnant quand la règle n’est pas respectée ; comment un enfant pourrait devenir toxique avec du positif ?

Si quelqu’un.e a une réponse argumentée et sourcée, ça m’intéresse. Attention, je ne parle pas de surinvestissement éducatif qui fait de l’enfant le centre de l’attention, ni de laxisme qui est une attitude permissive et décourageante.

Je remets ça là pour visualiser la différence :

il manque le surinvestissement parental.


Souvent dans les « débats », discussions, échanges sur les réseaux sociaux, les « haters » (pardon mais je ne vois pas comment les qualifier tellement ils sont certains que l’éducation « normale » comporte obligatoirement du négatif, de l’obéissance et souvent la fessée « parce qu’on en n’est pas mort » pardi !) me qualifient de « perroquet » et m’accusent de brandir des concepts dangereux pour les enfants et donc de compromettre l’avenir de la France. C’est pas rien quand même.

Je les invite ici, en commentaire, à discuter de l’intérêt du mot « caprice » dans l’éducation et de partager ce qu’ils reprochent à la bienveillance et à la parentalité positive.

Merci d’avance pour vos lumières.



La reine des trolls

C’est mon nouveau titre sur face de bouc, décidé par un autre troll ( assez médiocre). Je le prends du bon côté. Après tout, c’est honorifique d’être couronnée « reine des trolls » par un troll.

Poppy dans Trolls, au cinéma

Cet individu me reproche de troller sur l’éducation. Ouais. Pourquoi pas ? Après tout, je ne me revendique pas spécialiste sur le sujet. Je défends simplement la cause des enfants. A priori ça dérange ceux qui pensent que « c’était mieux avant ». Avant = « quand on claquait les gosses. Parce qu’on en n’est pas mort. »

Cette rengaine sent le moisi, vraiment. Elle circule toujours sur les réseaux sociaux. Elle a la dent dure.

A l’instar de mon amie facebookienne et youtubeuse, Evelyse, je pense que je suis arrivée à saturation. Comme en 2017, quand j’ai fermé ma page professionnelle « planète EJE ». Franchement c’est pesant.

Je ne suis pas missionnée pour défendre la cause des enfants. C’est sûrement un de mes petits personnages égotiques qui se nourrit de la régression ambiante. (=retour au martinet et « on verra bien qui c’est qui commande, mouah aah ah, on va pas se laisser emmerder par des mioches » Véridique, je l’ai entendu avec mes oreilles, dans la vraie vie).

Je suis revenue sur face de bouc pour partager sur le doulisme mais là aussi je suis taxée de « sainte-doula ». Ce qui est cocasse puisque je ne pratique pas encore cette activité. Cela dit d’après d’autres je serai très mauvaise donc ça manque de cohérence tout de même. Faut pas trop en demander aux plus rageux des trolls.

Je me suis renseignée par curiosité et il y a une hiérarchie (ou plutôt une typologie). Normal, puisque je suis la reine. Oui mes chevilles de troll vont bien, merci.
Je cite Wikipedia : « Dans leur Encyclopédie de la Web Culture[11], Lecocq et Lisarelli résument synthétiquement différentes typologies du troll. Selon eux, le « troll bête », est l’internaute qui commente sans réfléchir, a tendance à prendre tout au premier degré, voire un certain penchant pour les théories complotistes. Le troll « ontologique » , intelligent, est guidé par de mauvaises intentions et provoque pour faire déraper la discussion. Le troll « flatteur » ou « flagorneur » fait semblant de s’extasier. Enfin, le troll « chasseur » s’unit à d’autres pour pourrir la vie en ligne d’une victime qu’ils auront choisie, la harceler, pratiquer le stalking. »

Il n’y a pas péril en la demeure me direz-vous. Y’a plus grave. Il suffit de se concentrer sur tous les autres commentaires positifs, n’est-ce pas ? Les rétrogrades et nostalgiques du passé finiront bien par s’y faire ? Aujourd’hui, j’ai quelques difficultés à y croire. Mais il reste de l’espoir. Ça ira mieux demain.

Hauts les cœurs, vaille que vaille ! L’éducation est le ciment d’une civilisation. Alors oui ça va mal, mais la cible n’est ni la bienveillance ni l’interdiction des VEO. De mon point de vue, la cible c’est le laxisme, la violence. Erreur corrigée ici : Et si j’étais laxiste ?

Alors à bientôt pour de nouvelles aventures, en direct de mon royaume trollesque : planète EJE !!



La bienveillance en dessins

Quand j’ai découvert Bougribouillons et Fanny Vella, j’étais aux anges ! Enfin des dessins sur des situations concrètes ! Souvent les images parlent d’elles-mêmes. On dit bien « le poids des mots, le choc des photos ». Pour moi c’est pareil. Je visualisais enfin ce qu’il y avait dans ma tête, mes souvenirs, mon inconscient et aussi mes dénis. Grand MERCI à ces autrices de talent !

le talent de Fanny Vella

J’ai naïvement pensé que la cause des enfants ainsi représentée, serait mieux comprise. Oui ça touche des gens mais une majorité nous déballe la même marchandise d’un autre siècle, les mêmes arguments complètement dépassés et à côté de la plaque : « ça fait des enfants rois », « on a été éduqué comme ça et on n’en est pas mort« , « c’est ça l’éducation » et autres sempiternelles idées conçues par un patriarcat qui a la dent dure (et le tartre presque indélogeable).

Pour ces réfractaires au changement, c’est toujours la même rengaine, en boucle. Comme si de l’avoir vécu eux-mêmes et bien il n’y a aucune raison pour que les nouvelles générations ne le vivent pas. « Non mého ! j’ai été élevé à la dure et je remercie mes parents, sinon je serai un délinquant et on voit bien la recrudescence depuis Dolto« … Ah Mme Dolto, de l’autre côté, j’espère que ça vous fait rire… A ce propos, un fbkien m’a dit qu’elle était controversée. En fait, elle s’est surtout adressée à d’autres générations, dans un contexte précis. Voilà les raccourcis qui sont rabâchés à longueur de commentaires sur fb.

Si j’ai bien compris, des illustrations précises font réagir.

Par exemple :

  • Finir son assiette c’est essentiel = merci le forçage qui engendre tellement de malbouffe et de troubles alimentaires éventuels.
  • Prêter tous ses jouets, c’est vital pour ne pas devenir égoïste =c‘est vrai que notre société est un bel exemple de solidarité = chacun pour soi et dieu pour les bons et vrais religieux/selon fb. Ouf dans la IRL, c’est différent !!!
  • Surtout OBÉIR c’est indispensable sinon où va-t-on ? = On se le demande. L’obéissance c’est à l’armée et dans les forces de l’ordre. Les gardiens de la paix sont en voie d’extinction. Maintenant, on obéit sans rechigner à des ordres plus que contestables. Comme si la bienveillance et l’écoute respectueuse pouvaient amener l’anarchie.

Quant à la question du bisou, j’en ai aussi parlé un peu partout sur ce site notamment dans la sacro-sainte Politesse. Je vous partage un avis intéressant sur une fonction essentielle du bisou selon une fbkienne :

Je n’avais jamais vu le bisou sous cet angle. Ça m’aurait été difficile, n’aimant qu’à peine les contacts physiques. Je précise tout de même que le bisou, même si je ne l’aime pas, je ne l’ai jamais considéré comme mauvais. Quelque chose me dit que Fanny Vella non plus. On parle quand même d’être forcé à faire le bisou quand on n’en a pas envie et parfois à de parfaits inconnus. Y’a une nuance considérable. Dans mon expérience d’EJE et de mère, rares sont les enfants qui disent non aux bisous. Mes deux fils m’ont bisouillée dès leur plus jeune âge (surtout pour se soulager les gencives, pour être honnête) et aujourd’hui, les deux n’ont plus envie, avec personne. Rien à voir avec le fait que ce soit nouveau. Au contraire, ça ressemble plus à une forme de lassitude. Et puis depuis 2020, c’est « pas covid » et ça nous arrange.

Ma curiosité m’a fait chercher d’où vient ledit bisou, dit baiser à son origine : origines du baiser.

Chez les chrétiens, je cite : « Au premier siècle, Saint Paul de Tarse recommande : « Saluez-vous les uns les autres, par un saint baiser ». Paul n’est clairement pas mon préféré. Je trouve « ses écrits » misogynes et patriarcaux, et ça n’engage que moi.

Je ne vais pas reprendre tout ce que j’ai déjà patiemment répondu aux commentaires de la publication de Kombini qui donne la parole à Fanny Vella. J’ai déjà quasiment évoqué la plupart de ces sujets sur ce site et ce depuis des années.

Je me demande de quoi ont peur celles et ceux qui se cachent derrière cette violence à peine voilée. Définition du mot violence :

Selon l’OMS2, la violence est l’utilisation intentionnelle de la force physique, de menaces à l’encontre des autres ou de soi-même, contre un groupe ou une communauté, qui entraîne ou risque fortement d’entraîner un traumatisme, des dommages psychologiques, des problèmes de développement ou un décès.

Wikipedia

À votre avis, les VEO sont-elles de pures inventions exagérées ? N’y a t-il aucun changement possible dans les mentalités éducatives ? Est-ce une dérive de se questionner sur des pratiques éducatives du 20ème siècle ? Créons-nous une génération encore perdue ?

le talent de Bougribouillons

Au-delà de ma mémoire traumatique

Précision d’une extrême importance : tout ce qui est écrit ne concerne que MON expérience. Si ça vous choque, alors évitez de vous infliger cette lecture et pensez à fermer la page.

J’ai parfois évoqué le déni d’événements traumatisants dans ma vie d’enfant. La mémoire traumatique a longtemps eu l’avantage sur ma capacité à raisonner. Depuis que j’observe mes personnages et mon ego, la donne change. Le statut de victime est derrière moi. Si je donne l’impression d’analyser avec froideur, c’est parce que les émotions ont été complètement traversées. En bref, c’est fini, c’est le passé.

Divers sujets traités sur fb ont fait cheminer mon regard sur ce qui est arrivé durant mon enfance. Notamment le procès posthume de Françoise Dolto. J’ai été, comme tout un chacun, secouée par ses propos sur l’inceste et les abus sexuel. L’inceste ne me concerne pas car mes parents n’étant pas déviants, ils n’ont pas profité de ladite période nommée « polymorphe pervers » (vocabulaire freudien douteux) que je transformerai en « curiosité sexuelle infantile ».

Ma curiosité sexuelle durant l’enfance a été sévèrement réprimée et réprimandée par mon entourage familial (pas forcément par mes parents d’ailleurs). C’était  » dégoutant et interdit de s’explorer !! » Curieusement je m’en souviens ! Sans autres explications, sans pédagogie ni aucun contenu préventif, l’enfant que j’étais à continuer à trouver ça « intéressant ». Peut-être bien que si j’avais été prévenue du danger des adultes absuseurs et de l’existence de mon consentement, je me serai « défendue ». Or peut-être que l’enfant que j’étais a pensé qu’un adulte avait le droit de faire ça : explorer mon vagin. Puisque moi je n’en avais pas le droit. Avec une notion d’interdit appliquée à moi-même, ça avait du sens, peut-être. Pour le coup je ne me souviens plus du tout des détails. Aujourd’hui, je me dis que ça se tient. Les pensées enfantines sont parfois loin de celles des adultes.

Avec les années, j’ai appris que l’abuseur en question avait été abusé durant son enfance, par son propre père… ça n’excuse pas sa déviance mais ça l’explique ! ça change le regard, ça le contextualise.

Je n’ai pas vraiment de conclusion à ce cheminement de pensées. Depuis des années, je ressens de la compassion pour ces adultes et enfants abusés, parfois devenus aussi déviants, emprisonnés dans un cercle vicieux. Je n’ai pas de solution à apporter, si ce n’est la prévention, l’attention à des comportements « questionnants » et la vigilance.

Je reconnais le travail de Françoise Dolto. Ses dires sont basés sur des réflexions que je respecte. Aujourd’hui, à la lumière de ma mémoire qui n’est plus traumatique, je suis capable d’écrire que dans mon cas, c’est fondé. Je pense que j’aurai pu éviter les actes de l’abuseur. Le contexte le permettait mais peut-être pas ma maturité. Quand je vois la force de vie de certains enfants, je me dis que rien de tout cela ne peut leur arriver. Ils refusent le bisou « forcé » avec une telle vigueur. Ils sont insoumis et peut-être que ça les protège.

De la responsabilité (parentale)

Mea culpa

J’ai encore cédé à la tentation de polémiquer. En même temps, j’avais 5h de tgv à occuper.

Et puis mon ego a besoin de se dégourdir les neurones.

Oui je suis incorrigible. Parfois je me dis que je ferai mieux de fermer ce foutu compte fb, mais il parait que je suis douée pour réseauter. Et comme j’ai détesté LinkedIn et vomi Instagram, il me reste peu d’alternatives.

Donc, j’ai récidivé. Comme je répondais à une fbkienne, j’en ai marre des parents qui se déresponsabilisent pour un oui, pour un non. Oui il y a fautif et oui il y a erreur mais le schéma victime/coupable est biaisé. Avant d’accuser quelqu’un.e à l’extérieur, regarde où TOI en tant que parent responsable tu as failli. Moi aussi je faillis chaque jour. Le but c’est de faire moins d’expériences traumatisantes dans sa vie et celle de nos enfants, oui ou non ?

C’est tout ce que j’avais à dire et ça n’a pas fait l’unanimité. Ça a déclenché un paquet de rageurs et rageuses. Avec toujours les mêmes attaques personnelles, à côté du sujet.

Bref, fb n’a pas beaucoup changé. A moi de regarder plus souvent les pépites que j’y ai retrouvé et que je découvre avec émerveillement.

Homo Paradoxalis dans toute sa splendeur.

Quand mes enfants sont en ma présence, je suis responsable de tout ce qui leur arrive. Si mon enfant avait bu ce verre de vodka, j’aurai été la première responsable. Et ça ne signifie rien d’autre que ce qui est écrit.

Et ouais j’ai un coeur !

Mes valeurs ?

C’est le 6ème défi dans le grand défi de visibilité « j’ose être visible » offert par Delphine Debeauve.

Sans être difficile en soi, c’est une question qui m’a toujours posée problème, en entretien. Je ne comprenais pas que l’on me demande d’énoncer ce qui m’anime intrinsèquement. Je le vis et c’est visible. Ça ne s’argumente pas. Et puis si c’est important pour moi, je n’exige rien en retour.

Comme à chaque hésitation, j’ai zieuté le dico. Selon le Larousse internet :

Faire une liste de ce qui est posé comme vrai, beau et bien de mon point de vue, c’est possible mais pas définitif. Déjà, au bout de +40 années, je commence à trouver les qualificatifs « beau, bien et vrai » dénués de sens, trop vagues.

Je préfère donc « ce qui a du sens à mes yeux aujourd’hui, c’est d’explorer :

l’Être,

la conscience

et la présence.

Je sens que c’est le fondement et la base de tout, pour changer mon regard sur les expériences de la vie, telle qu’elle se présente à moi. Et si chacun.e commence à s’intéresser à cette aventure, mon petit doigt me dit que ça peut tout changer. D’abord Soi et le monde changera. Car Soi+Soi+Soi etc = un collectif harmonieux.

Il m’aura fallu plusieurs décennies pour l’envisager. Parce que c’est pas faute de l’avoir lu, entendu, répété de la part de plusieurs êtres humains ! Lao Tseu, Yeshua, Gandhi, Martin Luther King, Bernard Weber, Eckart Tollé etc.

Mes expériences professionnelles m’ont montrée que défendre une cause est un processus de longue haleine. Il n’y a rien à attendre, sinon c’est la déception assurée. Vivre ses causes c’est bien plus constructif mais sans y prendre garde, l’égo prend trop de place et c’est le burn-out assuré.

L’idéal reste pour moi de donner l’exemple et en même temps c’est lent, très lent. Mais qui est pressé ? La société que nous avons créée.
Exemple en crèche : c’est l’heure de la chanson du matin pour se dire bonjour, c’est l’heure de jouer, c’est l’heure du change, c’est l’heure de l’histoire le plus souvent TOUS ENSEMBLE même si les enfants n’ont pas envie. C’est l’heure du pipi. C’est l’heure du jardin, c’est l’heure de la sieste et c’est comme ça toute la journée. Et après on s’étonne que les enfants et les adultes soient épuisés, malades, ronchons…

Ma valeur aujourd’hui si j’avais l’occasion de travailler à nouveau en collectivité serait : La liberté sans horloge . Il se passe ce qu’il se passe quand il y a envie et besoin.

Accueillir la vie comme elle se présente.

Ça fait beaucoup à repenser, n’est-ce pas ? Qu’en pensez-vous ? Des idées à partager ? Comme chanter dans le jardin. Lire une histoire sans le groupe entier. Aller se promener sans destination particulière. Etc.

« Aide-moi à faire seul.e » ou l’autonomie selon l’adulte

De retour sur fb

Depuis à peine… je ne sais plus, mais déjà trop longtemps !!! Me voilà à polémiquer…Pfff je suis irrécupérable. A croire que l’algorithme sait ce qui va faire réagir mon ego… C’est facedespion que tu devrais te nommer !
Suite à une publication proposée je ne sais par quel hasard facebookien, je vois un jeune enfant enfiler son manteau selon la technique « ancestrale » de l’école maternelle : au sol et par dessus la tête. La dénommée « technique du papillon ».

Je lis les commentaires…

Parce que j’aurai bien aimé être anthropologue, et puis c’est là que c’est intéressant, soyons honnêtes. Je commente (c’est plus fort que moi) en écrivant grosso modo que je n’ai jamais aimé faire ça, ni apprendre aux enfants à le faire parce que PAR TERRE C’EST SALE !!!!! Qui le serine aux enfants 100 fois par jour ? Les adultes !

Au nom de la sacro-sainte autonomie, la règle de base de l’hygiène part en fumée, juste le temps de permettre à l’adulte de gérer le groupe. Pas trop le temps de montrer comment faire, inlassablement pendant des semaines, voire plus. {C’est une vocation de montrer, de transmettre et d’enseigner}.

Les gens font ce qu’ils veulent.

Par contre dire que c’est la meilleure méthode et la seule, non.
Le sol n’a pas le monopole de l’autonomie, une fois que l’on est en position verticale. Le sol des crèches et des écoles est rarement nickel longtemps, qu’on l’accepte ou non. Enlever et enfiler son manteau se fait souvent dans l’entrée et/ou le couloir. Lieu de passage de centaines de semelles de chaussures qui piétinent des trottoirs très souillés, notamment en ville.

Et là, sous mon commentaire apparaît grosso modo que de toutes façons, c’est sale partout : les mains des enfants qui touchent à tout…Hum, merci pour le scoop. Prise au piège, je renchéris « et c’est une raison pour mettre les manteaux par terre ? ». Réponse « et chez vous c’est propre ?» Etc. À ce moment-là, je me rappelle pourquoi j’ai viré fb de ma vie il y a quelques années : les commentaires déplacés qui visent la vie privée.

Tout ça pour dire que fb c’est aussi chiant qu’inspirant. Dommage que tellement de gens confondent l’avis des uns avec la vie des autres.

Pour en revenir à ce que m’évoque cette technique, déjà utilisée dans les années 80 (et sûrement avant), qui n’a rien de révolutionnaire : elle mériterait de disparaître. Elle a fait son temps.

Mon partage sur fb.

Petites vidéos exemples, sur Crowdbunker.

Et l’entraide dans tout ça ?

Adulte, quand je galère à enfiler ma veste ou autre, il y a toujours quelqu’un.e pour m’aider. Alors oui, les enseignants ont « 30 manteaux à aider ». En crèche, c’est possible d’en faire un temps d’apprentissage ludique, sans pour autant utiliser le sol.

En connaissez-vous d’autres des méthodes pour enfiler seul.e son vêtement ? Je les lirai avec plaisir en commentaire.


la procrastination n’existe pas

David Laroche serait-il en désaccord avec ce titre ?

En 5mn qui dure plus de 20…

Longtemps j’ai pensé que j’étais parfaitement douée en procrastination. Tout remettre à plus tard. Faire au dernier moment. Ma spécialité c’est faire dans l’urgence. Non que j’adore ça, mais c’est seulement ainsi que ça semble fonctionner.

Contrairement à GI dans la vidéo de David, chez moi, c’est l’angoisse (notamment de la page blanche) et aucune récompense en retour. Quand je reporte, je n’ai pas l’impression que c’est pour de l’agréable. Compulsivement, je mise sur les tâches du quotidien ou je perds mon temps sur YouTube. Sans plaisir puisque la culpabilité ne me lâche pas.

Ça ne concerne que ma vie privée, mon épanouissement personnel. Quand je travaille, je n’attends jamais. Je fais même immédiatement et c’est très frustrant quand les circonstances m’en empêchent.

Depuis un long moment déjà, je sens que le procrastination est une énième étiquette pour parler d’un phénomène exclusivement humain. Alors que je le ressens plus comme « ce n’est pas le moment », tout simplement. J’ai déjà tenté de m’y mettre avant d’atteindre la date échéance écarlate, ça ne donne pas un résultat meilleur. L’urgence est ma solution. C’est devenu une croyance que c’est mieux comme ça. Parce que la plupart de mes expériences l’ont démontré. Pourtant cela génère du stress. Nécessaire ? Évitable ?

J’ai accroché tout de suite avec David Laroche, il y a quelques années. Il est charismatique. Puis je me suis lassée de tout ce dynamisme et j’ai arrêté de l’écouter. Sûrement parce que je n’arrivais pas à le suivre.

Globalement, je me lasse rapidement d’écouter des gens en vidéos. Je préfèrerai parler avec eux, directement. C’est aussi pour cette raison, que je me détache peu à peu des réseaux sociaux. Paradoxalement, je ne fais pas plus d’effort pour les rencontrer.

J’ignore pourquoi ma vie est telle qu’elle est. Ce que je sais, c’est que la motivation n’a rien à voir avec ce qui est nommé « blocages ». Nous sommes d’accord, David et moi à ce sujet. C’est bien plus compliqué que ça. J’ai besoin d’être alignée. De sentir. De ressentir que c’est possible. Que c’est maintenant le bon moment.

C’est lent. Très lent. Et en même temps, suis-je pressée ?

Eloge de la lenteur

Si j’étais un mammifère sans obligations matérielles et financières, aurais-je besoin d’objectifs à atteindre, de rêves à réaliser, d’argent à gagner ? Et si je n’avais pas envie de vivre la vie proposée aux humains ? Et si j’avais juste envie d’ ÊTRE ici, pour vivre tout simplement avec ce que la nature m’offre ? J’imagine qu’on me répondrai que je me serai incarnée en marmotte, si tel était le but de mon existence. Or je suis Mickaëlla. Et en même temps, je suis là pour être qui je suis et pas ce que l’on me demande.

Je suis ici pour montrer qu’il est possible d’Être avant de faire.

La procrastination n’existe donc pas. Il y a toujours un moment opportun pour tout. Si ce n’est pas maintenant, c’est plus tard, ou pas.

Éloge de la procrastination :

« Procrastiner, c’est se donner le droit de faire ce que l’on veut. Procrastiner, c’est s’accorder d’écouter au lieu de dire, de regarder au lieu de pointer du doigt.
Prenez l’exemple de la lecture. Quand vous avez pour la première fois été capables de lire un livre, vos parents ne pouvaient vous en décrocher : vous vouliez toujours plus d’histoires, plus de contes, plus d’aventures. Et du moment que l’école a commence à vous dire qu’il était obligatoire de lire, alors chaque page est devenue corvée. Car en vérité, ce sont bien les délais et les obligations qui minent nos existences. Donnez une balle à un enfant et il jouera avec toute la joie qui lui est caractéristique. Forcez-le à faire du sport parce que c’est pour son bien , et soudainement le ballon rond perd toute sa magie
. »